L'agenda du G20 bouleversé par les attentats terroristes de Paris ?

 |   |  478  mots
La station balnéaire d'Antalya, au sud de la Turquie, accueille le G20 des chefs d'Etat et de gouvernement les 15 et 16 novembre.
La station balnéaire d'Antalya, au sud de la Turquie, accueille le G20 des chefs d'Etat et de gouvernement les 15 et 16 novembre. (Crédits : Flickr G20)
Les arrivées des chefs d'Etat se sont succédées tout au long de la journée de ce samedi dans la zone protégée aux allures de camp militaire... Ce soir, le président turc Erdogan reçoit ses hôtes au Regnum Carya Hotel, un des plus beaux hôtels de la planète. François Hollande ne sera présent. Le début des travaux du G20 est marqué par les attentats terroristes de Paris.

On savait que le G20 d'Antalya prendrait une dimension éminemment politique. On ne pouvait imaginer que l'atmosphère serait aussi lourde. Tout au long de la journée, chaque conférence, chaque entrevue a débuté par les mêmes mots. Paris...

Ainsi, il était prévu que la crise des migrants occupe une position centrale dans les discussions. Avec 2,3 millions de réfugiés sur son territoire, la Turquie qui accueille l'événement les 15 et 16 novembre est directement impactée. En Europe, les regards du côté d'Ankara pour endiguer l'afflux de migrants sont devenus insistants.

Débat sur la situation des réfugiés

A l'issue de la réunion consacrée aux migrants à Malte cette semaine, l'UE a annoncé la tenue d'un sommet avec Ankara pour trouver une solution commune. Il y a quelques semaines, la chancelière allemande Angela Merkel s'est rendue à Istanbul pour discuter du sujet, et surtout d'un accord. Sans succès.

Mais à la veille du sommet qui débutera ce dimanche, les différents groupes du travail du G20 (Business, Labour, Women, Civil, Think and Youth) ont appelé les pays membres "à apporter leur soutien aux réfugiés". "Dans l'esprit du sommet international, ils doivent prendre leur responsabilité", ont-ils martelé lors d'une réunion consacrée au sujet. "Il faut mettre en place une politique commune d'intégration".

Les ministres des Finances ont plaidé pour renforcer la lutte anti-terrorisme

Dans le même temps, ils ont également demandé au G20 de renforcer le combat international contre le terrorisme. En septembre, le G20 des ministres des Finances à Ankara avait déjà appelé dans son communiqué final à "faire de la lutte contre le terrorisme et ses sources de financement une priorité". Le Think 20, le think tank du G20, a réitéré ce souhait dans la journée afin d'éviter des événements comme le massacre perpétré à Paris qui se solde pour le moment par 129 morts.

L'idée n'est bien entendu pas de faire un lien direct entre terrorisme et crise migratoire. Il faut toutefois tenir compte du contexte, observe Kani Beko, à la tête du Disk (Confédération des syndicats révolutionnaires de Turquie),  "On ne peut ignorer que les jeunes réfugiés qui ne sont pas scolarisés en Turquie  (ndlr : Human Watch report en compte 400.000 dans le pays) sont des cibles faciles pour les organisations terroristes qui recrutent".

Dimanche, les chefs d'Etat bousculeront certainement l'ordre du communiqué final pourtant déjà rédigé... Mais contrairement à ce qui a pu être annoncé, les chefs d'Etat et de gouvernement avaient déjà prévu de consacrer leur dîner de travail de dimanche soir à la question des réfugiés, et du terrorisme. Sans toutefois sous entendre qu'ils puissent y avoir une corrélation. Et, bien entendu, sans imaginer que le fauteuil de la France serait endeuillé...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/11/2015 à 10:18 :
quand le térrorisme commencera à toucher l'économie , autrement dit des pertes énormes de pognon pour les gouvernements , alors les dirigeants se bougeront peut être ; dés que se profilent des histoires de fric , ils trouvent toujours des solutions ;
a écrit le 15/11/2015 à 6:10 :
Rappelons nous
- du role de la Turquie qui me semblait pas interdire beaucoup le passage des etrangers vers Daech par exemple
- Le financement par les USA de groupes terroristes contre Bachar par exemple
a écrit le 14/11/2015 à 23:31 :
Voila maintenant 15 ans que les grands cerveaux francais et europeens se moquent et ridiculisent les actions de l' American Partiot Act de 2001 instaurer sous George Bush. C'est a vous maintenant chers cerveaux de vous debrouiller parceque nous aux US on a marre de vos tres chers droits de l'homme qui masquent et deguisent tous les problemes d'immigration et de vos fruits des politiques colionalistes du 19eme et 20 eme siecle.
Good luck
Réponse de le 14/11/2015 à 23:59 :
Il est CLAIR que nous aurions dû écouter De Gaulle et rester HORS de l'otan.
Réponse de le 15/11/2015 à 0:16 :
Cher ami n oubliez surtout pas que La création de ses fous incombent pour beaucoup à votre pays et à la politique du président honteux que vous citez. Et je dirai tout simplement que la creation de daech en est directement le fruit. Enfin ne vous illusionnez pas, avant hier la Turquie, hier la Russie, aujourd'hui la france, demain ou après demain?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :