L'Australie sur le point de rejoindre la banque chinoise d'investissement

 |   |  295  mots
La Chine est le premier partenaire commercial de l'Australie (ci-dessus Tony Abbott lors d'une rencontre avec Xi Jinping en novembre 2014).
La Chine est le premier partenaire commercial de l'Australie (ci-dessus Tony Abbott lors d'une rencontre avec Xi Jinping en novembre 2014). (Crédits : Reuters)
Canberra veut toutefois s'assurer que la gouvernance de la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures (BAII, ou AIIB en anglais) est multilatérale et transparente avant de s'y associer.

Après Londres, Paris, Berlin ou encore Rome, Canberra a manifesté son vif intérêt auprès de Pékin, pour rejoindre l'AIIB, la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures. L'Australie a toutefois posé des conditions.

"Nous parlons aux Chinois pour nous assurer qu'il s'agit bien d'une institution multilatérale dirigée par un conseil d'administration, que ses procédures seront transparentes, qu'elle rendra des comptes et qu'elle ne sera pas contrôlée par une seule entité [...] Si ces exigences étaient satisfaites nous serions évidemment prêts à rejoindre l'AIIB", a déclaré le Premier ministre Tony Abbott devant le Parlement à Canberra.

Tony Abbott a consulté Barack Obama

Le chef du gouvernement australien a consulté à ce sujet son homologue japonais Shinzo Abe ainsi que le président américain Barack Obama.

Washington a fait entendre ses réserves sur cette nouvelle institution qui pourrait concurrencer la Banque mondiale et la Banque asiatique de développement, toutes deux soumises à une forte influence des Etats-Unis.

De son côté, Christine Lagarde, la directrice générale du Fonds monétaire international, dont les Etats-Unis sont les premiers actionnaires, a fait savoir que le FMI serait "ravi" de coopérer avec l'AIIB.

Des liens commerciaux déjà forts avec la Chine

Cette banque chinoise d'investissement, dont l'objectif sera de financer des travaux d'infrastructures en Asie avec un capital initial de 50 milliards de dollars (45,6 milliards d'euros), permettrait à l'Australie de renforcer des liens déjà très forts avec la Chine. En effet, Pékin est le premier partenaire commercial de Canberra.

En outre, les deux pays ont signé un accord préliminaire à un traité de libre-échange le 17 novembre 2014, susceptible d'ouvrir les marchés chinois aux entreprises australiennes et de lever les restrictions pesant sur les investissements chinois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/03/2015 à 15:50 :
Les Etats-Unis ne peuvent plus dissimuler la débâcle de leur diplomatie. Après l'Australie, la Corée du Sud vient d'annoncer son intention de devenir membre fondateur de l'AIIB. Parallèlement, Jim Yong KIm, président de la Banque mondiale, et Takehiko Nakao président japonais de l'ADB, ainsi que le ministre japonais des Finances Taro Aso (après concertation avec Washington ?), prônent une coopération avec l'AIIB.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :