Coupe dans le budget des casques bleus sous la pression des Etats-Unis

 |   |  551  mots
Les Etats-Unis, qui participent à hauteur de 28,57% au budget des casques bleus à l'ONU, sont le premier contributeur.
Les Etats-Unis, qui participent à hauteur de 28,57% au budget des casques bleus à l'ONU, sont le premier contributeur. (Crédits : Reuters/Eduardo Munoz)
Les opérations du maintien de la paix de l'ONU s'apprêtent à perdre 600 millions de dollars pour 2017-2018. Une ligne défendue par les Etats-Unis depuis l'arrivée de l'administration Trump, qui se donne pour objectif de "dépenser moins à l’extérieur" et davantage sur le sol américain.

Coup de frein. Les Nations unies ont fixé à 7,3 milliards de dollars le budget des opérations de maintien de la paix pour 2017-2018. Cela représente une baisse de 600 millions de dollars, alors que le budget était en hausse constante depuis les années 2000. Le montant doit encore être approuvé vendredi par l'Assemblée générale des Nations unies. Les Etats-Unis, premier contributeur du budget à hauteur de 28,57%, ont largement plébiscité cette coupe budgétaire depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche.

Dans le projet de budget pour 2018 présenté au Congrès américain en mars, la contribution américaine était de 1,2 milliard de dollars. Le magnat de l'immobilier avait alors dénoncé une participation "injuste". Il souhaitait la voir baisser de 1 milliard de dollars, soit environ 10% de sa participation actuelle. "Nous allons dépenser moins auprès des Nations unies [ONU] et moins dans l'aide étrangère (...) et cela ne doit surprendre personne. Le président a répété des centaines de fois pendant la campagne qu'il allait dépenser moins à l'extérieur et plus chez nous", a défendu le directeur du budget, Mick Mulvaney, lors de la présentation du budget. Dans une lettre d'introduction au document, Donald Trump affirmait son intention de "rendre prioritaires la sécurité et le bien-être des Américains" avec une augmentation du budget de la Défense de 54 milliards de dollars.

"Ce n'est qu'un début" selon les Etats-Unis

Le fermeté affichée de Donald Trump n'a pas manqué de faire réagir Antonio Guterres, le secrétaire général de l'ONU. "Si les Etats-Unis se désengagent sur plusieurs aspects de la politique étrangère (...) d'autres acteurs occuperont inévitablement cet espace", a-t-il estimé le 20 juin auprès de l'AFP. "Ce n'est pas bon pour les Etats-Unis et ce n'est pas bon pour le monde". Ce qui n'a pas empêché Nikki Haley, ambassadrice des Etats-Unis auprès de l'ONU, de se féliciter jeudi de cette coupe budgétaire sur Twitter : "Seulement 5 mois depuis notre arrivée, nous avons coupé plus de 1 milliard de dollars pour le budget du maintien de la paix de l'ONU et ce n'est qu'un début."

Le budget permettra de financer treize opérations de maintien de la paix à partir du 1er juillet. Un tiers de la coupe budgétaire provient de la fermeture de la mission de l'ONU en Haïti, programmée pour octobre, précise RFI. Mais cette réduction va aussi priver des opérations en cours. Parmi elles, la mission au Congo s'apprête à perdre 92 millions de dollars, alors qu'une élection présidentielle sous tension doit se dérouler d'ici la fin de l'année. Le Darfour devra faire une croix sur 60 millions et le Soudan du Sud se voit priver de 100 millions de dollars. "Les économies qui seront réalisées ont été soigneusement calibrées", a réagi l'ambassadeur français à l'ONU, François Delattre, assurant que ces coupes prennent en compte "les récentes évolutions positives du maintien de la paix ainsi que les évolutions sur le terrain".

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :