Le procès de Carlos Ghosn débutera en avril 2020

 |   |  557  mots
Carlos Ghosn devra répondre de quatre chefs d'accusation.
Carlos Ghosn devra répondre de quatre chefs d'accusation. (Crédits : KYODO Kyodo)
La première audience publique du procès de Carlos Ghosn au Japon est prévue pour avril 2020, a déclaré samedi à l'AFP une source proche du dossier, confirmant une information de l'agence de presse japonaise Kyodo.

L'heure du jugement se rapproche pour Carlos Ghosn. D'après l'AFP, la première audience publique du procès de l'ex-patron de Nissan, Renault et de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, est prévue pour avril 2020. La date précise n'est pas encore définitivement fixée mais, d'après Kyodo, "le tribunal de Tokyo souhaite organiser jusqu'à trois audiences par semaine à compter du 21 avril". "C'est en effet ce qu'il y a dans le calendrier distribué par le tribunal", a confirmé à l'AFP une source proche du dossier, sans pouvoir en dire davantage dans l'immédiat.

Rémunérations différées non-déclarées et abus de confiance

Outre le prévenu Carlos Ghosn, seront entendus d'actuels et anciens responsables de Nissan, toujours selon Kyodo. Carlos Ghosn est sous le coup de quatre inculpations, dont deux (celles sur des rémunérations différées non déclarées) pour lesquelles sont aussi mis en cause son ex-collaborateur Greg Kelly et le constructeur automobile Nissan en tant que personne morale.

Le procès sur ce volet de l'affaire devrait concerner les trois prévenus, bien que les avocats de Carlos Ghosn aient demandé qu'ils soient dissociés par souci d'équité, compte tenu du rôle joué par Nissan dans l'arrestation de celui qui l'avait sauvé de la faillite il y a 20 ans.

Carlos Ghosn est en outre inculpé à deux reprises d'"abus de confiance aggravé" concernant des transferts de fonds à des intermédiaires de Nissan en Arabie saoudite et à Oman, argent dont une partie aurait été utilisée pour des investissements personnels, selon les chefs d'accusation présentés par les procureurs.

Ghosn est toujours assigné à résidence à Tokyo

Arrêté en novembre 2018 puis libéré sous caution au printemps dernier, l'ex-grand patron est actuellement assigné à résidence à Tokyo, avec interdiction de voir son épouse et de la contacter, des conditions que dénoncent ses avocats.

Il rencontre régulièrement les juges et les procureurs au cours d'audiences préalables au procès, réunions qui se dérouleront jusqu'en mars. C'est au cours de ces conciliabules que ses avocats prennent peu à peu connaissance du dossier auquel ils n'ont toujours pas complètement accès, ce qu'ils considèrent comme un handicap pour préparer la défense de leur client.

Le patron déchu franco-libano-brésilien de 65 ans ne s'est pas exprimé publiquement pendant une conférence de presse depuis son arrestation, bien qu'il en ait émis le souhait à plusieurs reprises. M. Ghosn "est à la fois atteint et très résolu, serein sur le fond (...) et impatient de pouvoir s'expliquer et de dire sa part de vérité", a récemment rappelé à l'AFP son avocat français Me François Zimeray. Par des communiqués ou en réponse à de rares interviews, il a dénoncé depuis le début de l'affaire un "complot" ourdi par Nissan pour empêcher une intégration plus poussée avec constructeur automobile français Renault.

Cette crise a provoqué d'énormes tensions au sein de l'alliance et celui qui a succédé à Carlos Ghosn à la tête de Nissan, Hiroto Saikawa, a lui même dû quitter ses fonctions de directeur général cette semaine, poussé vers la sortie par le nouveau conseil d'administration du groupe après avoir été rattrapé par une affaire de rétributions indues.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/09/2019 à 18:42 :
@Leon
Faire passer cela en frais de représentation d'entreprise est bien sûr condamnable.
Mais ce n'est peut-être pas très différent des dépenses somptuaires et voyages des autre dirigeants de multinationales. A voir ce que font les PDG de GM, Ford, Mercedes etc ... C'est le visage du capitalisme mondialiste.
Par ailleurs peu de criminels (même les pires) sont emprisonnés dans des conditions qui font ressembler les prisons françaises au Club Med. avant même d'avoir un procès ... et cela a commencé en novembre 2018 !
a écrit le 21/09/2019 à 20:50 :
Carlos Ghosn a été emprisonné sans pouvoir se défendre, ni même avoir accès à un dossier d’inculpation à géométrie variable de jours en jours et distillé au compte-gouttes.
Mais comme le déclarait la femme de C. Ghosn : « chez Nissan, Renault ou Mitsubishi, ce n’est jamais Carlos seul qui signe, il y a huit signatures sur chaque papier … ».
Pourtant aucun dirigeant japonais de Nissan n’a été emprisonné, ni même inquiété.
Saikawa, en tant qu’adjoint de C. Ghosn, n’aurait-il pas dû logiquement être en prison avec lui - ainsi que d'autres d’ailleurs ? ...
Autres exemples : Les dirigeants de Tepco (Fukushima) n’ont pas fait un seul jour de prison. Idem pour les dirigeants de Takata à l’origine du scandale des airbags défectueux (16 morts, 180 blessés graves). En fait il apparait que Carlos Ghosn ait eu droit à un « traitement très particulier ».
Il était semble-t'il allé au Japon pour virer certains dirigeants, leurs résultats étant mauvais, et surtout se mêler de plus près des affaires de Nissan, au nom de Renault (sauveur de la boite, et actionnaire à 43,4 % ! ), mais ils l’ont piégé apparemment dans le but caché de se débarrasser de la tutelle de Renault.
Comme beaucoup, j’envisageais d’acheter éventuellement une Nissan, mais j’ai bien sûr changé d’avis depuis cette pitoyable affaire.
Réponse de le 22/09/2019 à 7:33 :
@Analyse9: J'aurais volontiers ajouté à la brochette d'accusés notre excellent président MACRON qui a vraisemblablement été le détonateur de la crise; ses manières d'éléphant dans un magasin de porcelaines japonaises et dans la République française me font penser que la banque d'affaires l'a, certainement enrichi en le poussant vers la sortie.
Réponse de le 22/09/2019 à 8:01 :
Achetez Renault.
Ca marche bien au debut et puis ca se complique avec le temps. Ca se deglingue de partout, mais c'est francais
Réponse de le 22/09/2019 à 10:36 :
@matins calmes
C'est de l'autoflagellation, une pratique assez répandue dans ce pays.
Comme beaucoup d'autres, j'ai eu une Clio pendant 15 ans sans aucun problème particulier.
... mais continuez à acheter allemand ou japonais vous aurez bien combattu le chômage dans ces pays (qui n'en ont pas besoin) et vous aurez la satisfaction de vous sentir plus malin, mais le petit ennui de continuer à payer plus d'impôts pour les chomeurs français.
Réponse de le 22/09/2019 à 13:51 :
@matinscalmes.je ne comprends pas votre réaction, je roule depuis des années en Renault sans problèmes particulier. On s'autoflagelle et après on s'indigne que la SNCF achète du matériel espagnol
Réponse de le 22/09/2019 à 16:08 :
Analyse9, pouvez vous nous rappeler sur quel compte a été imputée la dépense de la réception du château de Versailles de 2016 concernant le mariage de Carlos Ghosn ??
Réponse de le 23/09/2019 à 13:28 :
@Analyse9

... mais continuez à acheter allemand ou japonais


Pour matins calmes ,se serait plutôt coreen ,puisqu'il me semble qu'il vit la-bas.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :