L'Inde prête à acheter du pétrole russe à des prix attractifs

Soumise aux sanctions, la Russie a un besoin vital de vendre son pétrole et son gaz. L'Inde, qui dépend à 80% des importations pour sa demande d'or noir, pourrait être un client intéressé par un prix attractif ce qui lui permettrait de limiter la hausse de sa facture d'énergie alors que l'inflation est déjà à 6%.
Robert Jules

5 mn

Déjà, en octobre 2021, la cherté des prix de l'énergie avait entraîné des manifestations comme ici à Agartala, capitale de l'Etat du Tripura.
Déjà, en octobre 2021, la cherté des prix de l'énergie avait entraîné des manifestations comme ici à Agartala, capitale de l'Etat du Tripura. (Crédits : Reuters)

Si la Chine s'est abstenue lors du vote de la résolution condamnant l'invasion militaire russe en Ukraine, un autre géant asiatique a adopté la même position : l'Inde. Elle est une alliée de la Russie, qui est son principal fournisseur d'armements. Mais elle pourrait prochainement devenir aussi une cliente de ses matières premières, notamment le pétrole et les engrais.

Un système roupie/rouble

Depuis que la Russie est soumise à un ensemble de sanctions économiques imposées  par le camp occidental, notamment son exclusion du système Swift, Moscou cherche de nouveaux débouchés, en particulier pour ses matières premières. Ainsi, selon des sources citées par l'agence Reuters, la Russie a proposé à L'Inde de lui vendre du pétrole et d'autres produits de base avec une décote - sans préciser l'ampleur ni le volume -, à condition de pouvoir réaliser la transaction en utilisant un système roupie/rouble. Une fois, les détails techniques réglés, l'affaire devrait se conclure rapidement.

"Le mois dernier, Indian Oil Corporation (IOC), le plus grand raffineur indien, avait acheté environ 3 millions de barils de brut Oural russe dans le cadre d'appels d'offres au comptant, profitant des remises offertes dans un contexte de hausse de la demande de produits. Toutefois, le 1er mars 2022, IOC a annoncé qu'il cesserait d'acheter du brut russe sur une base FOB (Free of board, prix auquel il faut ajouter le transport, les taxes et les assurances), en raison des risques d'assurance", notent Bassam Fattouh, Andreas Economou and Ahmed Mehdi, analystes au Oxford Institute for energy studies, dans un rapport intitulé : "Crise Russie-Ukraine : les conséquences pour le marché pétrolier mondial".

Les pays européens continuent à acheter du gaz russe

De fait, à ce jour, rien n'empêche un pays d'acquérir du pétrole et du gaz en provenance de Russie. C'est d'ailleurs ce que font tous les jours les pays européens, notamment l'Allemagne et l'Italie, qui achètent du gaz à Gazprom - un peu plus de 109  millions de m3 par jour, selon la compagnie russe -, en attendant de trouver une alternative, ce qui risque de prendre quelques mois.

Pour l'Inde, acheter du pétrole à un meilleur prix répond d'abord à ses propres intérêts. Alors que gaz naturel, charbon thermique et brut sont à des niveaux de prix historiquement élevés, même si le cours du baril de brut aux Etats-Unis, le WTI, perdait lundi plus de 7%, pour évoluer autour des 100 dollars, les achats indiens de brut russe décoté permettront de contenir la facture d'énergie.

Car comme le montrent les experts de Goldman Sachs qui ont étudié dans une note différents scénarios sur la façon dont les pays consommateurs s'adapteraient selon le prix du brut (avec un cours du baril de Brent 100 dollars, 150 dollars et 200 dollars) en fonction du prix local de l'essence et de l'intégration de plusieurs critères (consommation, taxes...), l'Inde est l'un des pays les plus mal placés. Selon les calculs de Goldman Sachs, un prix du baril à 100 dollars représente un coût équivalent à 5,1% du PIB (en référence au 1er trimestre 2022 ) pour l'Inde, 2% pour la Chine, et 7,1% pour le Brésil tandis que pour les Etats-Unis ce chiffre s'affiche à 3,3% du PIB, et 4,8% pour les pays européens. Si le prix du baril monte à 150 dollars, il représentera un montant équivalent à 6,2% du PIB en Inde, à peine 2,6% pour la Chine et 8,9% pour le Brésil, 4,2% pour les Etats-Unis et 5,8% pour les pays européens. Et dans le scénario d'un baril à 200 dollars, les écarts continuent à se creuser. La facture pétrolière représenterait dans ce cas 7,3% du PIB en Inde, 3,2% pour la Chine, 10,6% pour le Brésil, 5,2% pour les Etats-Unis et 6,7% pour les pays européens.

Effet d'aubaine

Autrement dit, l'Inde, le Brésil et les pays européens comptent parmi les économies qui sont potentiellement les plus fragilisées par une hausse des cours du brut en raison de leurs importations. Le géant asiatique est le troisième importateur mondial de pétrole, achetant à l'international plus de 80 % de ses besoins. Or ses principaux fournisseurs sont concentrés à 67% dans le Golfe Persique, Irak en tête, suivis de l'Amérique du sud (quelque 9%), les Etats-Unis (7,3%) et le Canada (2,7%), la Russie comptant à peine pour 2%. La perspective de pouvoir acquérir du pétrole avec une décote représente donc un effet d'aubaine.

L'Inde pourrait donc être un nouveau débouché pour le pétrole russe. Le deal entre les deux économies émergentes est d'autant plus probable que le gouvernement de Narendra Modi doit composer avec une croissance qui ralentit, toujours freinée par la pandémie du Covid-19. Elle s'est affichée à 5,4% en 2021 par rapport à 2020, alors que le consensus tablait sur 6%. Plus inquiétant, le taux d'inflation atteint déjà à 6% et pourrait rapidement augmenter avec la flambée des prix de l'énergie.

Une décote de 28,5 dollars par rapport au Brent

La ristourne pratiquée par les Russes a déjà séduit d'autres acteurs. En début de mois, la "major" Shell avait acquis une cargaison de 100.000 tonnes de brut russe Oural, avec une décote de 28,5 dollars par rapport au prix du Brent, alors que les sanctions internationales commençaient à s'appliquer et les bombes à pleuvoir sur l'Ukraine. Même si Shell n'avait pas acquis directement ce brut russe mais via un négociant de matières premières, Trafigura, un des géants du négoce international de matières premières, aussi discret que puissant, la compagnie a dû se justifier face au tollé soulevé par l'opération en publiant un communiqué la semaine dernière pour s'excuser d'avoir réalisé cette transaction et a réitéré son intention de mettre fin à toutes les activités liées à la Russie.

Robert Jules

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 16/03/2022 à 21:30
Signaler
L'UE devrait également payer ses importations de matières premières en Euros, mais voilà les allemands s'y opposent car ils croient (à tort) que le parapluie américain sera toujours là.....nous devrions le faire avec l'Algérie et l'Angola qui nous ve...

à écrit le 15/03/2022 à 14:32
Signaler
Vivement les sanctions américaines contre ceux qui souhaitent financer la guerre de Poutine...

le 16/03/2022 à 9:10
Signaler
ça tombe mal.... ça reviendrait a s'auto-sanctionner :p

à écrit le 15/03/2022 à 13:55
Signaler
L'inde est l'un de rares pays vraiment indépendants et neutres et nous en aurons besoin pour sortir du piège de la confrontation USA-Chine.

à écrit le 15/03/2022 à 13:53
Signaler
la Russie réservait sa grande production au marché Européen. elle est contraint de diversifier. elle en a les moyens

à écrit le 15/03/2022 à 13:30
Signaler
Pour l’Inde, l’alliance de revers avec la Russie a une importance qui ne peut et ne doit pas être sous-estimée. On voit fleurir des cartes ou l’Inde est alliée des USA contre la Russie et la Chine. C’est cartes ne représentent pas le monde réel. L’I...

