Comment Obama espère convaincre le Congrès américain d'approuver l'accord nucléaire avec l'Iran

 |   |  235  mots
Le président a toutefois tenu à rassurer: si les Iraniens trichent sur le nucléaire, nous pourrons les attraper et nous le ferons, a-t-il mis en garde.
Le président a toutefois tenu à rassurer: si les Iraniens trichent sur le nucléaire, "nous pourrons les attraper et nous le ferons", a-t-il mis en garde. (Crédits : Reuters)
Le président américain estime notamment que si l'accord devait être rejeté, une guerre au Moyen-Orient serait inévitable.

"Un rejet de l'accord par le Congrès laisserait toute l'administration américaine - absolument déterminée à empêcher l'Iran de se doter d'une arme nucléaire - face à une seule option : une autre guerre au Moyen-Orient. Je ne dis pas cela pour être provocateur. C'est un fait".

C'est l'argument fort utilisé par le président des Etats-Unis, Barack Obama, afin de persuader les députés américains de ne pas rejeter l'accord nucléaire conclu en juillet entre l'Iran et les grandes puissances.

Et d'ajouter à l'adresse de certains Républicains:

"Beaucoup de ceux qui ont milité pour la guerre en Irak font désormais campagne contre l'accord sur le nucléaire iranien."

Israël seul détracteur

Dans un discours  prononcé à Washington, à l'American University, le président américain a par ailleurs souligné qu'un seul pays a jusqu'à présent déclaré être contraire à l'accord: Israël. "Tous les nations du monde qui se sont publiquement exprimées, à l'exception du gouvernement israélien, ont apporté leur soutien", a insisté Barack Obama, dont le discours était retransmis et traduit en hébreu à la radio publique israélienne.

>>Lire: "L'accord sur le nucléaire iranien ne changera pas la nature du régime" (Uzi Rabi)

Le président a toutefois tenu à rassurer : si les Iraniens trichent sur le nucléaire, "nous pourrons les attraper et nous le ferons", a-t-il mis en garde.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/08/2015 à 19:22 :
Pauvre Occident, arnaqué et cornaqué par une poignée d'hallucinés, qui l'empêchent de faire la paix avec son environnement immédiat et naturel, auquel le lie des siècles de vie commune sous différents empires, des valeurs et des religions ayant les mêmes origines géographiques et spirituelles. A défaut d'engager sous peu le processus qui le conduira à pacifier ses relations avec cet immense espace arabo-musulman voisin, il risque d'attirer de nouveaux troisièmes larrons qui réduiront son histoire et sa civilisations. Car cette fois-ci ce ne seront pas les États-uniens, comme au cours de la première et deuxième guerres mondiales, mais des nouveaux géants asiatiques, aux valeurs et civilisations différentes, et aux instincts prédateurs démesurés. Sans les alliés arabo-musulmans, l'Occident européen n'aura pas la masse critique pour résister à leur tsunami plus que probable.
a écrit le 06/08/2015 à 4:03 :
Il est temps qu'Obama finisse son deuxième mandat : c'est un peu Jimmy Carter, et l'U.R.S.S qui en profitait pour avancer partout, cependant dans un monde plus. dangereux, etpluscompliqué. En mises en gardes il n'est pas crédible, Assad qui a exterminé plus d'un million de ses compatriotes, l'a testé : " la ligne rouge " de très loin dépassée, Obama a mangé son chapeau. L'accord avec l'Iran, s'il est respecté, est bon. Il permettra de sortir l'Iran de ses relations quasi exclusives avec les autres dictatures, avec U.R.S.S ( Poutine veut reconstruire l'U.R.S.S en plus grand ) et avec la Chine, le Vénézuela, la Corée du Nord. Attention toutefois, à peu de distance de missiles, Israel les connait bien : les Perses savent ruser depuis des millénaires. Pour remplacer Obama, Jeb Bush, excellent Gouverneur d'un grand Etat, et plus pragmatique, et mieux formé, que son frère, est le meilleur de tous les candidats à la candidature.
a écrit le 05/08/2015 à 23:17 :
Si les Iraniens......Ils feront quoi les Américains? Ils vitrifierons le Moyen-Orient? Ils ne le feront pas, à moins d'être suicidaire dans le style du pilote de la Germanwings.
Les Iraniens auront leur bombe, comme le Pakistan, l'Inde, Israël et il faudra faire avec.
Ce qui n'empêchera pas, comme le promet Obama, une guerre... mais dans cette région, y-a-t-il eu un jour la Paix? Tant qu'il y aura du pétrole et du gaz, il ne faut pas l'espérer. Ainsi en va-t-il de la malédiction du pétrole dans cette région et dans d'autres où il est présent.
Réponse de le 28/08/2015 à 12:09 :
Vous oubliez que la dissuasion ne marche pas avec les ayatollahs. Ils se moquent des représailles, ils se moquent du nombre de morts, tout ce qui compte pour eux c'est le paradis qu'ils espèrent atteindre avec les 70 vierges ...
a écrit le 05/08/2015 à 21:16 :
On se plaint de la nullité de nos politiciens toutes tendances confondues, mais les citoyens américains sont bien dotés aussi dans ce domaine, notamment chez les Républicains. Entre le Tea Party, Jeb Bush et Trump, je n'aimerais pas avoir à choisir
Pas gagné cette histoire
a écrit le 05/08/2015 à 19:56 :
"Si les Iraniens trichent sur le nucléaire, nous pourrons les attraper et nous le ferons".
On peut compter sur sa parole, qui ressemble à la promesse de ne pas autoriser Assad a utiliser des armes chimiques. Les lignes rouges d'Obama n'existent que pour ceux qui y croient. Quant à Mohamed Zarif il en rie encore!
Réponse de le 06/08/2015 à 19:12 :
Pauvre Occident, arnaqué et cornaqué par une poignée d'hallucinés, qui l'empêchent de faire la paix avec son environnement immédiat auquel le lie des siècles de vie commune sous différents empires, des valeurs et des religions ayant les mêmes origines géographiques et spirituelles. A défaut d'engager sous peu le processus qui le conduira à pacifier ses relations avec cet immense espace arabo-musulman voisin, il risque d'attirer de nouveaux troisièmes larrons qui réduiront son histoire et sa civilisations. Car cette fois-ci ce ne seront pas les États-uniens, comme au cous de la première et deuxième guerres mondiales, mais des nouveaux géants asiatiques, aux valeurs et civilisations différentes, et aux instincts prédateurs démesurés. Sans les alliés arabo-musulmans, l'Occident européen n'aura la masse critique pour résister à leur tsunami plus que probable.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :