Ecarts de revenus : les patrons américains champions du monde

 |   |  275  mots
Jeff Bezos, le patron d'Amazon, est l'homme le plus riche du monde.
Jeff Bezos, le patron d'Amazon, est l'homme le plus riche du monde. (Crédits : Reuters/Joshua Roberts)
Un patron aux Etats-Unis gagne 265 fois plus qu'un Américain moyen, faisant de l'Amérique le pays le plus inégalitaire de ce point de vue. La France occupe la 15e place avec un rapport de 1 à 70.

Un patron aux Etats-Unis gagne 265 fois plus qu'un Américain moyen, ce qui place le pays en tête d'un classement portant sur les écarts de revenus dans 22 pays, réalisé par l'agence d'informations financières Bloomberg.

L'Inde se place au deuxième rang, avec une rémunération annuelle des dirigeants 229 fois supérieure au revenu moyen dans le pays. Le Royaume-Uni, où un grand patron est payé l'équivalent de ce que gagnent 201 Britanniques, complète le podium de ce classement publié jeudi.

La France occupe la 15e place

La France se situe plus loin dans la liste, à la quinzième place. Avec des revenus de l'ordre de 2,75 millions de dollars (environ 2,3 millions d'euros), les patrons empochent 70 fois le revenu annuel moyen des Français (39.474 dollars, soit environ 33.000 euros). L'Allemagne est plusieurs places devant (9ème). Un patron y gagne 136 fois plus qu'un travailleur moyen.

Avec des revenus du patronat 20 fois supérieurs à ce que touchent les habitants en moyenne, la Norvège clôt le classement. Elle distance de plusieurs places les autres pays nordiques, réputés pour être plus égalitaires. En Finlande (14ème) le ratio d'écart de revenus atteint 71, tandis qu'il s'affiche à 60 en Suède (18ème).

Principaux indices boursiers

Pour établir ce classement, Bloomberg a évalué les revenus moyens (salaire fixe, variable, actions, retraites etc.) des dirigeants d'entreprises des principaux indices boursiers de chaque pays (S&P 500 pour les Etats-Unis, FTSE 100 pour le Royaume-Uni, CAC 40 pour la France). Il a comparé cette rémunération au revenu moyen dans chaque Etat, mesuré par le Produit intérieur brut (PIB) par habitant, calculé en parité de pouvoir d'achat.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/01/2018 à 21:09 :
Changer le mot «  plus riche » par «  plus d’égarements » et «  moins de valeurs »
Multiplé par le nombre et vous avez votre inconnu X pour l’avenir pas si loin...
a écrit le 30/12/2017 à 18:12 :
Pendant ce temps, aux États-Unis,explosion des suicides de la population blanche et précaire et durée de vie en diminution pour la deuxième année consécutive.
a écrit le 29/12/2017 à 19:06 :
Ca m'est totalement égal qu'ils gagnent de sommes stratosphériques...dans la mesure où leurs entreprises et eux-mêmes n'essaient pas d'échapper à l'impôt... et ne demandent pas toujours plus d'avantages façon Gattaz.
a écrit le 29/12/2017 à 12:52 :
A la limite ce n'est pas un problème, le problème c'est que leurs rejetons deviennent des rentiers qui vivent sur le dos de tout le monde pour des générations ce qui nous ramène à la Grèce antique avec ses citoyens (sic) et sa démocratie (re sic) vivant grace à leurs esclaves...
a écrit le 29/12/2017 à 12:12 :
c'est vraiment des comparaisons a la con, vu qu'on ne sait pas ce qui est compare......comparer le salaire d'un patron de multinationale a un salarie moyen de tpe, ca peut permettre d'avoirdes bons chiffres qui ne veulent rien dire.........
un francais a un salaire moyen de 32000 euros par an, un africain 600, voila ou il faut coller des impots pour le redistribuer!
et si on prend un africain pauvre ' statistiquement bien chooisi', on peut meme faire exploser le ratio entre un salarie moyen parisien et un ouvrier ( agricole) au fond de l'afrique!
Réponse de le 30/12/2017 à 21:22 :
Jeff Bezos, 100 Mds$. 500 personnes ont gagné 1000 milliards de $ en une seule année. Ouvrez les yeux, vous êtes grotesque.
a écrit le 29/12/2017 à 11:06 :
Je trouve regrettable l'utilisation réductrice du mot "patron". Qu'un titre soit réducteur, passons... mais le corps de l'article poursuit la confusion. La méthodologie n'étant introduite qu'en fin d'article, on ne comprend qu'à cet instant que cette "étude" ne concerne pour la France que 40 patrons, échantillon peu représentatif !
a écrit le 29/12/2017 à 9:17 :
Le capitalisme tel qu'il est a été imposé par les états unis qui depuis la seconde guerre mondiale trône la première place de puissance économique mondiale sans qu'il n'y ai aucune contestation possible, il est donc logique que ce soit là que l'on y trouve lesp lus grandes inégalités.

La question par contre est comment, nos andouilles de dirigeants européens ont ils pu croire qu’ils arriveraient à égaler ce pays qui sera toujours premier car définitivement implanté et générant en plus les règles du jeu.

L'europe avait d'autres atouts, elle a préféré se débarrasser de sa connaissance et son savoir pour se vautrer dans un mode de fonctionnement binaire réducteur au possible dominé à vie par les états unis.

Vite un frexit
a écrit le 28/12/2017 à 18:36 :
Et alors ? qu'est-ce que cela peut bien faire à un pays soi-disant égalitaire comme la France qui se complait dans un communisme désuet, des entreprises publiques qui perdent de l'argent, une industrie détruite, en surpoids chronique de fonctionnaires et dont la croissance est à la traine de toute l'Europe ? Qui a raison, la répartition sans fin de la pauvreté à la française, ou des inégalités génératrices de croissance américaine ?
Réponse de le 29/12/2017 à 8:09 :
Qui bénéficie de la croissance aux États-Unis ? Est-ce les millions de gens payés au salaire minimum avec 2 semaines de vacances par année ? Ou encore les millions qui n'ont pas les moyens de se payer une assurance médicale hors de prix ? La pauvreté aux États-Unis est bien plus présente qu'en France...Il ne faut pas croire tout ce que Hollywood raconte.
Réponse de le 29/12/2017 à 8:54 :
Aux USA c'est la croissance des 10% les plus riches, pour les autres la croissance n'existe pas, d'ailleurs si le revenu médian a "augmenté" ces deux dernières années, c'est parce qu'on a changé la méthodologie de calcul.
Réponse de le 01/01/2018 à 22:35 :
Oula ! Vous avez du mal avec la logique de base semble-t-il !

« Inégalités génératrices de croissance » : magnifique oxymore où vous vous discréditez tout seul !

Nonobstant les nombreux mensonges décrivant la situation française, vous semblez ne pas vouloir voir qu’aux États-Unis, la situation est catastrophique pour bon nombres d’américains, justement victimes de ces inégalités insupportables. Le résultat est pourtant sous vos yeux : Donald Trump.

Mais rassurez-vous, en France aussi, les inégalités explosent. Juste un peu moins. Ceci étant, une croissance qui ne profite qu’à une minorité est INUTILE. Ajoutons à cela que la croissance est destructrice de l’environnement et n’est même pas souhaitable.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :