L'Arabie saoudite annonce ses réformes pour diversifier son économie

 |   |  362  mots
En 2015, Ryad a enregistré un déficit budgétaire de plus de 89 milliards d'euros.
En 2015, Ryad a enregistré un déficit budgétaire de plus de 89 milliards d'euros. (Crédits : Reuters Zora Bensemra)
Ryad, acculé par la baisse des recettes pétrolières, se voit contraint de transformer son économie. Parmi les mesures phares, l'Arabie saoudite a annoncé la mise en vente de près de 5% du capital du mastodonte pétrolier public Saudi Aramco et la création d'un fonds souverain.

Dans le cadre d'un vaste plan de réformes pour diversifier son économie, l'Arabie saoudite a annoncé, ce lundi, la mise sur le marché de près de 5% du géant pétrolier Aramco, et la création d'un fonds souverain de 2.000 milliards de dollars (1.777 milliards d'euros).

Ryad souhaite également transformer Aramco en holding dotée d'un conseil d'administration élu, ce qui permettrait par la suite d'introduire en Bourse certaines filiales. "Les 5% viendront de la maison mère", a précisé le vice-prince héritier Mohammed ben Salmane à la chaîne de télévision Al-Arabiya.

En janvier, dans un entretien accordé à l'hebdomadaire The Economist, le prince saoudien et ministre de la Défense, Mohammed ben Salmane, avait laissé entendre que l'option était étudiée et qu'une décision serait prise au cours des prochains mois. Sans toutefois livrer davantage de précisions.

Ryad contraint de diversifier son économie

Le jeune prince Mohammed, l'initiateur du plan de réformes baptisé "Vision saoudienne à l'horizon 2030", a défendu l'ouverture d'Aramco au capital local et étranger qui, selon lui, va assurer "la transparence" dans la gestion de ce géant pétrolier. Le plan est destiné à diversifier l'économie du royaume saoudien, qui dépend largement du pétrole au moment où les prix du brut sont en chute libre depuis environ deux ans.

La semaine dernière, la Bourse saoudienne avait annoncé un projet de création d'un marché dédié aux petites et moyennes entreprises (PME) en 2017 afin d'encourager l'émergence de ce type de sociétés dans une économie en cours de restructuration.

Déficit record en 2015...et en 2016

En 2015, le pays a enregistré un déficit budgétaire record de 98 milliards de dollars (89,2 milliards d'euros). Les revenus du pays ont été estimés à 147,5 milliards d'euros, bien en dessous des projections pour cette année et des revenus de 2014, alors que les dépenses se sont élevées à 236,6 milliards d'euros. La situation devrait peu évoluer : cette année, Ryad prévoit un déficit de 87 milliards de dollars (79,3 milliards d'euros).

(Avec AFP et Reuters)

LIRE AUSSI : Le FMI veut que les pays du Golfe soient moins dépendants du pétrole

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/04/2016 à 8:28 :
pas une indication sur les secteurs qu ils souhaitent encourager dommage...Avec cette présentation on a plus l'impression d'un fond qui va prendre des participations et donc des dividendes... genre rien de nouveau et toujours aussi dépendant du pétrole...
a écrit le 25/04/2016 à 22:29 :
Créer un fonds souverain au plus mauvais moment, quel conseiller véreux a pu leur glisser cette idée! ils se sont faits embobiner par des financiers et vont se faire plumer en beauté d'ici disons 2 ou 3 ans maximum juste le temps que le fonds soit au maximum . Il est triste que de tels pays n'aient pas d'économistes assez avisés pour les informer du très proche Krach boursier qui va les engloutir , misère de misère .....
a écrit le 25/04/2016 à 19:20 :
5% d'Aramco pour obtenir des centaines de milliards de dollars ?
Si cette vente fonctionne on parlera bientôt d'arnaque du siècle !
Soyons sérieux, cette société est évaluée à 3500 milliards de dollars par les saoudiens eux mêmes qui espèrent en tirer le meilleur prix. Ces chiffres sont totalement déconnectés de la réalité, on attend un article de fond des journalistes économiques et pas une simple reprise des déclarations saoudiennes via l'AFP.
Réponse de le 26/04/2016 à 7:17 :
Merci Gracchus. Je crois même que votre chiffre de USD 3 500 Mlds est bien au delà de la réalité.
Si on ajoute les ventes de participations dans quelques sociétés pétrochimiques aux possibles 5% d'Aramco (il va falloir trouver des acheteurs), nous sommes très loin de USD 2 000 Mlds pour la capitaliation du fonds souverain.
Cordialement
a écrit le 25/04/2016 à 15:46 :
qui va acheter des parts de cette boite dirigee par un etat qui n'a pas peur de faire des trous dans la coque du bateau en esperant quitter le navire avant qu'il ne coule
s'ils voulaient vendre ca, il fallait le faire avant que les prix ne s'ecroulent, ou du moins apres avoir propose une baisse des quotas!
Réponse de le 25/04/2016 à 17:24 :
Surement pas toi Churchill , surement pas toi ...
Réponse de le 25/04/2016 à 17:45 :
Quel état n'a pas peur de faire des trous dans le bateau?
Ces parts, c'est de l'or (noir) en barre! Du pétrole parmi les plus fins et les plus économiques à extraire géré par une société à la pointe du progrès, une des rares sociétés pétrolières qui aura continué d'investir pendant ces deux dernières années pour conforter sa position de leader du secteur. C'est une affaire et vous verrez qu'il n'en aura pas pour tout le monde
Réponse de le 25/04/2016 à 17:47 :
Quel état n'a pas peur de faire des trous dans le bateau?
Ces parts, c'est de l'or (noir) en barre! Du pétrole parmi les plus fins et les plus économiques à extraire géré par une société à la pointe du progrès, une des rares sociétés pétrolières qui aura continué d'investir pendant ces deux dernières années pour conforter sa position de leader du secteur. C'est une affaire et vous verrez qu'il n'en aura pas pour tout le monde
Réponse de le 25/04/2016 à 17:47 :
Quel état n'a pas peur de faire des trous dans le bateau?
Ces parts, c'est de l'or (noir) en barre! Du pétrole parmi les plus fins et les plus économiques à extraire géré par une société à la pointe du progrès, une des rares sociétés pétrolières qui aura continué d'investir pendant ces deux dernières années pour conforter sa position de leader du secteur. C'est une affaire et vous verrez qu'il n'en aura pas pour tout le monde

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :