La fin du pétrole dans le Golfe ?

 |   |  152  mots
(Crédits : © Atef Hassan / Reuters)
Après s'être développés grâce la manne pétrolière, comment les pays du Golfe se préparent-ils à la transition énergétique ?

En quelques décennies, l'or noir a bouleversé la géopolitique des pays du Golfe persique, transformant des villages de pêcheurs en métropoles high-tech et faisant des bédouins des acteurs de poids sur l'échiquier mondial. Mais avec le boom et l'efficacité croissante des énergies renouvelables, le marché du pétrole et du gaz naturel est en pleine mutation : la région du Golfe a dû s'adapter à l'idée d'un avenir économique sans hydrocarbures.

En Arabie saoudite, au Qatar et en Oman, des chercheurs venus du monde entier développent de nouveaux produits : des fenêtres solaires productrices de l'électricité, des façades repoussant la chaleur ou du ciment conçu à partir de sous-produits de l'extraction. Mais tant que les dirigeants des pays concernés par la manne pétrolière refuseront de changer de cap, le tournant économique attendu risque fort d'être comprimés.

(source ARTE)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/02/2019 à 11:17 :
Oui il faut penser le monde de demain et d'après demain le monde ou l'empire des ressources fossiles non renouvelables ne sera plus le centre du monde. Oui il faut y developper un monde ou les energies renouvelables comme l'energie solaire, energie photovoltaïque, energie eolienne et autres . Les pays du golfe arabo persique doivent preparer le futur. Ayant acquis recemment une voiture electrique je suis sur d'aller dans la bonne direction et de mieux preparer l'avenir !!!! Donc le petrole ne sera totalement au centre du jeu des ressources energetiques mondiales. L'arabie saoudite doit s'y preparer serieusement.
Réponse de le 14/02/2019 à 17:02 :
Pas sûr, les panneaux solaires, les éoliennes, sont à la base produits à partir d’énergie fossile, silicium, béton, tous les métaux (cuivre, acier, terre rare…) qui sont-elles mêmes des matières premières fossiles, avec très souvent, des quantités très limitées présentes sur terre.
Il ne faut pas oublier ce qu’est l’énergie ou sa définition : c’est une sorte de « matière » qui permet la transformation, la fabrication, le mouvement. On appelle cela : variation d’entropie.
Le plus gros problème de ces régions est que cette manne pétrolière a provoqué une explosion démographique. C’est également vrai pour la planète entière où l’abondance d’énergie a provoqué un boum démographique sans précédent. Le problème de ces régions est également le nôtre, puisque la pénurie provoquera inévitablement des flux migratoires (chez qui ?).
Le développement des ENR ne repose que sur de l’énergie fossile, et quand ces ENR ne produisent pas (pas de vent et pas de soleil), on fait appel aux énergies fossiles (les trois quarts du temps), on appelle cela le « back-up ».
C’est difficile de l’admettre, pour baisser la consommation d’énergie fossile, il faut que la consommation de biens matériels baisse au niveau global du monde. Très simple à dire, mais très compliqué à mettre en œuvre.
a écrit le 14/02/2019 à 10:39 :
Le problème c'est qu'ils sont englués au sein de vieilles traditions moyen ageuses faisant qu'ils ont pu se débrouiller avec tout cesm illiers de milliard venant du pétrol mais que sans on les voit mal se diriger vers du high tech.

Déjà que nous autres européens sommes à la ramasse sur ce plan là d'un point de vue mondial leur retard semble irrécupérable donc cela devrait ce limiter à des investissements financiers à savoir pas grand chose donc.

"De l’Arabie saoudite aux émirats, les monarchies mirages" https://www.monde-diplomatique.fr/mav/147/

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :