La Covid-19, avant-goût de pandémies en série ?

Tout juste sortis du confinement et en attente de la vaccination grand public, la variante britannique de cette fin d'année inquiète sur la poursuite en 2021 de la Covid-19. Depuis que les épidémiologistes alertent sur les risques de pandémies, la série noire vient peut-être juste de commencer...
(Crédits : Handout .)

Alors que 250 maladies infectieuses et parasitaires ont causé des épidémies depuis les années 60, les alertes des spécialistes n'ont pas suffi à nous préparer au pire. Pourtant, la "maladie X" que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ajoutait à sa liste des infections mondiales à craindre est peut-être celle qui vient de confiner une grande partie de l'économie cette année... ou une autre qui prépare encore ses armes avant de nous terrasser.  
 
Jean-François Guégan est éco-épidémiologiste à l'IRD et à l'INRAE, deux établissements publics de recherche. Il connaît bien les épidémies et la façon de les surveiller. « Depuis trois ans, l'OMS alertait des risques de grippe aviaire (qui vient des oiseaux, ndlr) avec un virus influenza, comme celui du H1N1pdm. Elle aurait pu naître au Vietnam qui exporte beaucoup de poussins d'élevage ou au Nigéria qui produit aussi beaucoup de volatiles et sur lequel l'OMS possède très peu d'informations sanitaires. »

De son côté, le programme PREDICT de l'US-AID américain estimait que « le risque majeur était celui d'une contamination par un Coronavirus provenant d'une chauve-souris de Chine et répandu autour d'un marché. » Si la boule de cristal de PREDICT a bien fonctionné, on peut s'étonner du peu de crédit accordé à ces risques sanitaires par les différents gouvernements occidentaux ainsi qu'aux alertes des scientifiques. Peut-être les précédentes épidémies ont-elles été suffisamment maîtrisées pour que ces risques soient systématiquement minimisés. Après avoir appris à vivre avec le VIH et la grippe saisonnière, on ne se sentait plus menacé comme le souligne le Pr Renaud Piarroux, épidémiologiste à l'hôpital de la Pitié-Salpétrière à Paris : « Nos pays occidentaux étaient très mal préparés à une pandémie. Ils semblent persuadés que les risques appartiennent au passé, qu'on est bien protégé. »

De plus en plus d'épidémies

Même si elles ne nous débordent pas à chaque fois, la multiplication des épidémies est due à nos modes de vie et à nos pratiques, notamment avec la surexploitation de la nature et des animaux sauvages. La déforestation met les bûcherons modernes au contact d'espèces animales que nous humains n'avons pas l'habitude de côtoyer. En s'en rapprochant, ils leur transmettent une partie de leurs microbes inoffensifs pour nous humains et vice et versa, récoltent une partie des bactéries et des virus qui séjournent sur ces animaux. Quand ces nouveaux microbes arrivent à nous rendre malade, c'est la zoonose. L'élevage intensif qui mène à raser les forêts tropicales pour planter du soja qui nourrira le bétail occidental y participe largement. Le braconnage aussi joue le rôle de rabatteur de sales virus auxquels notre corps humain n'est absolument pas préparé.

Si 70% des infections et parasioses humaines connues sont issues de zoonoses, le phénomène a encore de la marge. Il existerait 1,7 million de virus "non découverts" chez les mammifères et les oiseaux, dont une partie serait susceptible de nous infecter. Et selon l'analyse des scientifiques de l'IPBES, le groupe d'experts de l'ONU sur la biodiversité, ces pratiques pourraient générer une nouvelle pandémie de l'ampleur de l'actuelle tous les dix ans.

Plus ou moins contagieuses et dangereuses

Dans la guerre microbienne, deux stratégies s'offrent à l'attaquant : soit être très puissant pour terrasser sa victime en peu de temps. Soit se montrer très contagieux pour en contaminer le plus possible. Un virus Ebola tue rapidement ceux qu'il contamine. Mais ses victimes sont si malades que l'on peut rapidement les identifier et les isoler avant qu'il ait eu le temps de se propager largement. La grippe H1N1 qui a fait trembler le monde en 2009 et face auquel Roselyne Bachelot avait bien équipé la France en masques et en vaccin était moins  meurtrière que la Covid actuelle. Mais elle était trois fois moins contagieuse et comme elle ressemblait fort à un virus de grippe qui avait déjà circulé dans les années 1970, une bonne partie des plus de 50 ans était déjà immunisée. Quant au premier SRAS CoV-1 de 2002, il tuait presque 10% des personnes contaminées mais était moins contagieux que le CoV-2 de 2019. Sans cas asymptomatiques lui permettant de se répandre en douce, il a été plus facile à contrôler même s'il a bien faillit tourner en pandémie.

Pour Laurent-Henri Vignaud, maître de conférences en histoire moderne à l'Université de Bourgogne et spécialiste des épidémies, l'arrivée d'un nouveau virus est aussi déstabilisante pour la science que pour l'opinion publique :

« La peste avait un taux de létalité de 60% et une diffusion incontrôlable, avec la puce du rat qu'on a mis longtemps à identifier comme facteur de contagion. Cela explique la terreur que cette maladie a pu susciter. Aujourd'hui, la mauvaise connaissance de ce nouveau coronavirus le rend très menaçant, bien qu'il soit beaucoup moins létal. On doit s'habiter à ce risque infectieux comme on a appris à le faire avec la grippe saisonnière ou le Sida. C'est une question de diplomatie virale. »

Le mode de contagion aggrave aussi la dangerosité ou non d'un virus. Quand il se transmet par le sang comme le VIH ou par une piqûre de moustique comme le Zika, il semble plus facile de se protéger. Mais avec une transmission aérosol par l'air que l'on recrache et que d'autres respirent, c'est bien plus compliqué.

Les autres risques selon l'OMS

Depuis 2015, l'OMS liste les principales maladies infectieuses en circulation dans le monde qui pourraient déclencher une épidémie. Elle en recense neuf, dont les différents coronavirus (Covid-19, syndrome respiratoires SRAS et MERS au Moyen-Orient), mais aussi la fièvre de Lassa, les virus Ebola et Zika et la fièvre hémorragique de Crimée-Congo. Au-delà, la progression du phénomène d'antibio-résistance inquiète beaucoup puisqu'elle permet à certaines bactéries de survivre aux médicaments censés les détruire. Dans notre pays et selon Santé publique France, plus de 5 500 personnes meurent chaque année à cause de bactéries qui résistent même à la rolls des antibiotiques que sont les carbapénèmes.

Antabio est une biotech basée à Toulouse qui développe de nouveaux traitements pour soigner les infections prioritaires de l'OMS. Dans son « pipe », des molécules déjouant les mécanismes de résistance des bactéries, pour que certains antibiotiques redeviennent efficaces sur elles, des candidats prêts à passer en essais cliniques. Il faut dire qu'on attend depuis un moment et en vain de nouveaux antibiotiques, comme l'explique le CEO d'Antabio, Marc Lemonnier:

« Avec un modèle économique qui nécessite des coûts de développement élevés pour des médicaments à qui on imposera des prix de vente bas et une utilisation restreinte au minimum - pour éviter les phénomènes de résistance -. Les grands laboratoires se sont détournés de la recherche antibiotique. Et les biotechs qui y travaillent ont peu de chance de dégager du chiffre d'affaires sur ces produits. Pourtant, ce que l'on vit avec la Covid est une projection en accéléré de ce qui arrive progressivement et en silence avec la résistance aux antibiotiques. »

À défaut de solutions pharmaceutiques, cette résistance pourrait effectivement finir par créer une véritable pandémie.

Autre risque microbien : les bactéries et virus du Néolithique qui attendent tranquillement leur heure dans le permafrost. Avec son dégel sous l'effet du réchauffement climatique, ce permafrost pourrait nous révéler des ancêtres microbiens qui - faisons nous peur - pourraient se montrer redoutables s'ils ont survécu au gel et au temps.

Est-on prêts pour la suite ?


Après neuf mois de pandémie, les deux premiers actes du confinement nous ont prouvé que nos pays occidentaux étaient très mal armés contre les attaques microbiennes. Alors que l'OMS le rappelle dans un récent communiqué : "La Covid-19 ne sera pas la dernière situation d'urgence sanitaire que connaîtra le monde et il est urgent de se préparer durablement pour faire face à la prochaine." Alors comment gérer les nouvelles épidémies afin qu'elles ne deviennent pas des pandémies capables de paralyser le monde et l'économie ?

En revoyant sans doute l'indépendance, le pouvoir et les moyens de l'OMS, comme l'explique le Dr Jean-François Guégan : « Sur les 197 Etats membres affiliés, seuls 67 répondent clairement et complètement aux demandes d'informations, soit les pays riches et les pays occidentaux. Les pays aux régimes les moins démocratiques sont ceux qui transmettent le moins de données sur l'état sanitaire alors que l'OMS a besoin de ces données pour mener une véritable prévention. » Même constat pour le Pr Renaud Piarroux : « Si nous voulons nous protéger vraiment, nous avons besoin d'un organisme chargé de surveiller la santé dans le monde avec plus de moyens et d'indépendance par rapport aux différents gouvernements. D'autant que notre pays très touristique multiplie les risques de contamination en recevant beaucoup de visiteurs des quatre coins du monde. »

Sur la limitation des échanges afin de réduire la transmission, les politiques occidentales s'affrontent depuis le printemps. En Europe, les pays du Sud n'ont pas hésité à prendre des mesures contraignantes en confinant et en fermant la majorité des commerces. Alors que les pays du Nord - de culture protestante - ont tardé à restreindre les échanges commerciaux quel que soit le risque, avant de se raviser devant le nombre de décès Covid. Mais surtout, ils ont tous beaucoup tardé à dépister, isoler et tracer comme le conseillait pourtant l'OMS depuis le début.

Question de coût ? Pourtant, les projections le montrent : il vaut mieux investir en prévention comme le souligne Jean-François Guégan : « Des chercheurs en économie montrent que le coût d'une action en réaction et réparation face à une pandémie coûte de 100 à 700 fois plus cher qu'une véritable prévention. ». Une pandémie coûte en moyenne 60 milliards de dollars US à l'économie mondiale. D'ailleurs, les groupes de réassurance l'ont bien compris quand ils classent les pandémies comme le premier risque mondial en termes de problèmes sociaux, économiques et politiques.

Au final pour l'historien Laurent-Henri Vignaud, le seul  avantage de cette pandémie tient à nous remettre les pieds sur terre en attendant la prochaine. « S'il y a un effet positif à la Covid, c'est la prise de conscience qu'on est tous dans le même bateau. Cette prise de conscience planétaire a commencé au cours des années 2000 avec la crise financière, puis avec le réchauffement climatique et la menace terroriste islamiste. Face à ce nouveau virus, il est incroyable d'avoir vu presque tous les gouvernements adopter les mêmes stratégies en si peu de temps. » Une prise de conscience à méditer en attendant la saison 2 de la série "Pandémie".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 40
à écrit le 07/01/2021 à 20:18
Signaler
Dans la presse mondialiste uniquement mais pas dans la vraie vie.

à écrit le 07/01/2021 à 11:44
Signaler
ces laboratoires en compétiion ! une course effrènée.. les exclandres des responsables de la politique libérale. mais personne n est dupe par ce théatre médiatisé.ou seul compte le fric

à écrit le 07/01/2021 à 11:44
Signaler
ces laboratoires en compétiion ! une course effrènée.. les exclandres des responsables de la politique libérale. mais personne n est dupe par ce théatre médiatisé.ou seul compte le fric

à écrit le 25/12/2020 à 3:26
Signaler
La supèrette où je vais quelques fois,ils obligent les clients à mettre un masque mais eux n'en mettent pas

le 05/01/2021 à 19:37
Signaler
Vas au supermarché...

à écrit le 22/12/2020 à 20:07
Signaler
Au passage, petit message aux français : préparez-vous à la privatisation/disparition de la sécurité sociale d'ici cinq ans, deux ans si Macron est réélu...

à écrit le 22/12/2020 à 18:25
Signaler
Ouvrez vos fenêtres : Après l'électricité, le gaz. Les tarifs réglementés du gaz appliqués par Engie vont légèrement augmenter de 0,2 % au 1er janvier, a annoncé mardi la Commission de régulation de l'énergie (CRE). « Cette augmentation est de 0,1...

le 05/01/2021 à 19:39
Signaler
Passez a l'électricité ou déménagez...

à écrit le 22/12/2020 à 18:16
Signaler
On y arrive : Et si l’isolement des personnes infectées et des cas contacts devenait obligatoire ? Jusqu’ici recommandé par les autorités sanitaires, cette mesure pourrait bientôt s’inscrire dans la loi. Le Premier ministre Jean Castex a en effet ...

le 07/01/2021 à 20:20
Signaler
Quelle épidémie, celle des masques et du confinement?

à écrit le 22/12/2020 à 12:40
Signaler
que dire des mesures ségrégationniste de ce gouvernement ou ceux qui non vaccine aurons de droits réduits la ce n'est memes plus une honte c'est un scandale rien que le fait de soumettre un tel texte la démission s'impose

à écrit le 22/12/2020 à 11:47
Signaler
Il faut prendre de la vitamine D .Des molécules prometteuses vont arriver sur le marché dans les semaines à venir. Heureusement que nous sommes en France, au rythme des vaccinations, la seringue n'arrivera pas avant des mois , nous pourrons profite...

à écrit le 22/12/2020 à 0:24
Signaler
Le "Monsieur Corona" allemand, le virologue Christian Drosten, va devoir répondre devant la justice des prémisses faussés de la gestion de crise. Il est poursuivi par l'avocat Reiner Fuellmich. Une nouvelle fois, il faut parler des tests PCR que l...

à écrit le 22/12/2020 à 0:21
Signaler
Juillet-décembre : le taux de mortalité en France des malades COVID19 a été de 5 décès pour 10 000 malades chez les moins de 60 ans. C' est individuellement tragique mais statistiquement anecdotique. Il est DONC ABSOLUMENT IRRATIONNEL de nourrir le d...

à écrit le 21/12/2020 à 23:50
Signaler
Que l'on se rassure : les labos chinois, forts des leçons à tirer de ce premier test mondial, sont en train de peaufiner la v2 du covid... attendue également avec impatience par les élites du nom, pour la mise en oeuvre effective du great reset progr...

à écrit le 21/12/2020 à 16:26
Signaler
Il faut juguler toute les pandemies mondiales, le COVID 19 est bien mortel et a tuer 1 695 606 personnes dans le monde, dont 43.391.462 personnes gueris du COVID et contaminés 76.948.621 personnes dans le monde.Le virus a muté en Angleterre et est pl...

à écrit le 21/12/2020 à 14:56
Signaler
Les virus sont souvent à bas bruit au début puis d'un coup se démultiplient, celui du Sida ça a été son cas, ça rend la détection de leur origine difficile (enquête biologique), sars-cov-2, il est devenu visible en Chine mais est peut-être venu d'ail...

à écrit le 21/12/2020 à 10:51
Signaler
Le professeur Raoult avait raison, le vaccin , c'est de la science fiction , un truc de mutant c'est le cas de le dire. En revanche, un espoir avec la mise sur le marché d'ici quelques mois de molécules permettant d'éviter l'inflammation pulmonaire...

le 21/12/2020 à 13:17
Signaler
ce que j' observe dans tous les commentaires ..c' est la disparition de la responsabilité du GOUVERNEMENT CHINOIS...journalistes comme commentateurs vous semblez bien amnésique...vous reprenez les chiffres déclarés comme s'ils étaient conformes...et ...

à écrit le 21/12/2020 à 10:25
Signaler
Formidable entretien avec le Dr. Sucharit Bhakdi auteur du livre "Covid, fausse Alerte" ; il explique qu’il n’est pas possible de trouver un vaccin contre ce virus qui mute en permanence en allant de personne à personne et surtout qu’un vaccin n’est ...

le 21/12/2020 à 13:18
Signaler
ce que j' observe dans tous les commentaires ..c' est la disparition de la responsabilité du GOUVERNEMENT CHINOIS...journalistes comme commentateurs vous semblez bien amnésique...vous reprenez les chiffres déclarés comme s'ils étaient conformes...et ...

le 21/12/2020 à 14:40
Signaler
Le seul commentaire sensé sur une 15aine. D'avance merci. Je ne suis pas pour le fait de reproduire à l'identique en France les sociétés Coréennes ou Japonaises, mais ce sont des modèles de discipline. Nous n'en avons strictement aucune en France, mê...

le 22/12/2020 à 4:00
Signaler
@Jules 76. Connaissez vous la Coree ? Qu'en savez-vous ? Perso, j'y vis depuis plus de 25 ans et cette societe continue de conserver bien des mysteres. Certes les modes sociaux y sont differents d'en France, mais au moins, on peut sortir dans la r...

à écrit le 21/12/2020 à 9:49
Signaler
Face au Covid-19, les chefs d’État sont peu ou prou logés à la même enseigne que le reste de la population. Boris Johnson, Donald Trump et Emmanuel Macron sont, tour à tour, tombés malades. Mais, le Chili pousse la logique un peu plus loin. Le présid...

le 21/12/2020 à 15:01
Signaler
Macron est-il seulement réellement malade, ou ne serait-ce que le chapitre d'un storytelling politique du futur héros de la nation qui se représente en 2022 ? D'un gouvernement qui ment, de l'aveu même de sa porte-parole Sibeth, et qui manipule les c...

à écrit le 21/12/2020 à 9:43
Signaler
La mondialisation heureuse vire au cauchemar bactériologique. "Cauchemar" pourrait facilement être remplacé par "guerre". Le progrès technologique est nécessaire, mais quand il touche au vivant, des pesticides aux Ogm...à l'élevage de masse, l'appre...

à écrit le 21/12/2020 à 9:42
Signaler
Pendant ce temps : Depuis le mois de novembre, le port du masque est obligatoire à l’école pour les enfants dès 6 ans. Un impératif sanitaire face à l’épidémie de coronavirus qui n’est pas sans poser des difficultés. Comme le rapporte France Bleu...

à écrit le 21/12/2020 à 9:31
Signaler
Rien qu'à voir les commentaires on est pas prêts d'aller de l'avant. Gnagnagna c'est un complot des illuminatis, gnagnagna le covid c'est qu'un prétexte pour une dictature sanitaire, gnagnagna les vaccins sont liés à la 5G. En même temps, que pouvons...

le 21/12/2020 à 13:53
Signaler
Vous oubliez de préciser que tous ces zombies ont pour unique solution de tout interdire : les voyages, les aliments non "éco", l'internet, etc, etc. Yaka interdire et se repentir de nos péchés. Le Moyen Age fait bon ménage avec la peste.

à écrit le 21/12/2020 à 9:15
Signaler
les deux gros pbs sont qu'on a en occident une vision hygieniste de la vie et du soin a tout prix, et que de l'autre cote on a des comportements on ne peut plus m'enfoutsistes quand il s'agit de respecter ce qui est collectif les enfants rois des ge...

à écrit le 21/12/2020 à 9:15
Signaler
Respirez calmement. Les virus sont inévitables , surtout avec ce niveau de surpopulation sur la planète et ces voyages permanents, partout, pour tout le monde et toutes les marchandises. C'est un mécanisme "naturel" de régulation (ce qui ne veut pas ...

à écrit le 21/12/2020 à 8:49
Signaler
on nous prend pour des moutons ....le gouvernement cree une france de depressifs suicidaires .....

à écrit le 21/12/2020 à 8:33
Signaler
Oui je pense qu'ils veulent clouer les vieux chez eux définitivement pendant le grand effondremment, que ceux-ci ne voient surtout pas les dégâts de leurs votes pour des gens totalement corrompus qui ont tranquillement laissé faire l'effondrement. ...

le 21/12/2020 à 9:36
Signaler
"Ils vous nous imposer le vote électronique". Intéressant. Vous sortez ça d'où ? Après vous et tant d'autres ne semblez pas avoir compris une chose: plus on respecte les règles, moins ça durera. Mais bon, vous devez raisonner en mode "les règles sont...

le 21/12/2020 à 10:20
Signaler
@ multipseudos: "Vous sortez ça d'où ? " Avec un virus qui change tout le temps et donc sur lequel les vaccins seront inefficaces tu veux aller faire voter les vieux toi ? Parce que tu comprends quand même que déjà avec la version initiale ils no...

le 21/12/2020 à 15:49
Signaler
@ multipseudos: Pauvre biquet tout emoustillé ! ^^ SIgnalé

à écrit le 21/12/2020 à 8:15
Signaler
Il n'y a aucun "risque" sanitaire. Depuis le début, cette pandémie a été le prétexte pour des actions beaucoup plus graves sur l'économie mondiale, la vraie pandémie, elle est financière, elle n'est pas virale. Le COVID-19 sert de cache-sexe pour la ...

le 21/12/2020 à 8:51
Signaler
tout a fait d acoord ...on nous manipule .....

le 21/12/2020 à 9:05
Signaler
C'est évident ! Les états unis avait perdu le contrôle comme l'avait montré l'épisode du repo en Novembre 2019, ils ont sauté sur l'occasion avec l'assentiment de l'Europe car quand tonton tousse, la vieille et petite Europe s'enrhume ! Ils mesur...

le 21/12/2020 à 9:18
Signaler
En effet, il est de notoriété publique que le secteur médical comme le monde du spectacle ont de fortes convictions pour la dérégulation mondialiste, or l'élection aux USA d'un nationaliste (càd Donald Trump) leurs a laissé un goût amer motivant une ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.