Guerre en Ukraine : la Russie annonce un cessez-le-feu à Marioupol jeudi pour évacuer des civils

Le ministère russe de la Défense a annoncé mercredi soir l'instauration d'un "régime de silence", soit un cessez-le-feu local, à partir de 10H00 jeudi (07H00 GMT) dans le port assiégé ukrainien de Marioupol afin d'évacuer des civils. Près de 5.000 personnes, dont environ 210, ont été tués à Marioupol depuis le début du siège de l'armée russe contre la ville portuaire, avait déclaré lundi un porte-parole du maire.

2 mn

(Crédits : SERHII NUZHNENKO)

Le ministère russe de la Défense a annoncé mercredi soir l'instauration d'un "régime de silence", soit un cessez-le-feu local, à partir de 10H00 jeudi (07H00 GMT) dans le port assiégé ukrainien de Marioupol afin d'évacuer des civils.

Cette mesure doit permettre d'ouvrir un couloir humanitaire vers la ville ukrainienne de Zaporojie, selon le ministère. "Pour que cette opération humanitaire réussisse, nous proposons de la mener avec la participation directe de représentants du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés et du Comité international de la Croix-Rouge", a ajouté le ministère dans un communiqué.

Des milliers de civils tués

Cette annonce intervient alors que des milliers de civils pourraient avoir été tués à Marioupol depuis que l'armée russe a lancé il y plus d'un mois son offensive contre la ville du sud de l'Ukraine, a déclaré mardi à Reuters la cheffe de la mission locale de l'Onu pour les droits de l'homme, fournissant ses premières estimations.

Près de 5.000 personnes, dont environ 210, ont été tués à Marioupol depuis le début du siège de l'armée russe contre la ville portuaire, avait déclaré lundi un porte-parole du maire.

Selon la mairie, 90% des bâtiments de la ville ont été endommagés, 40% d'entre eux détruits, dont des hôpitaux, des écoles, des crèches et des usines.

"Nous pensons effectivement qu'il pourrait y avoir des milliers de morts, parmi les civils, à Marioupol", a déclaré la cheffe de la mission onusienne des droits de l'homme en Ukraine, Matilda Bogner, au cours d'un entretien virtuel.

Elle a ajouté que la mission de l'Onu, qui compte une soixantaine d'observateurs sur le terrain, ne disposait pas d'une estimation précise mais oeuvrait pour rassembler davantage d'informations.

Des élus locaux, citant des témoignages, ont rapporté la semaine dernière qu'environ 300 personnes auraient été tuées dans le bombardement du théâtre de Marioupol, le 16 mars, où se réfugiaient de nombreux civils.

Les dernières données de l'Onu, mardi, faisaient état de la mort confirmée de 1.179 civils à travers l'Ukraine depuis le début de l'offensive russe, le 24 février.

(Avec Reuters et AFP)

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 31/03/2022 à 1:09
Signaler
La déportation pour économiser les bombes? Manifestement la banque centrale russe est au bord de la faillite...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.