Donald Trump de plus en plus critique envers Amazon

Le président américain juge sévèrement les pratiques d'optimisation fiscale du géant de la distribution en ligne ainsi que son lobbying pour s'imposer dans le commerce américain.
Jeff Bezos, patron d'Amazon, et Donald Trump.
Jeff Bezos, patron d'Amazon, et Donald Trump. (Crédits : Reuters)

Le président Donald Trump a de nouveau pris pour cible le géant d'internet Amazon samedi, dénonçant le groupe de l'homme le plus riche du monde, Jeff Bezos, pour ses pratiques fiscales et son usage de la poste américaine, pour la deuxième fois en trois jours.

"Puisque nous en parlons, on dit que La Poste américaine perd 1,5 dollar en moyenne sur chaque colis livré par Amazon. Ça fait des milliards de dollars au total", a lancé Donald Trump dans un premier tweet matinal.

Disant citer le New York Times, il affirme que ce journal "indique que "la taille de l'équipe de lobbying du groupe a explosé"".

Puis il tacle le quotidien Washington Post, propriété de Jeff Bezos, en écrivant que ces équipes supposées de lobbyistes d'Amazon "n'incluent pas le Faux Washington Post, qui est utilisé comme un +lobbyiste+ et devrait S'INSCRIRE comme tel".

"Cette escroquerie de La Poste doit cesser"

"Si La Poste "augmentait ses prix pour les colis, les coûts de livraison d'Amazon augmenterait de 2,6 milliards de dollars". Cette escroquerie de La Poste doit cesser. Amazon doit payer le prix réel (et ses impôts) maintenant!", conclut le président américain.

Le Washington Post a rapidement répondu à ces accusations dans un article en ligne informant sur ces tweets: "Le Post fonctionne indépendamment d'Amazon, bien que ce média soit propriété personnelle de Jeffrey P. Bezos, le fondateur et dirigeant d'Amazon."

Chute de l'action en Bourse

Jeudi, le président américain s'était déjà inquiété publiquement, dans un tweet, du peu d'impôts que paierait selon lui Amazon aux États-Unis. La veille, mercredi, des rumeurs sur sa volonté d'encadrer la domination du géant de l'internet avaient fait chuter le cours de l'action en Bourse.

Si l'antipathie du président américain pour le fondateur d'Amazon est bien connue, l'affaire a en effet été relancée mercredi par un article sur le site Axios faisant état de "l'obsession" du président américain pour Amazon et son souhait de s'en prendre au groupe à travers des lois antitrust.

Par le passé, Amazon a été de nombreuses fois mis en cause, aux États-Unis comme en Europe, pour ses pratiques d'optimisation fiscale qui ont fait fortement baisser ses impôts. Mais cela a changé avec la hausse des bénéfices de l'entreprise, qui a payé 412 millions de dollars d'impôts au gouvernement fédéral en 2016.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 24
à écrit le 28/04/2018 à 17:34
Signaler
il devrait plutôt dire ''merci monsieur bezos'' une entreprise qui réussit et crée des milliers d'emploi, il devrait l'encourager

à écrit le 13/04/2018 à 13:28
Signaler
Et les fabricants chinois, autorisés à vendre sur Amazon France, on en parle quand ???? Aujourd'hui un fabricant localisé en Chine, fiscalement, socialement, physiquement, peut vendre directement à des consommateurs français à travers la plateforme ...

à écrit le 03/04/2018 à 8:50
Signaler
Trump semble vraiment vouloir mettre un terme au néolibéralisme, c'est tout de même particulièrement surprenant même si parfaitement justifié puisque destructeur de notre monde. Trump le meilleur président des états unis de toute l'histoire de l’A...

à écrit le 01/04/2018 à 19:22
Signaler
Etape 1: Trump ne comprend vraiment rien à l'économie. Amazon profite certes du système mais l'entreprise de Bezos apporte aussi beaucoup à l'économie US et de toutes façon on ne peut pas lutter contre le progrès. Etape 2: Trump a raison. Les inco...

le 01/04/2018 à 21:34
Signaler
Il y a une sorte d'admiration béate généralisée devant les GAFA qui fait que les médias ont du mal à en voir la face sombre , notamment les pratiques déloyales, le complexe d’infériorité français n'arrange rien. Mais juste comme ça, Amazon n'est rie...

le 01/04/2018 à 23:59
Signaler
@ johnmckagan Je suis pas mal d'accord avec ce que vous dites surtout que le commerce en ligne n'est qu'un commerce informatisé... rien de plus, rien de moins. C'est à peu près la même chose mais ça fait plus rapide, plus chic et plus moderne....

le 02/04/2018 à 21:00
Signaler
Trump semble vraiment vouloir mettre un terme au néolibéralisme, c'est tout de même particulièrement surprenant même si parfaitement justifié puisque destructeur de notre monde. Trump le meilleur président des états unis de toute l'histoire de l’...

le 02/04/2018 à 21:01
Signaler
désolé erreurs d'aiguillage...

à écrit le 01/04/2018 à 19:16
Signaler
En fait, la véritable cible de Donald Trump n'est pas Amazon mais le Washington Post (propriété de Bezos) qui a les meilleures ressources et le plus de volonté éditoriale pour enquêter sur les allégations des liens très étroits de Trump et son entour...

à écrit le 01/04/2018 à 11:09
Signaler
Tout tourne sur le fait que l'actionnaire remplace l'électeur!

le 01/04/2018 à 14:31
Signaler
Aussi que le client consommateur remplace "l'Usager"; L' entreprise va devenir notre Patrie...

à écrit le 01/04/2018 à 11:03
Signaler
Amazon ne gagne pas d argent sur la vente internet, ces resultat viennent d son activité dans le cloud......ne soyons pas naïfs....hier, dans une émission sur Amazon, un type est livré n 1 heure pour un coût de 5,90 euros......le livreur, pour cette ...

à écrit le 01/04/2018 à 10:10
Signaler
Un certain nombre de puissantes multinationales se développent en prenant simplement la place d’autres sociétés et abusent d'une position dominante. Comme l’indique l’article, le marketing est aujourd’hui remplacé par des lobbyistes puissants, très p...

à écrit le 01/04/2018 à 7:43
Signaler
d´autres auront une autre perspective: si le commerce en ligne n´avait pas explosé ces dernières années et sauvé la poste, ce n´est pas 1.5 dollar par paquet qu´elle perdrait. cas typique d´une administration avec des effectifs pléthoriques qui...

le 01/04/2018 à 8:40
Signaler
@r2d2. A part l'équipe de cyclisme US Postal je ne vois pas ce qu'on peut reprocher à la poste américaine !...

le 01/04/2018 à 10:27
Signaler
Vous etes bien naif. Amazon n'a pas choisi la poste pour la sauver mais parce qu'elle est moins chere que Fedex ou autres. Vous pensez que les logisticiens d'Amazon n'ont pas d'objectifs financier. La poste doit etre le transporteur au meilleur cout....

le 01/04/2018 à 10:57
Signaler
il ne s'agit pas de la poste française dont il parle .

le 01/04/2018 à 13:31
Signaler
Avant de critiquer le secteur public, il faudra déjà voir si Amazon saura s'adapter quand il sera forcé de payer ses impôts comme les autres.

à écrit le 31/03/2018 à 23:33
Signaler
Et Trump , pourquoi cache t-il ses revenus au peuple américain ?

à écrit le 31/03/2018 à 21:53
Signaler
On va dire qu'Amazon vend en ligne des millions de produits made in China.... Trump n'a pas forcement tort...😁😎

à écrit le 31/03/2018 à 20:25
Signaler
ca devient aussi pathetique que quand les sbires de hollande et montebourg allaient insulter les chefs d'entreprises de grosses boites dans des reunions ou ils avaient plus ete convoques que les crapules multirecidivistes protegees par le bon peuple ...

à écrit le 31/03/2018 à 19:50
Signaler
Et bien pour une fois Trump a raison ! Les GAFA échappent aux impôts mais se servent directement où indirectement d'infrastructures et de services financés par l'Etat. C'est de la grivèlerie, il utilisent un service mais ne paie pas. Si les commerc...

le 09/04/2018 à 20:01
Signaler
Quant à la facture fiscale d'Amazon, il est vrai qu'elle n'a effectivement pas payé d'impôts en 2017, mais elle a payé des centaines de millions d'impôts au cours des trois dernières années. Qu'est-ce que Trump est en train de faire? ne s'est-il pas...

à écrit le 31/03/2018 à 19:32
Signaler
Et en plomberie ce Trump, il a aussi des idées... non dictées par J Kushner ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.