États-Unis : les catastrophes climatiques pèseront lourdement sur la croissance, alerte une étude

 |   |  405  mots
En 2017,  les coûts liés au dérèglement climatique et aux dépenses de santé induites par la pollution atmosphérique totalisent environ 240 milliards de dollars en 2017, sans compter les catastrophes qu'a connues le pays en août et en septembre avec les ouragans Harvey et Irma.
En 2017, les coûts liés au dérèglement climatique et aux dépenses de santé induites par la pollution atmosphérique totalisent environ 240 milliards de dollars en 2017, sans compter les catastrophes qu'a connues le pays en août et en septembre avec les ouragans Harvey et Irma. (Crédits : Nick Oxford)
Les coûts induits par les phénomènes météorologiques extrêmes influencés par le changement climatique et les coûts de santé liés à la pollution atmosphérique causée par l'énergie fossile vont coûter plus de 300 milliards de dollars par an à l'économie américaine, souligne une étude.

Que Donald Trump le reconnaisse ou non, le changement climatique est en cours, et ses conséquences s'annoncent - réchauffement et montée des eaux, augmentation du nombre d'ouragans - s'annoncent désastreuses pour les États-Unis. Les pertes économiques causées par les phénomènes météorologiques aux Etats-Unis devraient atteindre au moins 360 milliards de dollars par an au cours des dix prochaines années, soit environ la moitié de la croissance annuelle du pays, prévient mercredi une étude de l'organisation non gouvernementale Universal Ecological Fundmercredi.

Réduire la dépendance aux énergies fossiles

Alors que les ouragans, les inondations, les sécheresses ou les feux de forêt risquent de gagner en intensité et d'être plus fréquents en raison du changement climatique, des mesures sont nécessaires pour réduire la dépendance des Etats-Unis vis-à-vis des combustibles fossiles, émetteurs de gaz à effet de serre, affirme le rapport. Selon l'étude, 80% de l'énergie produite et utilisée aux États-Unis provient de combustibles fossiles.

"L'utilisation de combustibles fossiles a un coût conséquent que l'économie américaine ne peut pas supporter", a déclaré le coauteur de ce rapport et ancien président du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), Robert Watson.

Le rapport a examiné deux types de coûts : ceux induits par les phénomènes météorologiques extrêmes influencés par le changement climatique et les coûts de santé liés à la pollution atmosphérique causée par l'énergie fossile. Ces coûts totalisent environ 240 milliards de dollars en 2017, sans compter les catastrophes qu'a connues le pays en août et en septembre avec les ouragans Harvey et Irma.

"Ces pertes économiques et ces coûts de santé annuels moyens représentent environ 40% de la croissance actuelle de l'économie américaine", selon le rapport. "Au cours de la prochaine décennie, ces pertes économiques et coûts de santé devraient atteindre au moins 360 milliards de dollars par an, soit environ 55% de la croissance américaine", prévient le rapport.

L'étude s'appuie sur les données fournies par l'administration américaine, mais ne tient cependant pas compte de données telles que les pertes liées au climat dans le secteur agricole, ce qui augmenterait encore davantage la facture.

>> DIAPORMA Quand la pollution permet de créer des objets innovants

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/09/2017 à 21:03 :
Tous ces phénomènes ont une explication : actuellement il est possible scientifiquement de déplacer des phénomènes dans d’autres régions... en fait ou ils veulent... les lois de la physique et d’électromagnétisme ...
En 2000 il y avait pas ces phénomènes aussi intenses... qu’est ce qui a changé en 17 ans ?
a écrit le 28/09/2017 à 10:36 :
Donc cela veut dire que ce ne sont pas les assurances privées qui font des milliers de milliards de bénéfices qui vont payer mais le contribuable américain ?

Mais ça sert à quoi que l'on ai des assurances privées en fait ? Je comprends pas bien là...
Réponse de le 28/09/2017 à 15:08 :
Les assurances privés servent à s'assurer un maximum de revenus en payant le minimum. Regarder les soi-disant mutuelles qui sont devenus obligatoires, elles remboursent souvent moins que les mutuelles complémentaires prisent volontairement, mais elles ont un revenu garantie.
Ces sommes que nous leur versons auraient pu l'être directement à la Sécu., mais comment arroser les petits copains ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :