L'inflation va coûter à Ford un milliard de dollars de plus que prévu

Ford, en raison de l'inflation, va verser 1 milliard de dollars de plus qu'initialement prévu à ses fournisseurs au troisième trimestre, en raison de l'inflation. Le groupe, comme l'ensemble du secteur automobile, peine aussi à se procurer suffisamment de semi-conducteurs pour livrer ses voitures.
Malgré l'inflation et la pénurie de semi-conducteurs, Ford maintient ses prévisions de bénéfices pour la fin de l'année.
Malgré l'inflation et la pénurie de semi-conducteurs, Ford maintient ses prévisions de bénéfices pour la fin de l'année. (Crédits : ANUSHREE FADNAVIS)

L'inflation met à mal les finances de Ford. Le constructeur américain va devoir verser un milliard de dollars de plus qu'initialement prévu à ses fournisseurs. Le constructeur a aussi indiqué qu'à la fin du mois de septembre, il allait probablement se retrouver avec 40.000 à 45.000 véhicules fabriqués qui seront privés de certains éléments, en raison de la persistance de problèmes dans sa chaîne d'approvisionnement.

Les véhicules privés d'une ou plusieurs pièces pour pouvoir être commercialisés sont principalement des pick-up et des SUV, les modèles rapportant habituellement les marges les plus élevées. Le géant automobile espère néanmoins pouvoir livrer ces véhicules au quatrième trimestre et maintient en conséquence sa prévision pour l'année de bénéfices ajustés avant intérêts et impôts, le critère de performance qu'il met le plus souvent en avant. Après cette annonce, son titre reculait de près de 5% à Wall Street.

General Motors peine aussi à fournir des voitures entièrement équipées

L'industriel, comme l'ensemble du secteur automobile, peine depuis début 2021 à se procurer suffisamment de semi-conducteurs, des éléments devenus indispensables dans les voitures contemporaines truffées d'électronique, y compris dans leur moteur en pleine transition du thermique à l'électrique. Ainsi, General Motors avait terminé le deuxième trimestre avec environ 95.000 véhicules dans ses stocks à qui il manquait seulement quelques éléments. Lundi soir, son action reculait aussi, d'environ 1,5%, après la publication du communiqué de Ford. Joe Biden, conscient des difficultés des constructeurs a poussé pour une grande loi - le Chips and Science Act - sur les semi-conducteurs et les subventions aux constructeurs comme aux automobilistes.

La transition vers le moteur électrique rend les composants électroniques plus nécessaires que jamais. Mais l'entreprise, qui a investi dans les voitures électriques plus que n'importe quelle autre constructeur américain ces dernières années, continue aussi de commercialiser des véhicules thermiques.

Ford a ainsi dévoilé lors du salon de l'automobile à Detroit la 7e génération de sa mythique Mustang née il y a 58 ans, dotée d'un moteur à combustion interne, de quoi confirmer la pérennité des véhicules à essence. L'entreprise défendu son choix, affirmant que des clients « intéressés par les voitures de sport veulent encore (un) moteur à combustion interne ».

Zoom - JOE BIDEN PLAIDE POUR LA TRANSITION VERS L'ELECTRIQUE

Joe Biden a plaidé pour la transition vers l'électrique lors de l'ouverture du salon de Détroit, mi-septembre. « Le grand road trip américain va devenir complètement électrique », a affirmé le président américain. Tout au long des autoroutes traversant les Etats-Unis, « les bornes de recharge seront en place et aussi faciles à trouver que les stations-service », a-t-il assuré. Même si les moteurs à combustion dominent encore très largement sur les routes des Etats-Unis, les constructeurs présents à Détroit ont mis en avant les véhicules électriques qu'ils s'apprêtent à proposer dans l'espoir de grappiller à Tesla les parts d'un marché grandissant. La marque Chevrolet a ainsi promu les déclinaisons électriques du pick-up Silverado et celle du SUV Equinox, dévoilée la semaine dernière avec un prix de base à 30.000 dollars pour attirer une clientèle plus large.

Depuis son arrivée à la Maison Blanche, Joe Biden a initié plusieurs mesures destinées à faciliter la transition vers l'électrique, comme les 7,5 milliards de dollars dégagés pour la construction de stations de recharge. Il a annoncé mercredi que l'administration allait bientôt débourser les 900 premiers millions.

Les acteurs du secteur ont cependant émis des réserves sur les nouvelles incitations à l'achat d'un véhicule électrique, soumises à des conditions particulières comme un assemblage final en Amérique du Nord ou l'obligation de se fournir en matières premières produites dans la région.

Ainsi, les moteurs à combustion ne sont toutefois pas complètement relégués aux oubliettes : Chevrolet présentait aussi une nouvelle version de son SUV Tahoe fonctionnant à l'essence. La marque Jeep, du groupe Stellantis, a de son côté exhibé une édition spéciale pour le 30e anniversaire de son SUV Grand Cherokee ainsi qu'une Jeep hybride rechargeable.

(Avec AFP)

Revivez la 1ère journée du Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.