Coronavirus : Macron en appelle à la "solidarité" budgétaire européenne

 |   |  451  mots
Neuf pays européens, dont la France et l'Italie, avaient appelé mercredi à lancer un emprunt commun à toute l'Union européenne pour faire face au coronavirus.
Neuf pays européens, dont la France et l'Italie, avaient appelé mercredi à lancer un emprunt commun à toute l'Union européenne pour faire face au coronavirus. (Crédits : POOL New)
Le chef de l'Etat veut lancer un emprunt commun à toute l'Union européenne pour faire face au coronavirus, mettant la pression sur l'Allemagne, opposée à toute mutualisation des dettes.

Emmanuel Macron, favorable à des "emprunts Corona" face aux "réticences" de Berlin, en appelle à la solidarité budgétaire européenne et se défend d'avoir ignoré les signaux d'Italie montrant la gravité de la crise sanitaire, dans un entretien à des journaux italiens vendredi soir.

Neuf pays européens, dont la France et l'Italie, avaient appelé mercredi à lancer un emprunt commun à toute l'Union européenne pour faire face au coronavirus, mettant la pression sur l'Allemagne, opposée à toute mutualisation des dettes.

"Nous ne surmonterons pas cette crise sans une solidarité européenne forte, au niveau sanitaire et budgétaire", estime le chef de l'Etat français dans une interview donnée aux journaux Corriere de la Serra, La Stampa et La Repubblica.

"Est-ce que l'UE, la zone euro se résument à une institution monétaire et un ensemble de règles, très assouplies, qui permettent à chaque Etat d'agir de son côté ? Ou agit-on ensemble pour financer nos dépenses, nos besoins dans cette crise vitale ?", questionne Emmanuel Macron.

"Il peut s'agir d'une capacité d'endettement commune, quel que soit son nom, ou bien d'une augmentation du budget de l'UE pour permettre un vrai soutien aux pays les plus touchés par cette crise", a-t-il détaillé.

"Le montant est secondaire, c'est ce signal qui compte, à travers l'endettement commun ou le budget commun", a-t-il ajouté. Face aux "réticences" de pays comme l'Allemagne, "on ne peut pas lâcher ce combat", a insisté le président de la République.

"J'ai abordé cette crise avec sérieux et gravité dès le début"

Interrogé sur un éventuel retard français sur les mesures de confinement au moment où la situation se dégradait en Italie, Emmanuel Macron a affirmé: "Nous n'avons absolument pas ignoré ces signaux. J'ai abordé cette crise avec sérieux et gravité dès le début, lorsqu'elle s'est déclenchée en Chine".

Notamment "parce que l'Italie nous a précédés dans cette crise", "nous avons pris en France les mesures les plus dures le plus tôt (...) à nombre de cas comparables", a-t-il soutenu, interrogé sur sa sortie au théâtre le 6 mars, 11 jours avant les mesures de confinement.

"J'ai suivi à chaque étape trois principes essentiels: fonder nos décisions sur des avis scientifiques, s'adapter à l'évolution de la crise, prendre des mesures proportionnées", a expliqué Emmanuel Macron.

Au 10e jour de confinement en France, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé vendredi le renouvellement de cette mesure jusqu'au 15 avril. Le pays compte désormais 1.995 décès dus au nouveau coronavirus depuis le début de l'épidémie, dont près de 300 survenus en 24 heures, selon le bilan officiel communiqué vendredi soir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/03/2020 à 20:03 :
Français et allemands sont deux peuples foncièrement différents, les nombreuses guerres entre nous le prouvant s'il fallait en rajouter, une union de pays comportant ces deux pays était un pari perdu d'avance.

C'est le moment de diviser l'europe en deux une tournée vers les pays de l'est et l'autre vers les pays méditerranéens et africains. Ce n'est pas l'europe actuelle qui protège de la guerre mais les Etats Unis donc de ce côté là nous serons toujours tranquilles.

Et tous nos français germanophiles pourront partir vivre dans leur pays préféré ainsi au lieu de vouloir à tout prix germaniser le notre.
a écrit le 29/03/2020 à 10:25 :
le pyromane et la vacuité de ses propos ne convaincront pas les pays du Nord non confinés et vertueux économiquement de payer pour les pays staliniens du Sud à leur détriment. Le message de Merkel est limpide. Macron tente une enieme fois une fuite en avant pour masquer son bilan économique famélique et catastrophique. Ce covid est un game changer et aura raison de la fin de UE. Pour qui sonne le glas!!!
Réponse de le 29/03/2020 à 11:14 :
Pour rappel le referendum de 2005 était "contre" et nos politiciens ont décidé d'un "pour"...
Aujourd'hui les politiciens ont toujours trop a perdre en quittant l'Europe... Ils décideront toujours pour garder l'Europe au détriment des citoyens et contre la volonté des citoyens.
Réponse de le 29/03/2020 à 12:34 :
La responsabilité en désinvolture, quant aux déficits et dettes,
n'est pas à imputer à Macron en 33 mois,

Mais à ses prédécesseurs depuis mai 81,
Certes son mandat finira par la récession qui va suivre avec 1000 milliards
d'euros de dette publique EN PLUS !!
et 5% de déficit budgétaire augmentant encore la dette,

mais 3 de ses 4 prédécesseurs, désinvoltes avec les budgets publics,
qui ont POURTANT eu le temps et les circonstances favorables pour assainir,
NOUS PLOMBENT AUJOURD'HUI.

Les PAYS FOURMI SONT FONDES A REPONDRE NON AUX PAYS FOURMI
a écrit le 29/03/2020 à 8:33 :
Et pour enfoncer le clou !
Deux petits faits qui illustrent bien le décalage.....

1 ) https://pbs.twimg.com/media/ETo_xseWAAAQVyI?format=jpg&name=900x900

Photo montrant Mme Merkel poussant son caddie de courses en pleine crise sanitaire.

2) lepoint.fr/sante/coronavirus-brigitte-macron-dit-vivre-le-confinement-avec-difficulte-28-03-2020-2369168_40.php

CQFD........
a écrit le 29/03/2020 à 7:28 :
Cet australopithèque pathétique suffisant est un non seulement un pyromane mais de surcroît incongrûment naïf de penser un seul instant que les pays de l axe du nord ( pays bas/Allemagne...,) vertueux vont accepter de payer et de se porter caution pour des états socialo-communistes exsangues, en totales déliquescences économiquement, idéologiquement et politiquement ??!! c est le point de bascule...Les citoyens confinés assistent impuissant et fatalement à l implosion de UE..!!!! Un mal pour un bien. Ce covid est un game changer!!!

Une page de notre Histoire est en train de s écrire...
a écrit le 29/03/2020 à 7:19 :
Il a du mal à comprendre que le véritable leader de l'Europe a dit : NEIN. Ce n'est pas la première puissance économique du Tiers Monde sanitaire qui va le faire changer d'avis.
a écrit le 29/03/2020 à 6:23 :
Il me semble que mon post n'a pas été compris.
Et pourtant nous sommes au pays de la Fontaine

et que nos fondamentaux scolaires ont été oubliés....on réclame la solidarité européenne... Certes !

Mais relisez la Cigale et la Fourmi !
Réponse de le 29/03/2020 à 23:08 :
vous avez raison, relisons une fable écrite au 17eme siècle et qui est une reprise de Esope dans l'antiquité (vous vérifierez ainsi que ce qui est valable à certaine époque, ne l'est pas à d'autre)
vous noterez que la Fourmi n'est pas prêteuse et préfère laisser mourir la Cigale, ce qui n'est pas du tout le cas le cas de l'Allemagne (ou d'autres pseudo-fourmi)
les exportateurs excédentaires (Allemagne en 1er) sont obligés de ré-orienter leur épargne (excédents commerciaux) vers des pays déficitaires commercialement (les USA par exemple?) pour assurer des débouchés à leurs produits,
et oui, que vous le vouliez ou non, exportation et importations sont un jeu à somme nulle
a écrit le 29/03/2020 à 0:55 :
Depuis Mai 81, les gouvernements FR sont Cigale, en inqualifiable désinvolture,
en budget public, au mépris ABSOLU de notre argent citoyen.

CHAQUE RAPPORT ANNUEL DE LA COUR DES COMPTES.....POUBELLE DE SUITE

Aucun H ou F politique ne gère nos impots taxes cotisations, et dépenses,
avec conscience et sérieux, comme son budget privé.
Réponse de le 29/03/2020 à 17:19 :
100% de votre avis
a écrit le 28/03/2020 à 21:13 :
Le président des riches a besoin des pauvres bizarres après avoirs volés les retraites ils et inquiétés pour leur en terre ment en solos
a écrit le 28/03/2020 à 21:11 :
"les états sont des monstres froids" Charles de Gaulle
Lors de guerres ou de crises très graves, l'entraide fonctionne sur un rapport de force. La France est loin d'être exemplaire et elle a perdu la main face à nos partenaires: une dette au delà de 100%, les 3% au placard, le chômage, les prélèvements et les impôts au delà de 50%, le déficit commercial......très difficile de s'imposer dans ces conditions à part subir et être snobé par nos partenaires vertueux
comme au poker pour faire tapis gagnant encore faut-il avoir des jetons!!
a écrit le 28/03/2020 à 20:08 :
*En trois plans successifs (2010, 2012 et 2015), la Grèce aura reçu 289 milliards d'euros de prêts.
Mais les réformes exigées en contrepartie l'ont mise sur le flanc : un quart du PIB évaporé en huit ans.

Avant les mesures d’austérité, le salaire minimum était de 794 euros par mois. Il a été réduit par la suite de 14 % entre 2010 et 2018 durant les trois plans d’aide européens, passant à 683 euros par mois.

De 2010 à 2017, le revenu moyen des Grecs a diminué d’un tiers.
Il y a eu douze baisses des retraites, avec des diminutions allant entre – 20 % et – 40 % selon la Banque mondiale.

Le PIB en 2018 n’a même pas encore retrouvé son niveau de 2006.
La mortalité infantile a augmenté de 43 % entre 2008 et 2010.

L’accès aux soins a été restreint.
Le taux de suicide a augmenté de 35 % depuis 2008.

Il y a 35 % de pauvres, et un salarié sur trois ne gagne que 317 euros.
C'est la mort à petit feu d’un pays et d’un peuple.

Il n' y a plus d'avenir dans cette machine à perdre UE.
a écrit le 28/03/2020 à 19:47 :
Si l'Espagne et l'Italie sont abandonnées, l'Europe explosera définitivement. Beaucoup de drapeaux européens sont brulés ces derniers jours dans la péninsule. Les services secrets italiens redoutent un soulèvement populaire dans le sud du pays où quelques supermarchés ont été pillés (Il sole 24 ore)
a écrit le 28/03/2020 à 19:09 :
La proposition vient de l'Italie et de l'Espagne, et Macron l'a soutenue. Pour une fois, Macron a eu le courage et le bon sens de chercher une coopération élargie et non pas l'énième relance de l'Axe Franco-Allemand, relique d'une époque révolue où l'on pensait que le bonheur de france et allemagne était suffisant pour rendre le monde heureux.
il est temps que l'europe soit le terrain de la solidarité et non pas de l'hégoisme, et heureusement notre gouvernement commence à le comprendre.
a écrit le 28/03/2020 à 17:51 :
Faire payer aux autres nos 35 heures, notre départ à la retraite plus tôt,nos régimes spéciaux, modèle social......
Je comprends que les autres pays qui ont fait des efforts, refusent cette mutualisation.
Réponse de le 28/03/2020 à 19:26 :
"Faire payer aux autres nos 35 heures"

Pas par les pays bas qui bossent eux 29h par semaine... ah ces gauchistes !
Réponse de le 28/03/2020 à 20:08 :
Pour Alberto

Aujourd'hui ceux qui sont dans votre critique, seront sans doute ceux qui vous aiderons et qui sont ceux qui actuellement vont bosser 60 heures par semaines.

Alors vos propos, well, sont comme ceux de macron, philippe et le reste, du niveau d'incompétence et d'idéologie qui nous met aujourd'hui dans la
situation de perdre chaque jours des citoyens.

Ce sont ce types de phrases qui ont construit le malheur du pays a aujourd'hui. Et heureusement que les médecins ont été au front, car le modèle social aujourd'hui permet de limiter les dégâts!

C'est vrai que dans l'ambiance du moment, vos propos sont assez effarants !!!

Mais comme les profiteurs de guerre idéologique, j'imagine que cela cache du bien sordide ....
Réponse de le 29/03/2020 à 12:12 :
Gonzague, je vous rafraîchis un peu la mémoire : les soignants ont été vent debout contre les 35h pdt des années qui se sont rajoutés à la réforme désormais décriée de la gestion hospitalière.
Ce qui a conduit entre autre l'hôpital a un endettement massif de plus de 30 mds, avec des services dégradés et des moyens matériels faméliques...Cherchez l'erreur !!
Les 35 h ont fortement accéléré la désindustrialisation française à partir de la crise de 2008, créant un appauvrissement généralisé et un endettement exorbitant à très HT risque car détenu à 70% par des fonds de pensions anglo saxons et autres emprunteurs internationaux... Cherchez bien l'erreur !
Cerise sur le gâteau, on a maintenu les régimes spéciaux contre tte logique payés par l'État avec des départs à 55 ans, tandis que le salarié part en moyenne à la retraite à 61 ans et des poussières.
Ds les pays du nord qui soutiennent l'UE à bout de bras, on part à la retraite en moyenne à 67 ans... Cherchez encore et tjrs l'erreur !!!
a écrit le 28/03/2020 à 17:46 :
*En trois plans successifs (2010, 2012 et 2015), la Grèce aura reçu 289 milliards d'euros de prêts.
Mais les réformes exigées en contrepartie l'ont mise sur le flanc : un quart du PIB évaporé en huit ans.

Avant les mesures d’austérité, le salaire minimum était de 794 euros par mois. Il a été réduit par la suite de 14 % entre 2010 et 2018 durant les trois plans d’aide européens, passant à 683 euros par mois.

De 2010 à 2017, le revenu moyen des Grecs a diminué d’un tiers.
Il y a eu douze baisses des retraites, avec des diminutions allant entre – 20 % et – 40 % selon la Banque mondiale.

Le PIB en 2018 n’a même pas encore retrouvé son niveau de 2006.
La mortalité infantile a augmenté de 43 % entre 2008 et 2010.

L’accès aux soins a été restreint.
Le taux de suicide a augmenté de 35 % depuis 2008.

Il y a 35 % de pauvres, et un salarié sur trois ne gagne que 317 euros.
C'est la mort à petit feu d’un pays et d’un peuple.
Réponse de le 28/03/2020 à 18:38 :
Vous avez oublier de mentioner l'origine de la crise en Grece.
a écrit le 28/03/2020 à 17:42 :
Macron et Bruno Le Maire souhaite utiliser le MES (Mécanisme européen de stabilité) pour la France !

Ce serait se mettre encore plus dans la main de l'UE. On paierait - puisque la France finance ce fonds à hauteur de 20% - pour permettre à l'UE d'imposer ses politiques à la France, comme elle l'avait fait avec la Grèce.

En effet, l'utilisation du MES ne se fait pas sans contrepartie, comme le montre l'exemple grecque de 2010 à 2018 (avec le MESF et le FESF de 2010 à 2012, puis avec le MES).*

Ce serait absolument dingue et contraire à l'intérêt national. L'heure actuelle est aux beaux discours du gouvernement mais une fois la crise passée et la dette accrue, le MES contribuera avec les GOPÉ à ce que l'UE impose une politique économique et sociale d’austérité et antisociale !

Le contribuable français va payer pour être asservi! Tout ceci est d'autant plus absurde que la France emprunte à des taux très bas et n'a aucune nécessité de passer par le MES.

La note pourrait être particulièrement salée pour les Français car si nous utilisons ce fonds, autant dire que l'Italie, l'Espagne, etc. en feront de même et nous garantirons un cinquième de chaque prêt.

Cela serait aussi et surtout ajouter une dent de plus à l'austérité de l'UE! L'Allemagne pourra imposer facilement son orthodoxie budgétaire à l'ensemble des membres qui auraient eu recours au MES. Celui qui est à la tête de l'institution, Klaus Regling, est un ancien ministre des Finances de l’Allemagne (1991-1998) et ancien commissaire européen...