à écrit le 15/03/2022 à 12:25
Signaler
"la Russie aux abois, prete a brader son petrole, dont personne ne veut" voila, je sollicite un job de journaliste au Figaro....

à écrit le 15/03/2022 à 10:31
Signaler
@Bréhat sérieux ? C'est l'exemple de celui qui croit vivre en démocratie qui donne des leçons aux autres ! La démocratie c'est le choix, pas celui de survivre en régime libéral, auto-justifié par ces 200 ans d'existence, celui qui est guidé par un te...

le 15/03/2022 à 11:40
Signaler
@cheng il est preferable de vivre dans une démocratie autoritaire a la chinoise ou a la russe, c'est cela ? Les démocraties occidentales sont imparfaites mais elles sont, elles vivent, évoluent etc... et la tendance binaire et simpliste qui porte à l...

le 15/03/2022 à 11:40
Signaler
Non mais faut pas prendre les commentaires de brehat au sérieux hein... ^^

le 15/03/2022 à 11:56
Signaler
@ brehat superdupont, bref à momo le "rigolo": Tu sais que ton discours "si vous êtes pas avec nous vous êtes contre nous" est éculé depuis le troisième reich quand même ? Tu vas nous la faire jusqu'à quand ? Aliénant.

à écrit le 15/03/2022 à 9:22
Signaler
Si l'Inde veut pouvoir payer l'achat de nos rafales, il faut qu'elle fasse des économies. Du pétrole payé en roupies (de sansonnet), pas top pour les Russes.🤣

le 15/03/2022 à 11:32
Signaler
:-) Rafale, c'est un nom propre donc pas accordable au pluriel, mille Rafale, bon, ça fait trop quand même. La Russie ne veut pas nous en acheter ? C'est performant comme avion. Les crédits sur 30(0)ans ça sert à ça. Au pire, ils paient en pétrole,...

à écrit le 15/03/2022 à 9:19
Signaler
roupie/rouble......oui, le pb viendra de la........on se demande comment la russie va recycler tout ca ( sachant que la roupie n'est pas vraiment une monnaie de reserve, hein)........et si par le plus grand des hasards il y avait conversion en euros ...

le 15/03/2022 à 10:10
Signaler
@ britannicus …: Inde= opportunisme commercial hérité de son colonisateur …. Mais la logique de bloc est en marche depuis 20 ans et les politiques occidentaux aveuglés par leur mercantilisme n’ont Rien vu venir … : trump Obama shrorder, monti, ba...

à écrit le 15/03/2022 à 8:53
Signaler
L'Occident a un ego surdimensionné et croit encore représenter l'essentiel de l'humanité. D'autres ne font pas tant les difficiles et la pensée unique n'est pas la loi de tous...

le 15/03/2022 à 9:06
Signaler
le sabordage de l'europe par son fidel allier les usa avec comme coup de grace les f35 a l'allemagne que nos bisounours ne comprenne toujours pas

le 15/03/2022 à 10:04
Signaler
Les autres ne sont pas des démocraties … si ce type de régime ne vous convient pas le choix est large : Russie Turquie chine eux … mais il faudra apprendre à vous taire et rester dans le rang!!

le 15/03/2022 à 10:04
Signaler
Les autres ne sont pas des démocraties … si ce type de régime ne vous convient pas le choix est large : Russie Turquie chine etc … mais il faudra apprendre à vous taire et rester dans le rang!!

le 15/03/2022 à 10:44
Signaler
Il est amusant de critiquer la "pensée unique" occidentale, pour défendre les modèles russe et chinois, où un seul parti politique est autorisé

le 15/03/2022 à 19:55
Signaler
@Blutch : mais non, pas du tout, il ne s'agit pas de défendre les régimes russes ou chinois, il s'agit de ne pas hurler avec les loups et les fauteurs de guerre qui n'ont pas même pas conscience de leur responsabilité dans la catastrophe actuelle...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.