Comment la pandémie a affecté la mondialisation

 |  | 564 mots
Lecture 3 min.
Alors que plus de la moitié des entreprises interrogées envisagent de rechercher de nouveaux fournisseurs et de déplacer leurs sites de production, seuls 10% à 15% des répondants envisagent la relocalisation et environ 30% un rapprochement de leurs sites de production. En France,13% à 18% des entreprises envisagent de relocaliser leur production, explique Euler Hermes.
"Alors que plus de la moitié des entreprises interrogées envisagent de rechercher de nouveaux fournisseurs et de déplacer leurs sites de production, seuls 10% à 15% des répondants envisagent la relocalisation et environ 30% un rapprochement de leurs sites de production. En France,13% à 18% des entreprises envisagent de relocaliser leur production", explique Euler Hermes. (Crédits : Reuters)
Près d'une entreprise sur cinq a souffert fortement de perturbations dans sa chaîne logistique pendant la pandémie selon une enquête d'Euler Hermes. Malgré de grandes difficultés, peu de dirigeants envisagent des relocalisations.

La propagation du virus a provoqué un électrochoc dans les circuits de la mondialisation. Selon une enquête menée par Euler Hermes et publiée ce mercredi 9 décembre, la grande majorité des entreprises interrogées (94%) dans cinq pays (États-Unis, Royaume-Uni, Allemagne, France et Italie) ont connu des perturbations dans leurs chaînes logistiques. Parmi elles, environ 20% indiquent avoir connu de sévères difficultés. La fermeture des frontières, des ports de commerce, le ralentissement brutal des usines ont provoqué un effondrement colossal des échanges internationaux.

Beaucoup de pays, notamment en Europe, ont souffert de cette extrême dépendance à l'égard des pays asiatiques pour se fournir en masques et produits de santé au moment du pic des contaminations. Dans ce contexte, les idées de relocalisation et de souveraineté industrielle reviennent dans les débats.

Pour autant, l'ère de la mondialisation est loin de s'arrêter. Au mois de novembre, quinze pays d'Asie et de l'Océanie ont signé un vaste accord commercial promu par la Chine. Il représentera plus de 2 milliards d'habitants et devrait encore accroître la place du géant chinois dans l'économie planétaire. "Nous ne nous attendons pas à un mouvement de démondialisation, ni même à un retour au début des années 2000. Mais on voit des dynamiques différentes au sein même du commerce mondial, et donc un avenir aux facettes multiples", a affirmé le directeur de la recherche macroéconomique, Alexis Garatti.

Les entreprises américaines fortement perturbées

Cette maladie infectieuse a particulièrement frappé les firmes américaines. Selon le baromètre, 26% ont déclaré avoir enregistré des perturbations graves contre 17% en moyenne dans les autres pays interrogés. Viennent ensuite la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne et l'Italie. Ces répercussions dépendent évidemment de l'ampleur des mesures pour mettre sous cloche l'économie, de la sévérité du choc, de l'intégration des pays aux chaînes de valeur mondiales et de leur dépendance à l'égard des pays de fabrication. Parmi les secteurs les plus perturbés, figurent les machines et équipements, les technologies et télécoms, et enfin l'énergie. À l'opposé, l'agroalimentaire et l'industrie de la chimie s'en sortent mieux.

Peu de relocalisations envisagées

La pandémie ne devrait pas rebattre complètement les cartes de la mondialisation. Environ 55% des entreprises interrogées affirment qu'elles vont chercher de nouveaux fournisseurs dans les prochains mois. "Les entreprises semblent opter pour des fournisseurs plus proches d'elles géographiquement. Toutefois, cela ne suggère pas que les entreprises se détournent des fournisseurs chinois, qui restent populaires dans les réponses collectées lors de cette enquête", précisent les auteurs du baromètre.

La stratégie des entreprises reste centrée sur l'amélioration des marges pour justifier la recherche de nouveaux fournisseurs. "Les questions traditionnelles de coût de production, de qualité, de problématiques de transport et de coûts d'investissement vont continuer à motiver les décisions dans les chaînes d'approvisionnement mais les entreprises se soucient désormais plus des risques environnementaux, ce qui implique une plus grande surveillance dans le choix des fournisseurs et un raccourcissement des chaînes de valeur les moins respectueuses", a affirmé Alexis Garatti. Par exemple en France, entre 13% et 18% des entreprises projettent de relocaliser une partie de leur site de production.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/12/2020 à 9:32 :
Je préfèrerais un titre du genre: Comment la mondialisation a aggravé la pandémie.
a écrit le 09/12/2020 à 18:53 :
relocaliser?
oui, certainement pas en france vu ce qui a ete vote et ce qu'il y a dans les clous; ailleurs je veux bien discuter
sinon, le nearshorring est dans les clous depuis plus de 10 ans, rien de nouveau
la dacia au maroc, c'est tres bien, en france, haha, y a que montebourg pour t'exiger que renault fabrique et vende une bagnole a 10.000 euros alors qu'elle va lui couter 12.000 a la prod..........
mais bon, les politicards verreux et sans scrupules etant ce qu'il sont, on ne s'etonne plus de ou va la france entre les incantations et la realite
a écrit le 09/12/2020 à 18:50 :
Pas du tout convaincu que la pandémie ait affecté la mondialisation : au contraire, nous assistons à la mise en place de la dictature néolibérale, au nom du n.o.m. Le prix à payer était de sacrifier certains secteurs économiques : c'est fait ...
a écrit le 09/12/2020 à 18:10 :
Le néolibéralisme ne peut pas s'adapter à l'ère du temps, il n'est que le reflet de temps anciens que rien ne semble pouvoir faire évoluer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :