La fin de notre civilisation pourrait-elle arriver en 2040 ?

Une étude, publiée par le site d'investigation Medium, "prédit" un possible désastre à l’échelle mondiale, dans moins de trente ans. Elle démontre que si "nous ne changeons pas de cap", notre modèle économique et social pourrait mener à l'effondrement de notre civilisation.

4 mn

Les pénuries agricoles et alimentaires prévues par l'étude conduiraient à des émeutes dans les zones urbaines du Moyen-Orient, d'Afrique et d'Amérique latine, et à un euro tant affaiblit que les principales bourses européennes perdront 10% de leur valeur.
Les pénuries agricoles et alimentaires prévues par l'étude conduiraient à des émeutes dans les zones urbaines du Moyen-Orient, d'Afrique et d'Amérique latine, et à un euro tant affaiblit que les principales bourses européennes perdront 10% de leur valeur. (Crédits : Reuters)

Si tout continue comme maintenant, dans trois décennies, notre "civilisation industrielle" pourrait s'effondrer en raison de pénuries alimentaires désastreuses, d'un enchaînement de catastrophes climatiques, d'une rareté de l'eau, d'une crise énergétique en bout de course, et d'une instabilité politique intenable.

Avant de s'alarmer, sachez que cette étude ne se veut nullement une prédiction, même pour les scientifiques qui l'ont menée. Elle prétend être "un appel à réfléchir",  et tente de démontrer que notre mode de vie actuel n'est pas durable. Et elle ne tient pas compte d'une réalité : la réaction des populations.

Réalisée par l'Université Britannique Anglia Ruskin à travers un projet nommé "Global Ressource Observatory", l'étude publiée sur le site de journalisme d'investigation Medium a été financée par l'entrepreneur Peter Dawe, mais aussi par des "partenaires" tels que le bureau des Affaires étrangères et du Commonwealth du gouvernement britannique,  le marché de l'assurance et de la réassurance britannique Lloyds of London, le groupe Aldersgate, l'Institut et la Faculté des Actuaires, par la banque Africaine de développement, la banque Asiatique de développement, et par l'Université du Wisconsin. Dans un premier temps, l'étude ce scénario a eu pour but de préparer les grandes compagnies d'assurance. "Il fallait qu'elles prennent en compte les pertes potentielles liées à ces crises", afin qu'elles reconnaissent les côtés sombrent du système financier actuel, et notamment de sa dépendance aux combustibles fossiles.

Emeutes et effondrement des marchés boursiers

Selon l'étude, la production alimentaire mondiale pourrait être ébranlée par une combinaison de trois catastrophes météorologiques, conduisant à une flambée excessive et insupportable des prix : les prix du blé, du maïs et du soja augmenteront par exemple "par quatre par rapport aux années 2000", et le riz augmentera lui, de 500%. Ceci aboutirait à des "émeutes dans les zones urbaines du Moyen-Orient, d'Afrique et d'Amérique latine, à un euro tant affaiblit que les principales bourses européennes perdront 10% de leur valeur, tandis que les marchés boursiers américains suivront cette tendance et devraient perdre 5% de leur valeur", affirme l'étude.

Certes pessimiste, l'analyse de ces scénarios catastrophe révèle que les résultats d'un tel choc systémique, à l'exception des "conséquences humanitaires négatives et de pertes financières importantes", seraient un chaos géopolitique, une escalade du terrorisme et des troubles civils.

Conséquences politiques, économiques et commerciales

Il faudrait prévoir "des conséquences majeures pour les revenus et les investissements des entreprises», avec la possibilité de "générer des pertes étalées sur de nombreuses années". Il serait également probable, que "l'instabilité politique prenne des décennies à se résoudre", imposant des "plus grandes restrictions sur le commerce international".

"Nous avons poursuivi notre étude jusqu'à l'année 2040, selon un modèle économique qui changerait peu et qui ne se réorganiserait pas. Les résultats démontrent que, basé sur les tendances climatiques actuelles, et sur l'échec d'un changement de cap, le système d'approvisionnement alimentaire mondial ferait face à des pertes catastrophiques, à des épidémies sans précédent, et à des émeutes de la faim."

L'avenir repose sur la réaction des sociétés

L'étude s'est particulièrement intéressée à déterminer "comment des chocs agricoles importants pourraient se produire (inondations, sécheresse, tempêtes, etc...), comment ceux-ci amèneraient une réduction des récoltes, et comment la société répondrait à des prix élevés pour des denrées alimentaires peu disponibles".

En d'autres termes, notre modèle ne peut pas générer une prévision fiable de l'avenir selon l'étude.

"Je dirais que l'étude est plutôt correcte", a déclaré Aled Jones, directeur du projet. "Il est assez juste de donner une image précise des limites de la croissance dans le futur. Mais il y a forcément des paramètres incorrects et des lacunes", a-t-il poursuivi.

Le fait que les gouvernements et les assureurs "soient au courant de tels risques", et qu'ils peuvent désormais "réfléchir à de nouveaux modèles pour riposter, pour s'engager à s'orienter vers une nouvelle alternative", indique que la prise de conscience détient le potentiel de provoquer un changement... Alors, qu'attendons-nous ?

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 35
à écrit le 05/07/2015 à 18:40
Signaler
Vu la politique migratoire actuelle littéralement suicidaire des pays européens et de la France en particulier, des tensions ethniques, pour ne pas dire des guerres civiles sont aussi à prévoir, à fortiori dans un tel contexte économique...

à écrit le 30/06/2015 à 21:45
Signaler
La chute viendra par la rareté et la cherté du pétrole. La fin...par la fin du pétrole.

à écrit le 24/06/2015 à 12:59
Signaler
Avant notre suicide collectif ou qu'on ne s’entre-tue, je vous invite à lire les prévisions du Club de Rome (membres éminents du MIT) qui datent de 68 ou 70. Au d'aujourd'hui, il n'y aurait plus de cuivre, plus de pétrole, plus de blé, plus de, etc.....

le 25/08/2015 à 5:10
Signaler
C'est tout à fait faux. Non seulement le rapport du club de Rome ne disait rien de cela (contrairement à ce que raconte partout des gens qui ne l'ont pas lu) mais bien, au contraire, ses prédictions s'avèrent toutes, 30 ans après sa rédaction, qualit...

le 10/10/2018 à 21:01
Signaler
Vous avez apparemment pas lu le rapport que vous citez puisque l'effondrement apparaît entre 2030 et 2050 et non en 2015.

à écrit le 24/06/2015 à 1:49
Signaler
pas la peine d'etre un génie ou nostradamus pour prédire ça ,c'est prévisible , la démographie galopante et les richesses mal répartis et qui s'épuisent en un clin d'oeil annoncent des catastrophes incontrolables. nous gouterons a la misère et a la...

à écrit le 23/06/2015 à 14:53
Signaler
Bof....

à écrit le 23/06/2015 à 14:28
Signaler
Bonjour juste pour rappel: Du temps des romains, nous devions tous mourrir de faim. Au dix-huitième l'augmentation de la population devait faire que toutes les forets soient rasée et que nous mourrions étouffés: Désormais, nous allons tous mourrir...

le 23/06/2015 à 15:53
Signaler
exact: la chute de l empire romain a remplace la civilisation romaine par autre chose : le feodalisme. par contre ca a fait quand meme pas mal de degats. Il y a eut une regression majeure (par ex on ne savait plus construire en pierre) et ca a mit pr...

le 30/06/2015 à 17:42
Signaler
sans compter les épidémies, les guerres religieuses etc .. mais les Romains ont fait comme nous : ils se sont amollis, se sont endormis sur leurs lauriers et ont confié leur défense à des mercenaires

à écrit le 23/06/2015 à 10:51
Signaler
On vient de nous annoncer qu'en 2070 la canicule s'installera partout, maintenant la fin de notre civilisation, quelle sera la prochaine ????????? Nostradamus a laissé des héritiers et ce n'est pas fini ..........

à écrit le 23/06/2015 à 9:47
Signaler
La bourse chute de 10%, une catastrophe ? Comme c'est déjà arrivé des tas de fois, je ne vois pas bien où est la cata. Cet article oublie de parler du risque majeur qu'est une guerre par inadvertance entre 2 puissances d'Asie avec plein d'éclaboussu...

à écrit le 23/06/2015 à 9:11
Signaler
Sans vouloir être désagréable avec l'auteur qui doit probablement faire ses armes, je deviens de plus en plus réfractaire, pour ne pas dire plus, à l'apparition de ce genre de prose dans des publications dites de référence. Le déroulé des agendas com...

à écrit le 23/06/2015 à 8:53
Signaler
Quand c'est pas la crise alimentaire, c'est la crise énergétique, et quand c'est pas la crise énergétique, c'est les catas climatiques : on s'invente des dangers planétaires pour se faire frémir, parce qu'on ne sait pas à quel point on s'ennuie dans...

le 23/06/2015 à 9:50
Signaler
quand j etais gamin il y avait moins de 4 milliards d humains, aujourd hui on est presque 8 (soit le double) en 2040 plus de 10. Et vous coryez que ces gens vont tranquillement mourir de faim dans leur pays ?? Surtout si les pays europeens encore pro...

le 23/06/2015 à 10:56
Signaler
@cd : quand on se ballade dans le monde et qu'on voit plein de terres cultivables pas cultivées, on se dit que l'humanité ne va pas globalement crever de faim, même à 10 milliards de poilus (et de poilues) en tout. Pour le parallèle avec l'empire rom...

le 23/06/2015 à 14:59
Signaler
Au debut du XX sciecle, quasiment toutes les terres cultivees en france l etaient. et ca suffisait tout juste a nourrir la population de l epoque (moins de 40 millions de personnes). Evidement le progres technologique a permit de nourir plus de gen...

le 23/06/2015 à 16:07
Signaler
à @Asimon : Les moins bons vivront aux crochets des meilleurs. Comme c'est déjà le cas. C'est çà, la civilisation. Et c'est çà qui fait qu'on est 8 milliards et qu'on va être 10 milliards un jour. En tous cas, je l'espère : il y a encore plein de pla...

à écrit le 23/06/2015 à 8:52
Signaler
Encore une étude bidon au doigt mouillé dans l'air du temps pour préparer la COP 21 et cela va aller crescendo jusqu'en décembre (il va pleuvoir des millions de tonnes de CO², des milliards d'€ de catastrophes et des degrés de température en plus!) l...

à écrit le 23/06/2015 à 7:54
Signaler
Seuls les candides et les irresponsables n'y croient pas. Les effets du dérèglement climatiques sont évidents et ont déjà été analysés et chiffrés depuis longtemps par une multitude d'organismes, d’états et de compagnies d'assurance. La seule incer...

à écrit le 22/06/2015 à 20:45
Signaler
"pas compte d'une réalité : la réaction des populations."... Fallait pas les chercher, non plus... Marrants, les gars qui nous manipulent. Ceci écrit, tous les états de la planète ont renforcé leurs "forces intérieures" depuis l'Avènement de Lehman. ...

à écrit le 22/06/2015 à 20:30
Signaler
On a l'habitude de ce genre de baliverne incontournable. Problème numéro un dans les pays pauvres: la démographie. Espoir numéro un dans les pays riches: le progrès technologique infini.

à écrit le 22/06/2015 à 17:44
Signaler
c est n importe quoi !!!on veut faire peur aux populations avec les sujets traités dans cet article ,de même que sur le réchauffement climatique!! même le pape y va de son discours !!!Les hommes sont plus intelligent que ces prédicateurs de malheurs ...

le 22/06/2015 à 22:19
Signaler
Permettez-moi d’en douter. Cela fait déjà plus de 40 ans que nous savons et qu’il a été démontré que notre folle course en avant nous mène droit dans le précipice, et que, malgré tout, rien ne change sauf en pire. L’homme est tellement intellig...

le 22/06/2015 à 23:27
Signaler
Et pour plus de clarté: qui a démontré quoi? Facile d'aligner des "tous" "jamais" et "toujours", mais un peu de concret ne devrait pas faire de mal, à moins bien entendu que ce ne soient que chimères et agendas politiques...

le 23/06/2015 à 11:23
Signaler
Le premier rapport officiel de ma connaissance est celui du fameux Club de Rome. Depuis, il y en a eu bien d’autres. Aujourd’hui, ce sont notamment les rapports du GIEC (bien que limités aux risques sur le climat). Il y a également de nombreux ouvr...

à écrit le 22/06/2015 à 17:23
Signaler
L'article ne dit pas le principal : Ce qu'il faut changer avant tout, c'est la natalité.

le 22/06/2015 à 21:13
Signaler
Une seule mesure efficace:augmenter le niveau de vie des habitants.

le 23/06/2015 à 9:52
Signaler
malheureusement augmenter le niveau de vie ne fonctionne pas. regardez en arabie seoudite. ils sont passe ne 50 ans du moyen age au luxe moderne et pourtant ils ont toujours une natalite d enfer C est pas parce que ca a marche dans les pays occident...

à écrit le 22/06/2015 à 17:15
Signaler
Bonjour, Cette étude n'apporte rien de nouveau. Nous savons qu'il faut investir massivement dans des énergies alternatives, qu'il faut sortir du tout pétrole, qu'il va falloir prévoir en amont les moyens de production d'eau potable AVANT que le manq...

à écrit le 22/06/2015 à 17:07
Signaler
Etant donné la qualité de cet article, je suis vraiment content de ne pas être abonné et de financer ce journal....

à écrit le 22/06/2015 à 17:03
Signaler
Des émeutes de la faim, passe encore, mais si la Bourse baisse de 10 %, quelle catastrophe ! Pas très sérieux, tout ça. La Bourse a déjà baissé plus que ça, il y a déjà eu des famines, et cela n'a pas provoqué la fin de la civilisation.

à écrit le 22/06/2015 à 16:58
Signaler
c'est promis ... j’arrête de manger du Nutella !

à écrit le 22/06/2015 à 16:24
Signaler
Nostradamus l'avait aussi prévu, ça prouve bien que cette étude est sérieuse.

à écrit le 22/06/2015 à 15:58
Signaler
c est top de se faire financer l'écriture d'une dystopie. Si il reste quelques subsides, je veux bien faire ma version.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.