Ce n'est pas pour rien que l'Allemagne et les Pays-Bas ne veulent pas des Coronabonds qui mutualisent la dette sans contrepartie mais privilégient le recours au MES.
a écrit le 28/03/2020 à 17:21 :
La dette des trois grands pays européens de l'UE
Allemagne +- 2100 milliards € première puissance industrielle
France +- 2400 milliards €
Italie +- 2300 milliards € deuxième puissance industrielle
Ce qui est demandé par les pays du Sud c'est la mutualisation de la dette total de l' UE pour permettre de rembourser par chaque pays sa dette avec les taux d' intérêts les plus bas sans être sous la pression de la finance internationale. Aujourd'hui la finance internationale décide des spreads nationaux individuellement donc des intérêts par pays plus élevés.
Quand à l'Allemagne n'oublions pas que la France, l' Italie et 13 pays… avons effacés la dette allemande le 27 février1953 à 50% l'autre 50% devait être payé sur 30 ans ce n'est qu' en 2010 que l'Allemagne fini de payer sa dette.
Pour l'histoire l'Allemagne et la France ont déjà fait faillite, l'Italie jamais ...
a écrit le 28/03/2020 à 16:23 :
La France vit au-dessus de ces moyens depuis des décennies.
La Solidarité budgétaires européenne veut dire que la France continue comme cela et que ce sont les autres qui payent.
Une drôle d'illusion.
a écrit le 28/03/2020 à 16:05 :
absurdités, absurdités horribles en avalanches. Qui va prêter de l'argent aux pays endettés a l`autrance et presque en faillites
a écrit le 28/03/2020 à 16:02 :
Comment on dit nein en français ?
a écrit le 28/03/2020 à 15:10 :
Macron n as riant compris l Europe elle et mortes l Allemagne vas donner de l argent pour l Europe pas de rêves l Europe ce termine
a écrit le 28/03/2020 à 14:26 :
encore à donner des leçons aux autres alors qu'il n'a rien vu venir et envoyait Buzyn mettre les hôpitaux au régime sec malgré les grèves des urgences. C'est très inquiétant cette perte de contact avec la réalité (maladie pourtant bien connue).
Réponse de le 28/03/2020 à 14:46 :
Très bon article
a écrit le 28/03/2020 à 14:00 :
Macron n'a toujours pas compris que l'UE c'est fini ! Il faut lui faire un dessin ou quoi ?
a écrit le 28/03/2020 à 13:51 :
Rien n'empêche Macron, au nom de la France, d'émettre des bons Corona de préférence exonérés de droits de succession, solidairement avec les pays du sud de l'Eurozone, Espagne, Italie, Grèce, qui se plaignent la plus et explosent leurs statistiques, ainsi que tout pays qui a intérêt à se joindre.
a écrit le 28/03/2020 à 13:23 :
La France serait plus crédible si elle avait un budget à l'excédent.
Réponse de le 28/03/2020 à 19:25 :
Et si ma tante en avait eux ce serait mon oncle.
a écrit le 28/03/2020 à 13:22 :
Des ans la France, l'Italie, la Grece et l'Espagne ont triche les traites financiers de UE pour raison de politique de populisme. Et maintenant on demande le solidarite des pays serieux. Quel honte.
Réponse de le 28/03/2020 à 15:19 :
Les pays "sérieux", comme vous dites, sont ceux qui on réussit au dépend des autres!
Réponse de le 28/03/2020 à 16:35 :
vous noterez quand même que la France et l'Italie sont 2 des plus gros contributeurs net au budget européen après l'Allemagne (le royaume-uni étant sorti, ils vont devoir mettre un peu plus la main à la poche, si ils arrivent un jour à trouver un accord sur le budget)
si l'Italie et la France se retrouvent en très grosse difficulté au cours de cette crise alors je ne donne par cher de la peau de l'EU, par ricochet la zone euro, et les pseudos fourmis qui profitent de la protection de l'euro
Réponse de le 28/03/2020 à 18:45 :
la France n'est pas un payeur net parce que le pays "vends" sa dette au BCE donc on gagne bien a cet construction.
a écrit le 28/03/2020 à 13:22 :
Il ne met la pression sur personne. L'Allemagne sait parfaitement que la cigale Macron souhaiterait la garantie de ses réserves, et se moque bien de ce qu'il dit ou pense. La solidarité européenne à la Macron c'est le hold-up sur les fourmis, et elle ne sont pas idiotes au point de le croire.
a écrit le 28/03/2020 à 13:20 :
' quand la maree se retire, on voit qui se baignait tout nu'
moins les pays ont accepte de redresser la barre quand ca allait mieux, plus ils se rendent compte que desormais ils n'ont plus de marges de manoeuvre!
tout le monde veut que l'epargnant allemand regale la galerie, sans contrepartie, et surtout sans controle des pays
les gens qui ont fait des efforts voeint que la france et l'italie ont besoin de bcp d'argent pour financer les promesses electorales, le coronavirus, le revenu universel, le patrimoine universel, etc........
personne ne laisse acces a son compte en banque a son voisin sans caution, et sans controle........
la situation est triste vu ce qu'il se passe, mais c'est le fruit des politiques passees que bienevidemment personne ne veut assumer
( au passage, tout le monde a compris que la france allait s'engoufrer dans la breche pour faire financer sa secu et sa non reforme des retraites par les allemands)
a écrit le 28/03/2020 à 13:12 :
Personne en Europe n'a envie de prendre en charge le cout démentiel des pays qui s’arrêtent volontairement et attendent des autres qu'ils prennent en charge les dégâts de leurs choix politiques.

Il n'y a pas de confinement en Allemagne, ni aux pays bas, ni en Suède (OK, c'est pas tout à fait l'Europe). Comme quoi, un autre monde est possible, et ils s'en sortent bien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :