"Covfefe", ou quand les tweets de Donald Trump déclenchent un projet de loi

 |   |  509  mots
Le président américain Donald Trump avait tweeté l'énigmatique expression covfefe le 31 mai, déclenchant nombre de détournements sur les réseaux sociaux.
Le président américain Donald Trump avait tweeté l'énigmatique expression "covfefe" le 31 mai, déclenchant nombre de détournements sur les réseaux sociaux. (Crédits : HANDOUT)
Un projet de loi a été déposé lundi par un élu démocrate pour permettre l'enregistrement des tweets présidentiels aux archives nationales américaines. Objectif : garder une trace des messages compulsifs du président Donald Trump.

L'incompréhensible expression "Covfefe", employée dans un tweet par Donald Trump il y a deux semaines, a enfin une signification. "Loi sur l'engagement des communications sur divers réseaux électroniques" (en anglais, "Communications Over Various Feeds Electronically For Engagement Act" pour Covfefe). C'est le nom d'un projet de loi déposé lundi par l'élu démocrate de l'Illinois à la Chambre des représentants, Mike Quigley. Le but : conserver les tweets présidentiels et autres interactions sur les réseaux sociaux aux archives nationales américaines.

Le compte personnel du président @realDonaldTrump ainsi que le compte officiel @POTUS sont visés par le projet de loi. Celui-ci prévoit d'interdire au président d'effacer ses publications. "L'utilisation fréquente et sans filtre par le président Trump de son compte personnel Twitter comme un moyen de communication officielle est sans précédent", explique l'élu démocrate dans un communiqué rapporté par Reuters.

Trump "doit être tenu responsable" de ses tweets

Le président des Etats-Unis a pris l'habitude de tweeter ses moindres faits et gestes... à tel point que le site de microblogging a reconnu début mai avoir observé un regain de notoriété depuis l'élection présidentielle américaine"Si le président utilise les réseaux sociaux pour faire de soudaines déclarations publiques, nous devons garantir que ces annonces sont consignées et préservées pour consultation ultérieure", déclare Mike Quigley. "Les tweets sont influents, et le président doit être tenu responsable de chaque message." Donald Trump s'adresse quotidiennement à ses 32,1 millions d'abonnés sur son compte Twitter - contre 16,9 millions d'abonnés début décembre. Dans sa première interview en tant que président des Etats-Unis, il avait même affirmé que les réseaux sociaux l'avaient aidé à remporter l'élection en lui permettant d'atteindre une large audience.

Les tweets sont des "déclarations officielles" pour la Maison Blanche

Le magnat de l'immobilier a utilisé l'acronyme "Covfefe" dans un tweet publié le 31 mai, qui a déclenché de nombreuses plaisanteries sur Internet. Le message a été supprimé dans la nuit et remplacé par un nouveau tweet ironique du président :

(Traduction du tweet :"Qui peut trouver la vraie signification de 'covfefe' ??? Amusez-vous !")

"Le président et un petit groupe de gens savent exactement ce qu'il voulait dire" en employant cette expression, avait assuré dans la foulée le porte-parole de la Maison-Blanche, Sean Spicer. Ce dernier a affirmé la semaine dernière que les tweets "sont considérés comme des déclarations officielles du président des Etats-Unis".

The Presidential Records Act, adoptée en 1978, impose aux présidents de consigner leurs échanges aux archives nationales - avec quelques exceptions pour les carnets personnels ou les documents médicaux, rappelle CNN. Un amendement de 2014 étend cette obligation aux échanges électroniques, sans expliciter les publications sur les réseaux sociaux.

| LIRE AUSSI : Faut-il bannir Donald Trump de Twitter ?

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :