Etats-Unis : Donald Trump a vendu son portefeuille d'actions en juin

 |   |  336  mots
Détenant des parts dans plusieurs grandes entreprises américaines, à l'image d'Apple, Microsoft et JPMorgan Chase, le candidat républicain à décider de les vendre pour s'éviter des accusations de conflits d'intérêts.
Détenant des parts dans plusieurs grandes entreprises américaines, à l'image d'Apple, Microsoft et JPMorgan Chase, le candidat républicain à décider de les vendre pour s'éviter des accusations de conflits d'intérêts. (Crédits : © Mike Segar / Reuters)
Le futur locataire de la Maison-Blanche a souhaité éviter les accusations de conflits d'intérêts en se séparant de son portefeuille d'actions. En revanche, la question de ses engagements envers ses propres sociétés reste floue.

Sûr de sa victoire en novembre dernier, Donald Trump s'était défait de son portefeuille d'actions dès juin, a annoncé mardi son porte-parole, Jason Miller. Détenant des parts dans plusieurs grandes entreprises américaines, à l'image d'Apple, Microsoft et JPMorgan Chase, le candidat républicain a décidé de les vendre pour s'éviter des accusations de conflits d'intérêts.

Au total, la valeur de son portefeuille s'élevait à 22 millions de dollars selon ses déclarations à la Commission électorale fédérale. Quelque 25 millions de dollars étaient également investis dans un hedge fund. Son porte-parole n'a ni précisé si les deux parties étaient soldées ou seulement la première, ni apporté de preuve de ces ventes. Le 45e président des Etats-Unis n'a pas obligation de délivrer d'autres déclarations de patrimoine avant mai 2018, d'après le Bureau de l'éthique du gouvernement.

Quid des actifs dans ses sociétés ?

Outre des questions éthiques, Donald Trump a très bien pu vendre ses actions afin de récolter du cash pour financer sa campagne. Fin octobre, il a investi 10 millions de dollars de sa poche, notamment pour acheter des publicités télévisées à quelques jours de l'Election Day.

Quelles que soient ses motivations, cette vente ne résout pas le problème beaucoup plus épineux des actifs qu'il détient dans ses propres sociétés, regroupées sous le conglomérat Trump Organization. D'autant que, comme le rappelle le New York Times, il a refusé de délivrer sa déclaration d'impôt, rendant impossible de savoir à quel point il est lié à ses sociétés et dans quels pays il possède des intérêts financiers...

Le 15 décembre, Donald Trump doit tenir une conférence de presse pour dévoiler ses projets pour ses entreprises. Il serait très peu probable qu'il choisisse de solder l'intégralité de ses actifs, bien que cela soit le seul moyen de garantir son intégrité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/12/2016 à 8:39 :
lol

Il serait très peu probable qu'il choisisse de solder l'intégralité de ses actifs, bien que cela soit le seul moyen de garantir son intégrité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :