Du Japon à la France, stupéfaction après la fuite de Carlos Ghosn au Liban

 |   |  641  mots
(Crédits : KYODO)
Alors que la secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie Agnès Pannier-Runacher, la CGT Renault et le principal avocat japonais de Carlos Ghosn, ont réagi, ce mardi 30 décembre, à la fuite de l'ancien dirigeant de l'alliance Renault-Nissan vers le pays du Cèdre, le Quai d'Orsay a annoncé, dans l'après-midi, qu'il n'était pas au courant du départ de l'ancien dirigeant.

(Article publié le 31 décembre 2019 à 12h25, mis à jour le 31 décembre 2019 à 16h15)

La nature des réactions à l'annonce de la fuite de Carlos Ghosn vers le Liban, orchestrée lundi 30 décembre, traduisent, à tous les égards, le grand étonnement, et c'est un euphémisme, que suscite la nouvelle à travers le monde. Junichiro Hironaka, le principal avocat japonais de l'ex-patron de Renault-Nissan s'est dit, ce mardi 30 décembre, "abasourdi" par le départ de son client, initialement assigné à résidence au Japon. L'avocat assure n'avoir eu aucun contact avec lui depuis son départ dans des conditions encore mystérieuses. "C'est une surprise totale", a-t-il déclaré aux médias japonais en affirmant ne pas avoir été contacté par M. Ghosn et avoir appris "par la télévision" que l'ex-patron de Renault-Nissan avait fui le Japon où il est sous le coup de quatre inculpations pour malversations financières. L'avocat japonais a par ailleurs confirmé qu'il est toujours en possession des passeports du dirigeant en fuite.

Pour le moment, personne n'est en mesure de déterminer comment Carlos Ghosn s'est enfui. La France n'a eu aucune information à ce sujet, a assuré ce mardi après-midi le ministère français des Affaires étrangères, après l'arrivée surprise à Beyrouth de l'ex-PDG de Renault-Nissan. "Les autorités françaises ont appris par la presse l'arrivée de Carlos Ghosn au Liban. Celui-ci faisait l'objet de poursuites judiciaires au Japon, avec des mesures destinées à éviter qu'il ne quitte le territoire japonais", a indiqué le ministère dans un communiqué laconique. "Les autorités françaises n'ont pas été informées de son départ du Japon et n'ont eu aucune connaissance des circonstances de ce départ".

A l'instar du Quai d'Orsay, la secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie Agnès Pannier-Runacher, qui s'est dite, ce mardi 31 décembre, "surprise" de ce rebondissement inattendu sur France Inter, affirme avoir appris "par la presse", le départ du magnat déchu de l'automobile. "Il faut qu'on comprenne exactement ce qu'il s'est passé", a-t-elle ajouté. L'ex-patron de l'alliance Renault-Nissan "n'est pas au-dessus des lois", a souligné Mme Pannier-Runacher.l "C'est un ressortissant libanais, brésilien et français et le soutien consulaire lui est acquis comme (à) tous les Français", a-t-elle ajouté.

"Comment a-t-il pu passer le contrôle des aéroports ?"

La CGT Renault s'est également exprimée sur ce nouveau rebondissement en indiquant  espérer que "toute la lumière" sera faite sur cette exfiltration, "notamment des complicités" dont a pu bénéficier l'ex-PDG de Renault-Nissan. "Nous espérons que toute la lumière sera faite sur cette affaire et notamment des complicités dont a bénéficié Carlos Ghosn", a déclaré Fabien Gâche, délégué CGT du constructeur automobile, dans un communiqué.

"Comment a-t-il pu quitter le Japon sachant qu'il était, selon ses avocats, assujetti à résidence et à des contrôles stricts tant dans ses déplacements que dans ses échanges avec autrui ? Comment a-t-il pu passer le contrôle des aéroports (Japon, Turquie...) sans passeport, puisque ses avocats affirment détenir ses passeports français, libanais et brésilien ?", a interrogé le syndicat.

"Une nouvelle fois, Carlos Ghosn s'autorise à décider de ce qui relève de la justice ou non, tout comme il s'est autorisé à licencier des centaines de milliers de salariés sans autre forme de procès", a commenté le syndicat.

Lire aussi : Carlos Ghosn a quitté le Japon et se trouve au Liban !

Carlos Ghosn avait été arrêté à Tokyo le 19 novembre 2018 et est inculpé au Japon d'abus de confiance et de dissimulation de revenus. Depuis son arrestation, ses avocats et sa famille ont vivement dénoncé ses conditions de détention et la façon dont la justice japonaise mène la procédure.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/01/2020 à 11:29 :
Sans Macron et ses 15 % de participation pour laquelle il voulait des droits de vote doubles rien de tout cela ne serait arrivé. Les entreprises privées japonaises auraient été lésées par la main-mise de l'Etat sans perspectives d'avenir pour elles.
Encore un échec INDUSTRIEL ET FINANCIER DE MACRON sans autres commentaires.
a écrit le 02/01/2020 à 15:44 :
C'est ballot !
a écrit le 02/01/2020 à 12:45 :
Stupéfaction ?? On prend vraiment les gens pour des c... ? Mais est-ce que les politiciens en eaux troubles ont-ils vraiment tort de le faire ?? Il est impossible que l'"homme d'affaires" (mort de rire) français ait réussi à fuir lâchement le japon sans des complicités très actives notamment au Liban et en france. France qui, d'ailleurs, s'empresse de protéger ce fraudeur multi-récidiviste. Il est clair que la clique politicienne française veut tout faire pour empêcher le légitime procès de ghosn afin que des dessous pas très reluisants pour la marque française et les politiciens français ne soient pas révélés. La france a bel et bien les "hommes d'affaires" et les politiciens véreux qu'elle mérite. Même si, comme c'est le cas actuellement au "plus haut sommet" (ridicule !) de l'état, il s'agit d'un "mal élu" mis en place par une frange d'affairistes qui veulent privatiser tout le pays à leur profit
a écrit le 02/01/2020 à 11:16 :
Si tous les Français (ou d'ailleurs) pouvaient revenir d'une dictature réelle ou plus discrète comme mr Ghosn, ça serait vraiement chouette.
En tout cas, acheter japonais c'est cautionner un pays qui n'est démocratique que de nom mais pas dans les usages.
a écrit le 02/01/2020 à 10:07 :
Stupéfaction ?? On prend vraiment les gens pour des c... ? Mais est-ce que les politiciens en eaux troubles ont-ils vraiment tort de le faire ?? Il est impossible que l'"homme d'affaires" (mort de rire) français ait réussi à fuir lâchement le japon sans des complicités très actives notamment au Liban et en france. France qui, d'ailleurs, s'empresse de protéger ce fraudeur multi-récidiviste. Il est clair que la clique politicienne française veut tout faire pour empêcher le légitime procès de ghosn afin que des dessous pas très reluisants pour la marque française et les politiciens français ne soient pas révélés. La france a bel et bien les "hommes d'affaires" et les politiciens véreux qu'elle mérite. Même si, comme c'est le cas actuellement au "plus haut sommet" (ridicule !) de l'état, il s'agit d'un "mal élu" mis en place par une frange d'affairistes qui veulent privatiser tout le pays à leur profit
Réponse de le 02/01/2020 à 12:15 :
Ah bon ? Selon vous, il serait donc « clair que la clique politicienne française veut tout faire pour empêcher le légitime procès de Ghosn ... ». Ah ah ah, j’ai bien ri !
Vous en sauriez donc plus que tout le monde sur cette étrange affaire, cet infâme complot politico-financier ourdi par le grand capital ?
Franchement, gardez vos affirmations simplistes et vos passions tristes pour vos camarades du café du commerce...
Réponse de le 02/01/2020 à 16:19 :
Bon, d'accord : les politiciens français, peu connus pour leur indépendance et leur honnêteté, vous mentent et vous méprisent même pas discrètement et ils ont bien raison ! Car si vous en êtes encore à gober leurs romans-feuilletons, leurs fables, leurs mensonges, leurs légendes et leurs fake-news, si vous en êtes encore à ne pas oser ou ne pas avoir le courage de penser par vous-mêle, ils auraient bien tort de se gêner et - la preuve - ils ne s'en privent pas. Vous avez les politiciens que vous méritez et ce n'est pas très reluisant !
a écrit le 02/01/2020 à 9:06 :
"Bon les gars si vous ne faites rien je balance tout !"
a écrit le 02/01/2020 à 7:03 :
Et forte inquiétude dans les latrines ministérielles japonaises et françaises de ce qui pourrait émerger de cette liberté soudaine..."Bon, on a qui de disponible la-bas ?"
a écrit le 01/01/2020 à 23:29 :
Arsène LUPIN ?
a écrit le 01/01/2020 à 19:36 :
Selon la presse étrangère mais européenne , il aurait fui caché dans un étui de contrebasse . Pitoyable et peu glorieux pour un X ! Bizarre que la presse française n'en dise rien : vous devriez savoir qu'en 2020 il est inutile de cacher ça .
Réponse de le 02/01/2020 à 14:07 :
C'est possible, puiqu'il se plaignait d'avoir perdu 15 kilos pendant son incarceration en ne mangeant qu'un bol de riz par repas.Lui aussi a eu son "comme j'aime".
a écrit le 01/01/2020 à 16:38 :
La lâcheté de certains gouvernants n'a d'égal que leur morgue et suffisance fce à leurs subordonnés . Et dire que nombre de ministres l'ont défendu mordicus pendant des mois .
a écrit le 01/01/2020 à 16:26 :
à partir du moment ou l'ont à de l' argent tout est permis ..... sarko à été lui rendre visite !!! la dessus la France !!!!
Réponse de le 02/01/2020 à 11:15 :
oui après avoir d'assister au couronnement de l'empereur trop fort l'affaire!

Les dînées de l'ambassadeur ferrero, et la fête est folle !!! ah ah ah ah
a écrit le 01/01/2020 à 12:50 :
"Personne n'est en mesure de déterminer comment Carlos Ghosn s'est enfui" : par avion civil Osaka - Istambul, c'est trop facile et trop visible sur les radars ; par avion militaire, c'est trop de risque diplomatique ; par avion des services secrets, pour quel pays est-il un atout? Un vrai sujet de roman.
Réponse de le 01/01/2020 à 16:43 :
Il avait peut-être comme Ben Allah, 6-7 passeports différents ... et jamais personne ne songe à réclamer leur restitution . Elle n'est pas belle la vie des puissants ...?
a écrit le 01/01/2020 à 12:30 :
Beaucoup d'inexactitudes dans tout ce qui a pu être dit et écrit sur le contrôle judiciaire auquel était soumis Carlos Ghosn. Il pouvait sortir librement de chez lui, aller où bon lui semble, rencontrer et manger avec des amis, même s'absenter de Tokyo pour voyager à l’intérieur du pays (3 jours maxi), sans être autorisé à quitter le territoire. La fameuse camera servait à enregistrer les entrées et sorties et les images pouvaient être visualisés tous les 30 jours seulement. Il ne disposait que d'un téléphone fourni par ses avocats et à portée limitée. Il avait interdiction d'entrer en contact avec sa femme ainsi qu'avec les autres personnes impliquées dans l’affaire le concernant. Selon la chaîne d’informations japonaise NHK, il doit également obtenir l’accord du juge s’il veut rencontrer des membres de la direction de Renault ou Nissan. M. Ghosn n'était pas suivi en permanence par des policiers. La résidence surveillée existe aussi en France et celle de M. Ghosn n'était pas différente de celle de patrons japonais en délicatesse avec la justice de leur pays. M. Ghosn n'était même pas obligé de se présenter toute les semaines au poste de police !. Pas le bagne comme on a voulu nous faire croire, et pas non plus une "évasion" car pour cela il faut être prisonnier ce qui n'était pas le cas. M. Ghosn, qui n'a plus de passeport, a rejoint son pays qui est le Liban. Bien que né au Brésil, ses deux parents étaient libanais. Quant à la nationalité française, elle a été demandée uniquement pour éviter toute polémique avec les syndicats sur les bons conseils de Louis Schweitzer. M. Ghosn est citoyen libanais, pays où il possède sa résidence et où il a investit dans de nombreuses affaires. Il possède un vignoble, le domaine Ixsir, des investissements dans le monde bancaire, dans l’immobilier. Ses investissements au Liban font d’ailleurs partie de l’affaire, puisque certains flux financiers venant des caisses de Nissan auraient été versés à des relations au Liban, entre autres. On peut dire que Renault a investit a Liban !
Réponse de le 01/01/2020 à 16:46 :
Il est Français, dites-vous et ne paie pas d'impôts en France . Très fort, le gars
a écrit le 01/01/2020 à 12:21 :
La CGT égale à elle-même. Toujours à côté du sujet. Des communistes recyclés.
Réponse de le 01/01/2020 à 15:35 :
Pourtant la CGT pose les mêmes questions que la plupart des éditorialistes des médias voir de la secrétaire d'état non ?
Réponse de le 01/01/2020 à 22:08 :
C'est sûr avec ses antécédents une justice médiévale du style féodal peut trouver des soutiens à la CGT !!
a écrit le 01/01/2020 à 12:16 :
Ahh La CGT...pense ...sacrée nouveauté!!! Mais on se cogne de ce que ces navets peuvent penser...ils ne représentent que leur ombre !! Quel est l interêt ?? Ils n ont juste aucune légitimité
a écrit le 01/01/2020 à 11:33 :
Tout à fait choquant que le pouvoir et l'argent permette de se soustraire à la justice. Certains faits lui étaient reprochés, M Ghosn devait comme n'importe quel citoyen prendre ses responsabilités et y faire face. C'est une cavale, qui en elle même confirme sa présumée culpabilité, pourquoi fuire si on est innocent. Pas beaucoup de courage, vraiment pas
a écrit le 01/01/2020 à 10:53 :
Bravo, et félicitations Monsieur Goshn -
Vous pourrez maintenant vous défendre et répondre à vos accusations.
Voilà un dirigeant. Voyons maintenant RENAULT ! ces résultats !!!
sans parler de NISSAN vouer à sa fin dans peu de temps.
encore Bravo.
a écrit le 01/01/2020 à 10:46 :
Banzaï !!!!! Les samouraïs de la CGT, payés par nos impôts, ont sortis leurs sabres !!!
a écrit le 01/01/2020 à 9:27 :
Je ne vois pas en quoi cette évasion concerne la CGT.
Réponse de le 01/01/2020 à 10:51 :
A commencer par :
- le justiciable nippon lambda qui ne peut échapper à son justice pour fuir au LIban et bénéficier du soutien consulaire français.
- du cityoen français qui doit respecter beaucoup de règles pour se faire délivrer un passeport (et j'en ai fait les frais) alors que visiblement ici....

Poser des questions légitimes sur cette affaire n'est pas une atteinte au droit français donc là dessus j'espère aussi avoir des éclaircissements.
Réponse de le 01/01/2020 à 11:17 :
C'est vrai que pour le coup c'est étrange !

Ceci dit effectivement, la protection du consulat est souvent dans un pays en guerre. Il me semble que ce n'est pas le cas.

Mais l'on a pu voir avec l'histoire de l'avion et la coke, qu'il se passe des choses souvent magiques!!! ah ah ah

Pour dire que j'étais sans nationalité et devant prouver être ce que j'étais.... me fais dire que tout cela montre un système ou le premier bénéficiaire est celui qui a le pouvoir.. Rien de nouveau, si ce n'est encore une fois la démonstration de l'impunité de frérots!

Ses avoirs vont être bloqués, après effectivement, cela est a l'image des patrons? non?

Sa sanction au Japon, est ce qui fera valeur d'exemple, c'est puissant dans la mentalité!

L'amitié a un prix! C'est le snowden patronal !! ah ah ah
Réponse de le 01/01/2020 à 11:23 :
La CGT sort de plus en plus de son rôle de syndicat pour faire de la politique sous l'impulsion de son leader qui fait vraiment penser à une sorte de Maduro français.
a écrit le 31/12/2019 à 18:45 :
Prenez lui tout ces biens personnel retraite et cotisation comprise !
a écrit le 31/12/2019 à 18:23 :
Franchement les autorités francaises se couvrent de ridicule. Après avoir laché Goshn ils ne s'attendaient quand même pas à ce qu'il leur envoie un SMS. Une réaction digne aurait été de dire que Monsieur Goshn étant detennus au Japon c'est un problème entre les autoritées japonnaise et lui.
Quand remettra t'on de nouveau un cerveau dans les autoritées francaises?
a écrit le 31/12/2019 à 17:40 :
A l'evidence, le quai d'Orsay et le ministere de l'interieur connaissaient l'existence du second passeport francais de Carlos Ghosn et se sont bien garde de l'annuler. Cette fuite ne deplait sans doute pas aux autorites francaises qui auront un meilleur "leverage" politique (Renault-Nissan) avec un Carlos Ghosn fugitif au Liban qu'avec un prisonnier encombrant au Japon. Mais d'ici a affirmer que ce sont les services de renseignement francais qui ont "facilite" son evasion (par la voie maritime, moins surveillee) il y a un pas que je me garderai de franchir.
Réponse de le 01/01/2020 à 11:56 :
John le Carré?
a écrit le 31/12/2019 à 17:11 :
Le gouvernement français n'a strictement rien à voir avec cette affaire, mais par les temps qui courent, on va certainement lui demander des comptes et son soutien. Macron l'a toujours refusé, ce qui est logique et lui a évité d'être soupçonné de complicité d'évasion. Par contre la CGT et M. Gâche feraient bien de mesurer leurs paroles car on ne sait pas trop où ils sont allés chercher leurs licenciements "des centaines de milliers de salariés sans autre forme de procès", sans trop de rapports avec la question. Renault n'a jamais été aussi prospère que sous Ghosn et depuis la fin du leadership de ce syndicat.
a écrit le 31/12/2019 à 16:32 :
S'il a pu s'évader, c'est "qu'on" a regardé ailleurs.
Tout a bien été orchestré pour un 31 Décembre.
a écrit le 31/12/2019 à 15:22 :
Le Liban n'extrade pas vers le Japon mais extrade vers la France. On va vers une crise avec les japonais qui vont nous demander de récupérer Monsieur Ghosn. On attend la suite avec impatience maintenant que l'ancien patron de Renault va pouvoir se défendre.
Réponse de le 31/12/2019 à 17:58 :
Merci pour cet éclairage fort intéressant.
Réponse de le 01/01/2020 à 11:23 :
Oui, et au vue de ce qui se passe en France, nous risquons sans doute rétorsion. Car il s'agit d'un principe nippon pour le fait, et moi je pense que tout cela va démontrer la vastitude de vrai !!!

Bon, 2020 semble intéressante dans le fait ! Et comme il y a aussi des enquêtes en cours en France, difficile de ne pas en faire un poison dans le temps dans d'autres cadres relationnels (économiques, ou stratégique).
a écrit le 31/12/2019 à 15:01 :
Je ne connais pas M. Ghosn et je n'ai aucune info sur ce qu'il a fait ou n'a pas fait en dehors des accusations dont il fait l'objet.
On note que l'Etat français, actionnaire de Renault (on se demande encore bien pourquoi), n'a rien vu venir, ne sait rien sur rien et n'a pas levé le petit doigt pour lui.
Par contre, si un politique ou un PDG avait subi en France la moitié de ce qu'il a subi au Japon, on aurait entendu des dizaines de "stars du barreau légiond'honneurisées" dire que les droits de la défense étaient bafoués, que sa détention était inhumaine, etc.
En conséquence, coupable ou pas coupable, et étant donné le traitement dont il a fait l'objet, il est plutôt surprenant qu'il ne se soit pas enfui plus tôt compte tenu des ressources dont il dispose.
Réponse de le 01/01/2020 à 11:26 :
Oui, il est vrai que vos propos permettent une mise en relief d'une réalité sordide et impotente.

Et finalement, tout cela va dans le sens d'un niveau de ce point de vue sur les la politique et l'économie ou finalement il n''y a plus de règles.

Sauf pour la population.... Alors forcément, il ne faut pas s'étonner des conséquences symboliques.
a écrit le 31/12/2019 à 14:26 :
3 passeports differents , Il y a des personnes sur terre qui "comptent "plus que d autres
a écrit le 31/12/2019 à 13:13 :
Tiens un CGTiste qui a un discours cohérent

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :