Cinq choses à retenir sur le boom des inégalités mondiales

 |   |  1206  mots
Tous pays confondus, la hausse des inégalités s'est traduite par une perte de vitesse de la classe moyenne mondiale, dont la croissance du revenu a été faible.
Tous pays confondus, la hausse des inégalités s'est traduite par une perte de vitesse de la classe moyenne mondiale, dont "la croissance du revenu a été faible". (Crédits : Reuters)
Le dernier rapport international sur les inégalités, élaboré par une centaine de chercheurs, indique que "les 1% d'individus les plus riches ont profité deux fois plus" de la croissance "que les 50% d'individus les plus pauvres" sur les trois dernières décennies. Ce document alarmant souligne aussi le sombre avenir des classes moyennes.

Les inégalités de revenus et de patrimoine se sont fortement creusées dans le monde au cours des dernières décennies, en particulier aux États-Unis, selon un rapport international publié jeudi, qui précise que cette évolution a avant tout pénalisé les classes moyennes.

Depuis 1980, "les inégalités ont augmenté dans presque toutes les régions", souligne ce "Rapport sur les inégalités mondiales 2018", qui compare de façon inédite la répartition des richesses au niveau mondial et son évolution depuis près de quatre décennies. Parmi les économistes qui ont contribué au projet, figure le célèbre auteur du best-seller "Le Capital au XXIe siècle", et enseignant à l'école d'Économie de Paris, Thomas Piketty.

"Le but de ce rapport, ce n'est pas de se lamenter, (...) c'est plutôt de voir ce qui marche, ce qui ne marche pas, et comment il est possible, au sein d'une même mondialisation, d'avoir différentes politiques nationales", a expliqué Thomas Piketty sur France Inter.

| Lire aussi : Les inégalités de revenus à des niveaux records dans les pays développés

■ Record d'inégalité au Moyen-Orient

D'après les estimations des économistes, le Moyen-Orient représente la zone la plus inégalitaire au monde. La part du revenu national allant aux seuls 10% des plus gros revenus (part de revenu du décile supérieur) s'élevait à 61% du revenu national en 2016. Viennent ensuite l'Inde et le Brésil, l'Afrique subsaharienne, la zone États-Unis/Canada, la Russie et la Chine au classement des zones et pays les plus inégalitaires. L'Europe arrive en dernière position de ce palmarès.

[ Légende : en 2016, le décile supérieur (les 10% des revenus les plus élevés) a perçu 37% du revenu national en Europe, contre 61% au Moyen-Orient. ]

L'autre fait marquant concerne la répartition de la croissance du revenu mondial au cours des dernières décennies.

"Les 1% d'individus recevant les plus hauts revenus dans le monde ont profité deux fois plus de cette croissance que les 50% d'individus les plus pauvres."

■ Les inégalités de revenus augmentent partout, à des rythmes différents

Selon les auteurs du rapport, les inégalités de revenus ont augmenté dans presque tous les pays, mais à des rythmes différents. Depuis 1980, les inégalités de revenus ont augmenté rapidement en Amérique du Nord, en Chine, en Inde et en Russie, mais de manière plus modérée en Europe.

"Dans une perspective historique plus longue, cet accroissement des inégalités marque la fin du régime égalitariste qui avait pris différentes formes dans ces régions après la Seconde Guerre mondiale", expliquent les experts.

■ Des inégalités de patrimoine criantes entre le public et le privé

Les inégalités de patrimoine sont particulièrement significatives pour comprendre les enjeux de ce débat. D'après la publication des chercheurs, "ces dernières décennies ont vu une augmentation générale du patrimoine privé net, qui est passé de 200-350% du revenu national dans la plupart des pays riches en 1970 à 400-700% aujourd'hui".

| Lire aussi : Patrimoine : les ménages français plus riches que leurs voisins européens ?

A l'opposé, le patrimoine public net (c'est-à-dire les actifs publics moins les dettes publiques) a baissé dans presque tous les pays depuis les années 1980. Par exemple, il est passé de 60-70% du patrimoine national à 20-30% en Chine ou en Russie. Dans certains pays comme les États-Unis et le Royaume-Uni, le patrimoine public net est devenu négatif ces dernières années.

A l'inverse, il reste légèrement positif au Japon, en Allemagne et en France. Cette inversion des tendances aurait un impact sur la régulation de l'économie.

"On peut estimer que cela limite la capacité des États de réguler l'économie, redistribuer les revenus et freiner la croissance des inégalités."

La seule exception notable soulignée dans le document est la Norvège, qui possède un des fonds souverains les plus importants au monde.

| Lire aussi : Norvège : le fonds souverain passe les 1.000 milliards de dollars, soit 2,7 fois le PIB

 ■ Des inégalités de patrimoine entre individus très marquées aux États-Unis

La hausse des inégalités de revenu "et les transferts considérables de patrimoine public au secteur privé ces quarante dernières années ont eu pour effet d'aggraver les inégalités de patrimoine entre individus". Ces inégalités se sont fortement aggravées aux États-Unis, où la part des 1% des plus gros détenteurs est passée de 22% en 1980 à 39% en 2014, la plus grande partie de cette évolution étant due à la tranche des 0,1% les plus riches.

A l'inverse, la hausse de la part de richesse détenue par les catégories supérieures a été plus modérée en France et au Royaume-Uni, notamment grâce au rôle d'amortisseur qu'a joué l'augmentation du patrimoine immobilier de la classe moyenne et grâce une inégalité de revenus moindre qu'aux États-Unis.

 ■ Le sombre avenir des classes moyennes

D'après les projections des économistes, si les tendances actuelles sont prolongées, les inégalités continueront à augmenter. Au centre des préoccupations, figure "la classe moyenne qui pourrait voir sa part de patrimoine comprimée".

"Si la tendance se poursuit, la part de patrimoine des 0,1 % les plus riches de la planète (dans un monde représenté par la Chine, l'Union européenne et les États-Unis) rejoindra celle de la classe moyenne mondiale en 2050."

Du côté des inégalités de revenus, elles devraient s'accroître si les pays restent sur la trajectoire qu'ils ont suivie depuis les années 1980, "même avec des prévisions de croissance du revenu relativement élevées pour l'Afrique, l'Amérique latine et l'Asie dans les trois décennies à venir".

Les chercheurs nuancent néanmoins ce constat. Certes, ces inégalités devraient encore s'aggraver si tous les pays suivent le modèle fortement inégalitaire des États-Unis. Mais, à l'inverse, elles devraient reculer légèrement si les pays suivent la trajectoire de l'Union européenne depuis le début des années 1980.

L'une des conséquences possibles de la montée de ces inégalités serait l'aggravation de la pauvreté à l'échelle mondiale.

 ■ Pas d'amélioration tant que durera l'évasion fiscale

Pour tenter d'enrayer ce phénomène, les spécialistes font plusieurs recommandations. S'ils évoquent des outils classiques comme le recours à la fiscalité progressive, les auteurs du document rappellent que l'usage de tels instruments peut être vain si l'évasion fiscale reste encore une pratique bien ancrée dans certaines catégories socio-professionnelles et entreprises comme l'a récemment montré l'affaire des Paradise Papers.

Ils proposent donc de mettre en place "un registre mondial des titres financiers permettant d'identifier les détenteurs". Cela permettrait de porter "un coup sévère à l'évasion fiscale, au blanchiment d'argent et à la montée des inégalités".

Par ailleurs, ils préconisent également des changements dans les politiques en matière d'éducation, de gouvernance d'entreprise et de fixation des salaires dans de nombreux pays.

| Lire aussi : Paradise Papers : cinq chiffres à retenir

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2018 à 1:06 :
La fameuse théorie du ruissellement...
Ça marche aussi avec les miettes.
Resservez vous, c’est tournée générale.
a écrit le 16/12/2017 à 16:04 :
la grandeur d un pays se vois dans le niveaux de vies des habitants de ce pays, ?moi je suis epate lorsque je vois tous ces chinois venir visite ou achetez en france , il y a 100ans sous mao les chinois etait tres pauvres et on fais une revolutoin qui leurs a permis de devenir presque la 1 puisance aux monde, POURQUOI ?PARCEQUE LEURS VALEUR A TOUJOUR ETAIS DE SE BATTRE POUR RELEVE LEUR NIVEAUX DE VIE DE TOUS? CE QUI NEST PAS LA VALEUR DES PAYS RICHE QUI EXPLOITENT LEURS PEUPLES ALORS QU ILS SONT TRES TRES RICHE EX LES AMERICAINS LES EMIRATS ARABLE ET TOU LES PAYS PETROLIERS ???


ARABES EXT EXT
a écrit le 15/12/2017 à 17:37 :
afin de reduire les inegalites en france, je vote un impot social forfaitaire de 10% sur les rentiers de la republique qui gagnent en moyenne 22.000 euros/an contre 20.000 dans le prive.......
apres je reduis les inegalites en supprimant tous les regimes de retraite ' speciaux' finances par personne
et pour le dessert, sachant que le revenu moyen en afrique est de 600 dollars par an, je vote un impot a 80% sur ce que gagnent tous les francais, et je redistribue ca genereusement aux africainsbsans contrepartie, ca reduira les inegalites
( inutile de dire qui va etre les premiers a hurler qu'on ne parle pas de ces inegalites la, mais des autres , aka ' les inegalites injustes')
a écrit le 15/12/2017 à 8:51 :
pseudo titre criard, les inégalités en hausse etc....
En réalité la théorie du ruissellement explique que plus il y a des personne s'enrichissant en haut plus ca descend en bas.
Et c'est vrai.
Là on met le coté scandale en avant avec des pourcentages.
Mais qu'est ce qui est important au fond?
La classe populaire s'enrichie aussi, d'années en années chaque classe s’améliore, à condition que l’économie tourne et donc que les plus riches deviennent encore plus riches.
Car voyez vous ces gens là investissent leur argent dans des entreprises bien souvent et font donc tourner cette meme économie.
Le monde fonctionne ainsi et pas autrement
a écrit le 15/12/2017 à 8:42 :
Tous les ruraux savent qu'une vache trouve toujours l'herbe plus verte de l'autre coté de la clôture..
a écrit le 15/12/2017 à 8:25 :
Point de départ de cette évolution : "la révolution libérale de 1980" certains s'interroge mais la France Macron à le remorque de l'UE libérale roule à fonds pour le développement des inégalités. Trump Macron même politique inégalitaire!
a écrit le 15/12/2017 à 3:36 :
Le graphique illustre parfaitement le coté grotesque de discuter les inégalités de patrimoine ou de revenu sans indiquer en même temps le niveau absolu de patrimoine ou de revenu: la Russie et la Chine, avec des P.I.B. par habitant respectifs 2016 de USD 26100 et de USD 15400 sont mieux placés que les U.S.A. et le Canada avec des P.I.B. par habitant respectifs de USD 57400 et USD 46400 (USD 41400 au passage pour la France).

Dans le même ordre d'idée, les inégalités ont diminué en France vers la fin du mandat de François Hollande, mais seulement parce si tous les Français se sont appauvris, les mieux nantis se sont apauvris en relatif plus que les autres.

Est-ce qu'il vaut mieux au final être pauvres de maniére égalitaire, ou plus prospéres de maniére moins égalitaire ? Il me semble que la réponse est évidente...

Il serait par ailleurs souhaitable que les deux informations, inégalités/niveau absolu de revenu/patrimoine soient systèmatiquement fournis, idéalement en parité de pouvoir d'achat, dans tous les articles tels que celui-ci. Je ne retiendrai pas ma respiration...
a écrit le 14/12/2017 à 18:36 :
C'est une question lourde: un régime peut il rester démocratique sans une classe moyenne puissante et éduquée?
Réponse de le 14/12/2017 à 20:56 :
Non, parce ce qui fait la force d'une nation c'est sa classe moyenne...

mais...inversement, on a aussi connu un pays, probablement le plus éduqué et embourgeoisé de son époque, qui avait produit des artistes et des philosophes fabuleux, scientifiquement, technologiquement et socialement évolué, sombrer dans la tyrannie la plus abjecte...
a écrit le 14/12/2017 à 18:10 :
d'après une étude de Morgan Stanley de novembre 2015 ("Mind the inequality gap"), les inégalités de revenus n'ont quasiment pas progressé en France sur 30 ans contrairement à la plupart des pays développés. progressions les plus importantes en Suède, Nouvelle-Zélande et USA.
la classe moyenne française reste solide, et a même progressé entre 1991 et 2010 (France Stratégie, 02/2016 ; Pew Research Center, 04/2017).
l'augmentation des inégalités et la polarisation de la société étaient les principaux risques (avec l'environnement) pour le World Economic Forum en janvier dernier.
a écrit le 14/12/2017 à 16:48 :
Merci infiniment.

"La seule exception notable soulignée dans le document est la Norvège, qui possède un des fonds souverains les plus importants au monde."

JE pense quand même, en prenant du recul, que si ces états du nord sont aussi solides financièrement c'est parce que la compromission entre politiciens et hommes d'affaires et bien moindre que par chez nous où on peut englober le RU qui comme on l'a vu sur le remarquable documentaire de arte sur HSBC est loin d'être clean.

Du coup des gens honnêtes s'occupant d'un fond souverain ne peuvent que le faire fructifier puisque nous autres sommes des financiers bien plus sages que les mégas riches car possédant beaucoup moins.

Je reste persuadé, j'affirme même que si on supprimait du jour au lendemain tous les financements publics qui vont directement dans la poche des privé et donc bien souvent finissant dans les paradis fiscaux, on pourrait récupérer la moitié de notre PIB tellement que le détournement d'argent public est devenu le passe temps de nos dirigeants.

Sous sarkozy un fond souverain français cela aurait été l'horreur forcément...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :