Hillary Clinton, première femme à la Maison Blanche ?

 |   |  1054  mots
La démocrate Hillary Clinton devrait franchir dimanche le point de non retour en annonçant sa candidature à la présidentielle de 2016,
La démocrate Hillary Clinton devrait franchir dimanche le point de non retour en annonçant sa candidature à la présidentielle de 2016, (Crédits : reuters.com)
Hillary Clinton sur la route de la Maison Blanche. Elle a annoncé dimanche qu'elle briguait, pour la deuxième fois après 2008, l'investiture du Parti démocrate pour l'élection présidentielle américaine de novembre 2016.

Hillary Clinton sera-t-elle la première femme présidente des Etats-Unis? En tout cas, la démocrate est déterminée à briser le plus haut des plafonds de verre en devenant la première femme à diriger les Etats-Unis. Elle a annoncé dimanche 12 avril qu'elle briguait, pour la deuxième fois après 2008, l'investiture du Parti démocrate pour l'élection présidentielle américaine de novembre 2016, dans un message vidéo adressé aux Américains. L'épouse de l'ex-président Bill Clinton (1993-2001), apparaît comme le meilleur espoir du Parti démocrate de conserver la Maison blanche après avoir perdu les deux chambres du Congrès lors des élections de mi-mandat

C'est dans une vidéo sur son site hillaryclinton.com puis dans un tweet qu'Hillary Rodham Clinton, 67 ans, sénatrice et secrétaire d'Etat, a officialisé sa seconde candidature aux primaires démocrates, après sa défaite de 2008 contre Barack Obama. "Je suis candidate à la présidence", y déclare-t-elle, debout et souriante dans ce qui ressemble à une rue paisible, dans un clip d'un peu plus de deux minutes où témoignent des Américains de la classe moyenne: une jeune mère de famille, un jeune couple noir, deux frères hispaniques, une étudiante, un couple d'hommes, un ouvrier...

"Les Américains se sont battus pour surmonter les difficultés économiques. Mais ceux qui sont au sommet sont toujours favorisés", poursuit Hillary Clinton. "Les Américains de tous les jours ont besoin d'une championne. Je veux être cette championne". "Je pars sur le terrain pour gagner votre voix", ajoute-t-elle enfin, adoptant un ton d'humilité. Le ton tranche avec son annonce de 2007, quand elle annonçait qu'elle se lançait "pour gagner".

Hillary Clinton passera les six à huit prochaines semaines à "parler aux électeurs", selon un communiqué de sa campagne, et elle organisera son premier meeting avec son premier discours en mai. L'Iowa, l'Etat qui lancera la saison des primaires, pourrait servir de premier test dans les prochains jours.

Clinton ferait "une excellente président", selon Obama

"Notre but : donner à chaque famille, chaque petite entreprise et chaque Américain le moyen d'atteindre une prospérité durable en élisant Hillary Clinton la prochaine présidente des Etats-Unis", écrit le directeur de campagne Robby Mook dans un document interne récupéré par Politico samedi. Coup de pouce opportun, le président Barack Obama a déclaré depuis le Panama qu'elle ferait "une excellente présidente". "Elle a été un soutien formidable lors de l'élection présidentielle. Elle a été une secrétaire d'Etat exceptionnelle. C'est mon amie", a déclaré Barack Obama à l'issue d'un Sommet des Amériques marqué par sa rencontre avec le président cubain Raul Castro.

Cette fois, le chemin de l'investiture est dégagé. Aucun autre démocrate n'est plus connu, ni plus apprécié qu'elle, à en croire les sondages qui placent Hillary Clinton à environ 60% des intentions de vote des primaires, qui débuteront début 2016. La présidentielle sera en novembre de cette même année. Si d'autres démocrates se lançaient, ce serait sans réel autre espoir que de faire bonne impression pour être recruté comme colistier. Aucune personnalité d'envergure, comme le vice-président Joe Biden ou la sénatrice Elizabeth Warren, ne s'est déclarée, et seul deux démocrates peu connus (l'ex-gouverneur Martin O'Malley et l'ex-sénateur Jim Webb) semblent décidés à concurrencer Hillary Clinton.

Or les amis de l'ex-secrétaire d'Etat préparent le terrain depuis deux ans. L'organisation indépendante Ready for Hillary a levé plus de 15 millions de dollars pour soutenir sa candidature et identifié 4 millions de sympathisants.

Une expérience sans commune mesure

Son CV est à la fois sa force et son talon d'Achille. La vie d'Hillary Clinton est indissociable du pouvoir: ancienne Première dame, sénatrice et chef de la diplomatie. Quand ses rivaux républicains ont à peine fait quelques voyages à l'étranger, elle a rencontré des dizaines de présidents, Premiers ministres et rois, et jonglé avec les crises, de la Libye à la Russie. Aucun autre candidat n'a vécu pendant huit ans à la Maison Blanche.

"C'est sans précédent d'avoir une femme, n'ayant pas servi dans l'armée, et ayant plus d'expérience de politique étrangère que tous les candidats à la présidentielle de l'histoire récente à l'exception peut-être de George W. Bush", a expliqué à l'AFP Shawn J. Parry-Giles, professeure de communication à l'Université du Maryland et auteure d'un livre sur l'image d'Hillary Clinton. Mais cette riche expérience s'accompagne d'erreurs, d'affaires et de scandales, dès les premières années des Clinton au pouvoir. Bill Clinton fut élu gouverneur de l'Arkansas en 1978.

Les républicains piochent inlassablement dans la litanie des scandales, de Monica Lewinsky aux attaques de Benghazi à la récente découverte de la messagerie privée d'Hillary Clinton, pour déclarer que les Américains veulent tourner la page et élire un nouveau visage. Le candidat républicain Rand Paul a promis dans une interview sibylline des révélations imminentes sur des conflits d'intérêts supposés à la Fondation Clinton. Il n'hésite pas à parler de la "corruption" des Clinton.

Quel programme?

En politique étrangère, le bilan des années Obama-Clinton est, selon les républicains, un échec, avec l'émergence de l'organisation Etat islamique, les guerres civiles en Syrie et en Ukraine et le chaos yéménite. Tel est le défi d'Hillary Clinton: reprendre le flambeau démocrate sans proposer aux Américains un troisième mandat Obama.

Face à elle, le champ républicain est aussi plein que le champ démocrate est vide. Une douzaine d'hommes, et une femme, devraient se disputer l'investiture. Deux se sont déclarés officiellement, les sénateurs Ted Cruz et Rand Paul. Un troisième devrait le faire lundi à Miami, le sénateur Marco Rubio, d'origine cubaine. Enfin, le candidat officieux à l'investiture républicaine Jeb Bush, en tête des sondages des primaires à ce stade très préliminaire, a estimé dans une vidéo diffusée quelques heures avant celle d'Hillary Clinton, que "nous devons faire mieux que la politique étrangère d'Obama et Clinton, qui a affaibli les relations avec nos alliés et enhardi nos ennemis".

La vidéo dans laquelle Hillary Clinton annonce sa candidature.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/04/2015 à 11:00 :
C EST LES FEMMES QUI PEUVENT CHANGEZ LES RELATIONS DANS LE MONDE? DES HOMMES FORTS ONT N EN VEUX PLUS ILS ONT TOUS ENTRAINE ET ENCOURAGE DES GUERRES PETITES OU GRANDES?LE VRAIS CHANGEMENT ET PEUT ETRE LA? CAR LES FEMMES NE VEULENT PAS VOIR LEURS ENFANT MOURIR DANS LES GUERRES ET L AMERIQUE EST CONSTAMENT EN GUERRE AVEC PLUSIEURS PAYS???
a écrit le 13/04/2015 à 23:37 :
Les lobbies de gauche français s'émerveillent devant cette femme de gauche. Feu de paille....gauchiste !
a écrit le 13/04/2015 à 19:42 :
Dieu n’existe pas en effet, au sens où nous créatures mortelles existons, car si Dieu existait il serait mortel. Or Dieu est par définition éternel, donc il ne peut “être”, “exister”, comme nous nous nous existons.

Dieu, en quelque sorte pour paraphraser, maître Eckhart , ne peut se définir que par ce qui “n’est pas”, ou “qu’il n’est pas”.

Pour la plupart des électeurs nord-américains, le Président des États-Unis est une sorte de compromis, entre Dieu, le Père Noël, et le Père fouettard, c’est un stade infantile de la croyance. Voilà pourquoi Dieu – soit un homme, soit une femme – sera toujours le Président des USA pour les américains.
a écrit le 13/04/2015 à 19:16 :
A son âge, on la voit mal dans une "red house" :-)
Réponse de le 13/04/2015 à 21:53 :
Avec une "red light" à l'enseigne ?..... :-))
a écrit le 13/04/2015 à 16:13 :
Les Etats-Unis se trouvent actuellement dans le même cas de figure que la France en 2007, qui a du choisir entre Sarkozy et Ségolène Royal. Dans n'importe quel des deux cas le pays sortira toujours perdant. À part Poutine, il n'y a plus de vrais leaders politiques dans le monde, rien que de serviteurs des lobbies.
a écrit le 13/04/2015 à 12:51 :
Slogan à deux balles. Quand on voit son parcours, on peut sérieusement espérer qu'il n'en sera rien. D'ailleurs, encensée par les médias parce que démocrate, son passif est si lourd qu'elle fait tout pour éviter la moindre question pertinente et ces mêmes médias. Com contrôlée jusque dans la moindre des questions, la moindre des présences. Un déni de démocratie ambulant.
Réponse de le 13/04/2015 à 19:26 :
W Bush = Halliburton, Boeing, Lockheed, banques, Wall Street...
Barack Obama = Halliburton, Boeing, Lockheed, banques, Wall Street...
Hillary Clinton = Halliburton, Boeing, Lockheed, banques, Wall Street...
Le Président US en 2054 = Halliburton, Boeing, Lockheed, banques, Wall Street...
a écrit le 13/04/2015 à 12:42 :
Et de rajouter Première femme.... blanche catho, si l'article veut rester dans la caricature et l'enfermement dans une case ethnico religieux sexuelle.
C malheureux de s'enthousiasmer pour le sexe d'un président ou futur, au lieu de s'interroger sur ses idées, son programme.
Ca reste une oligarque qui prétend au pouvoir et qui asservira les classes populaire et moyenne
Réponse de le 13/04/2015 à 19:20 :
Que voulez-vous, si le peuple américain était ce "grand peuple, conscient, politisé" dont nos médias ont l'habitude de vanter ils n'auraient pas élu ni Bill Clinton, ni George W Bush et moins encore Barack Obama.

Mais l'électeur américain moyen surfe sur une vague de "naïveté occidentale et d’enthousiasme idiot" du type: "Obama utilise Twitter, c’est formidable! Votons pour lui". Ou alors: "Hillary est une femme et elle déteste Poutine, ah j'adore les femmes et je déteste Poutine, alors je vote pour elle."

Le problème majeur ne se trouve pas avec le gui**ol qui sera le prochain locataire à la Maison Blanche, mais avec les autres, ceux qui se trouvent ici en Europe, ceux qui continueront à lui faire des courbettes et à accepter toutes ses exigences, voilà où se trouve le vrai problème.
a écrit le 13/04/2015 à 10:59 :
La decision de ne pas intervenir militairement en Syrie restera l'un des echecs lorsqu'elle fut secretaire d'Etat. Même si elle semblerait qu'elle aurait emis le souhait d'une intervention au president Obama quí l'a rejete.
a écrit le 13/04/2015 à 9:58 :
Clinton ne sera pas à la maison-blanche. Ce n’est plus au tour des démocrates de s’y asseoir. La maison-blanche reviendra à un républicain. Obama a eu ses mandats, il est temps de passer la main à l’autre camp, en bonne entente et en bonne intelligence. Les deux plus grands partis américains, qui taillent des législations sur mesure afin d’empêcher l’éclosion de tout autre parti d’envergure, se partagent gentiment le pouvoir – un coup c’est moi, un coup c’est toi – en laissant le populo aller jouer dans les urnes ... Et tout le monde se fout du résultat puisque tout se décide « en haut lieu ». Même chose en France : il est inutile que les socialistes se présentent à la prochaine présidentielle : ils ont eu leur tour. Ce sera donc un président de droite (malgré les agissements du précédent psdt de droite qui a méprisé et insulté les français - « casse-toi ... » - tout en leur creusant le plus dramatique déficit de toute l’histoire du pays) qui s’installera aux commandes. Même si, comme d’hab, ils ‘agit d’une navigation à vue, basée exclusivement sur les sondages et le populisme. Les élections ? Ben ouais, il y en a qui perdent leur temps à jeter un papier à la poubelle. Oups ! On dit dans les urnes, paraît-il.
a écrit le 12/04/2015 à 22:19 :
La première femme à la Maison Blanche, Hillary Clinton ???? mdr mdr mdr
a écrit le 12/04/2015 à 20:58 :
Là, la future nobel de la "paix" se fera livrer son parchemin par drone, parait-il...
a écrit le 12/04/2015 à 18:37 :
Bienvenu Hillary dans ce monde très perturbé , on a besoin d'un esprit claire aux commandes je voterai pour toi car Poutine te déteste .
Réponse de le 12/04/2015 à 22:24 :
@ Otello : Hillary est (et c'est assez connu ici aux USA) la candidate du lobby sioniste. Vous le saviez ? un "esprit claire".... ainsi comme le votre, par exemple ? :-)
Réponse de le 13/04/2015 à 0:11 :
On a dit la même chose pour Marine et pourtant elle sera présidente un jour je vous l'assure .
Réponse de le 13/04/2015 à 12:40 :
Si vous comptez voter pour Hillary cela veut dire que vous êtes un citoyen américain ! donc ceux qui disaient qui les trolls anti-Poutine et pro-OTAN de ce forum étaient tous des étrangers, des ricains, etc.... ils ils avaient bel et bien raison. Ah l'ingérence, le sport national US....
a écrit le 12/04/2015 à 18:24 :
Les echecs releves par les Republicains ne sont ils pas les erreurs majeures des deux Bush?
a écrit le 12/04/2015 à 16:33 :
Franchement on n'en a rien à cirer. Que les ricains élisent elle ou un autre c'est leur problème, leur election. Aucun intérêt.
a écrit le 12/04/2015 à 14:06 :
Hillary Clinton se trouve de moins en moins soutenue par l'opinion publique américaine à cause des révélations sur qui sont ceux qui sponsorisent sa fondation (Clinton) et leur influence future dans son éventuel gouvernement et du récent scandale de sa messagerie privée . Ce sont les sources les plus fiables (et indépendantes) qui le révèlent mais le sujet est traité de façon ironique par ce journal. On se demande, d'ailleurs, qu'est-ce qui se cache derrière ce soudain "intérêt" de la presse française pour la candidate des lobbies militaro-industriels et des grandes institutions financières américaines, soutenue notamment par les dynasties pétrolières du Golfe....
a écrit le 12/04/2015 à 14:04 :
c'est la sœur jumelle de Ségolène !
a écrit le 12/04/2015 à 12:46 :
Après le " succès" du 1ér Noir Président ...! on va pas nous faire la 1ère femme Présidente !
...et en plus , de gauche !
Réponse de le 12/04/2015 à 16:15 :
Heu de gauche, c'est vite dit !
Regardez certains PDG américains qui se prétendent démocrate alors que leurs entreprises représentent ce qu'il a de pire dans le capitalisme ultra libéral le plus brutal.
Républicains et démocrates ne correspondent pas vraiment à notre droite et notre gauche.
Réponse de le 12/04/2015 à 23:16 :
Le souci est que déjà trop de choses des US existent ici, en Europe. Et lorsque l'on voit leurs dérives... Sinon, le dernier noir abattu dépasse encore l'horreur habituelle. Le "progrès" ne s'arrête à priori jamais chez eux non plus...
a écrit le 12/04/2015 à 11:30 :
Souhaitons que cette femme parvienne à la magistrature suprême car elle seule est capable de dire la vérité au monde entier "par bonheur après Mars par régner " !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :