L'Iran sur le point d'acheter des avions Airbus

 |   |  491  mots
Rohani a rappelé que des délégations françaises s'étaient rendues à Téhéran ces derniers mois pour des négociations dans le domaine des transports, de l'agriculture et de l'industrie, notamment l'automobile.
Rohani a rappelé que des délégations françaises s'étaient rendues à Téhéran ces derniers mois pour des négociations dans le domaine des transports, de l'agriculture et de l'industrie, notamment l'automobile. (Crédits : © Regis Duvignau / Reuters)
Le président iranien sera en visite en France la semaine prochaine. A cette occasion, des accords commerciaux seront signés, dont "probablement" un contrat d'achat d'Airbus, a-t-il déclaré.

Article publié à 16h48, mis à jour à 21h52

L'Iran a l'intention d'acheter des Airbus. Le président Hassan Rohani, qui sera en visite en France la semaine prochaine, l'a annoncé dans une interview accordée à Europe 1 et France 2.

Hassan Rohani a confirmé que, comme l'a annoncé l'Elysée mardi 10 novembre, des accords commerciaux seront signés lors de cette visite qui aura lieu le 16 et le 17. A la question de savoir si un contrat d'achat d'Airbus était prévu, Hassan Rohani, dont les propos étaient traduits, a répondu :

"Aujourd'hui, nous utilisons déjà des Airbus ou des Boeing (...). Normalement, si les conditions sont bonnes, nos acheteurs achèteront chez l'un des deux et probablement cela sera Airbus".

Des négociations déjà en cours

Rohani a rappelé que des délégations françaises s'étaient rendues à Téhéran ces derniers mois à des fins commerciales:

"Avant mon voyage, il y a eu des négociations dans le domaine des transports, de l'agriculture et aussi dans le domaine industriel, particulièrement dans le secteur auto, et j'inclus dedans le transport aérien", a-t-il précisé.

"Durant mon voyage, des protocoles d'accord seront signés et cela constituera une base pour des accords industriels et commerciaux", a ajouté Hassan Rohani au cours de cet entretien accordé à Téhéran.

140 avions en activité

En septembre, le ministre iranien des Transports, Abbas Akhoundi, avait indiqué que l'Iran était en discussions avec les sociétés Airbus et Boeing pour acquérir des avions neufs en contrat de location ou location-vente "d'ici 2020", sans en préciser le nombre. Il avait également précisé que des discussions avaient eu lieu avec d'autres sociétés pour des avions court courrier.

En août, un responsable de l'aviation civile avait affirmé que l'Iran avait l'intention d'acheter entre 80 et 90 avions de ligne par an. La flotte iranienne comprend actuellement 140 avions en activité, dont la moyenne d'âge est d'environ 20 ans.

Une ouverture depuis l'accord sur le nucléaire

L'industrie du transport aérien était soumise à un embargo américain depuis 1995 empêchant les constructeurs occidentaux de vendre des appareils et des pièces détachées aux compagnies iraniennes, ce qui clouait au sol une partie de leur flotte. Cet embargo avait été partiellement levé en novembre 2013.

L'accord final conclu à Vienne en juillet dernier entre l'Iran et les puissances du groupe 5+1 (Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine et Allemagne), permet à Téhéran de développer une filière nucléaire civile tout en l'empêchant de se doter de l'arme atomique, en échange de la levée progressive et conditionnelle des sanctions internationales, notamment pour acheter des avions de ligne. Quelque 150 entrepreneurs français, dont les représentants des plus grands groupes français des secteurs pétrolier, de l'automobile, des transports ou de l'industrie du luxe, avaient effectué à Téhéran une mission économique du 21 au 23 septembre pour reprendre pied sur le marché iranien.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/11/2015 à 20:09 :
Et des "Rafales" ?
a écrit le 11/11/2015 à 18:01 :
Il y tout de même 50 % de chance que l'Iran achète Airbus. Par contre j'en suis sûr qu'ils vont aussi acheter des avions chez Boeing, car le besoin est énorme.
Réponse de le 11/11/2015 à 20:10 :
Evidement, les affaires reprennent le dessus, et l''intérêt de l'Iran est aussi de mettre les 2 constructeurs ne concurrence !
Il en sera de même pour l'automobile, le ferroviaire, le pétrole et le para-pétrole!
Réponse de le 12/11/2015 à 7:21 :
Vous oubliez quelque concurrents dont Sukhoï.

http://www.journal-aviation.com/actualites/31668-sukhoi-pourrait-vendre-100-superjet-a-l-iran

Ces deux pays peuvent s'entendre pour construire un ligne en Iran comme pour Iran 140 /Antonov An-140. Cette usine se situe à Ispahan.
Réponse de le 12/11/2015 à 14:27 :
@Benoit
Pour votre info le SSJ-100 n’est pas russe mais plutôt italien : Alenia Aermacchi
C’est un jet international russo-européen assemblé en Russie.
Superjet International est une entreprise italienne (51% Alenia, 49% Sukhoi).
Pour Sukhoi Commercial Aircraft, Alenia y possède 25% plus une part.
Les turboréacteurs SaM146 sont presque russes.
La coentreprise Power Jet qui les assemble, c’est 50% NPO Saturn (ODK) + 50% Snecma
Pas de chance, encore raté !
Pour résumer, c’est un avion mixte Russie-Europe.
Est-ce que cela vous convient, monsieur le pro-russe adepte du french-bashing ?
---
Et pour le NF :
Thales pour l’avionique et la formation-simulation. Sogitec aussi (Dassaut)
Snecma-Hispano-Suiza pour le moteur, notamment le FMU (Fuel Metering Unit) et le FADEC (Full Authority Digital Engine Control) et plus précisément pour tout le système de régulation de ce turboréacteur.
Aircelle pour les nacelles.
Saft pour les batteries
Etc.
---
Mais aussi des entreprises suisses, américaines, canadiennes et autres italiennes participent au SSJ-100.
---
Ca ne ressemble pas vraiment à un jet 100% russe !
Votre autre bourde Malaisie-Indonésie sur l’article MBDA, ce même jour, est tout aussi édifiante !
Chacun son domaine, la défense et l’aéronautique, ce n’est pas votre truc !
---
Je pense que l’Iran va dans un premier temps acheté des avions plus grand que des SSJ-100, donc plus grand que les équivalents A318 (A320 raccourcis).
Ceci n'empêche pas que la Russie vendra certainement des SSJ-100 à l'Iran.
Et c’est aussi une bonne chose pour les entreprises européennes !
---
« Ces deux pays peuvent s'entendre pour construire un ligne en Iran »
Avec l’accord des entreprises européennes, dont Alenia Aermacchi, 1er actionnaire.
Réponse de le 12/11/2015 à 15:00 :
Bon, il faudrait vraiment que je relise et corrige mes nombreuses fautes!
Notamment Dassaut > Dassault!
Sorry!
Réponse de le 12/11/2015 à 15:09 :
@Benoit
J'allais oublier, êtes-vous certain que les Antonov assemblées en Iran sont russes? Ne seraient-ils pas ukrainiens?
a écrit le 11/11/2015 à 17:51 :
L'incident diplomatique de la bouteille de vin ne va-t-il pas faire capoter ce contrat.

http://www.europe1.fr/politique/liran-ne-veut-pas-dalcool-au-repas-lelysee-annule-le-diner-2618023

Notre "cher Président" va-t-il avoir sa photo pour l'histoire? Ou pour être encore plus ridicule qu'il ne l'est déjà?????????????????????
Réponse de le 11/11/2015 à 18:32 :
on ne va pas être en mesure de l'enivrer pour pouvoir lui faire signer des tas de contrats.
a écrit le 11/11/2015 à 17:25 :
Bravo Airbus !
Mais pour contrer Emirates, Qatar et Etihad, il faudrait que Air France reprenne l'initiative!
Je suggère à Air France d'étudier une offre de reprise d'IranAir pour faire de Téhéran le hub du groupe vers l'Asie !
Pour le gouvernement iranien, ce serait tout d'abord un partenariat efficace pour ouvrir aux iraniens les portes de l'Europe !
Si, comme je le pense très utile pour développer Transavia, Air France rachetait WizzAir (comme il en a été la rumeur en 2014), Air France pourrait alors offrir également un calendrier de commande d'Airbus MC beaucoup plus accéléré ! (plus de 100 Airbus déjà en commande chez WissAir!)...
Pour AirFrance, un marché national de 60 millions d'habitants supplémentaires, une occasion de négocier un tarif carburant aligné sur Qatar et Emirates, un positionnement idéal en direction de l'Asie,...
Pour le gouvernement français, une occasion de proposer un package :
Airbus pour les avions, ADP ou Vinci Airport pour la gestion de l'aéroport de Téhéran, Servair pour le catering, Air France E&M pour la maintenance !!!
Et pour le gouvernement iranien, ce serait toujours l'occasion de faire un sacré pied de nez aux frères ennemis que sont les sunnites des Emirats !!! Et ça, ça n'a pas de prix !
Réponse de le 11/11/2015 à 20:32 :
Votre Idée est géniale but ( délai de mise en œuvre sera très longtemps car il y a tout à faire...et stabilité politique très incertaine) d'ici malheureusement AF sera mort pris en tenailles par les compagnies du golfe et le low cost ...
Réponse de le 11/11/2015 à 20:32 :
Votre Idée est géniale but ( délai de mise en œuvre sera très longtemps car il y a tout à faire...et stabilité politique très incertaine) d'ici malheureusement AF sera mort pris en tenailles par les compagnies du golfe et le low cost ...
Réponse de le 11/11/2015 à 21:26 :
@homme de défense : merci du compliment!
Pour accélérer une décision iranienne, un rapport de gouvernement à gouvernement sera indispensable.
Pour accélérer une décision française, il faudrait que la direction Air France fasse valider le projet au plus haut niveau de l'état. Mais les "politiques" comme DE Juniac peuvent utiliser un tel projet pour sortir par le haut ! Enfin du positif est proposé...
Mais n'oublions pas : les sunnites émiratis sont la bête noire des chiites iraniens ! ... il est facile de démontrer aux iraniens que Émiratis et Qatar ne vont pas apprécier !!!
Par contre, il faut chercher un intérêt réciproque et surtout pas une néo-colonisation !!! Chacun peut y gagner sans le faire au détriment de l'autre... les iraniens méritent notre respect.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :