La France ne peut se couper des échanges économiques avec la Chine, « une illusion », selon Bruno Le Maire

« Il est impossible de couper tout lien entre les économies américaine et européenne et celle de la Chine », a souligné le ministre de l'Economie. La Chine est le troisième partenaire commercial de la France, mais les entreprises françaises craignent de perdre encore plus en compétitivité face aux stratégies de Pékin ou de Washington.
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire à Pékin.
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire à Pékin. (Crédits : THOMAS PETER)

L'opération séduction de Bruno Le Maire se poursuit en Chine. En déplacement dans l'Empire du Milieu pour une visite de plusieurs jours, le ministre de l'Economie, après avoir déclaré que « les investisseurs chinois sont les bienvenus en France », va plus loin ce dimanche. Tandis que l'Allemagne cherche à réduire sa dépendance à la deuxième économie mondiale, la France prend, elle, le contre-pied de cette position et d'affirmer que couper tout lien économique avec la Chine était « une illusion ».

« Nous sommes totalement opposés à l'idée de découplage. Le découplage est une illusion », a affirmé M. Le Maire, interrogé par des journalistes. Une vision que le ministre français partage ainsi avec son homologue américaine, la secrétaire d'Etat au Trésor Janet Yellen.

« Il est impossible de couper tout lien entre les économies américaine et européenne et celle de la Chine », a souligné le ministre, qui s'exprimait en anglais devant la presse internationale à l'ambassade de France à Pékin.

La Chine est le troisième partenaire commercial de la France, mais les entreprises françaises craignent de plus en plus d'être prises entre les feux croisés de la rivalité croissante entre Washington et Pékin, les superpuissances économiques mondiales.

« Nous ne voulons pas faire face à des obstacles législatifs ou à d'autres obstacles pour accéder aux marchés chinois », a déclaré Bruno Le Maire au lendemain de ce qu'il a qualifié de négociations commerciales « constructives » avec le vice-Premier ministre He Lifeng. Dans le même temps, en Chine, l'affaire de la disparition du ministre des Affaires étrangères - que Pékin refuse de commenter - surprend la presse internationale.

Lire aussiLa Chine refuse de commenter la destitution et disparition du ministre des Affaires étrangères

La quête d'indépendance

Aussi, Bruno Le Maire a toutefois défendu l'ambition d'une plus grande indépendance économique de la France dans certains secteurs spécifiques.

Le concept de réduction des risques ("de-risking"), populaire ces derniers mois auprès de nombreux pays occidentaux, « ne signifie pas que la Chine constitue un risque », a tenu à préciser Bruno Le Maire.

« Cela signifie que nous voulons être plus indépendants (...) Nous ne voulons pas nous rendre compte, comme nous l'avons fait lors de la crise du Covid, que nous sommes trop dépendants de certains composants très spécifiques », a indiqué le ministre en visite pour le dialogue économique et financier de haut niveau franco-chinois, une rencontre bilatérale annuelle consacrée à ces questions stratégiques.

Les constructeurs automobiles européens sont inquiets

Le ministre français de l'Economie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique se rendra lundi à Shenzhen (sud), grande métropole limitrophe de Hong Kong et considérée comme la « Silicon Valley chinoise ».

Il y rencontrera des investisseurs chinois et des grands patrons, dont celui du constructeur automobile BYD, qui réfléchit à l'ouverture d'une usine de véhicules électriques en Europe.

Interrogé sur les craintes de certains constructeurs automobiles européens que les véhicules électriques chinois bon marché n'inondent les marchés européens, Bruno Le Maire a déclaré que la France avait son propre plan, sur lequel elle travaillait avec l'Europe, pour mieux concentrer les subventions françaises et européennes afin d'accroître leur compétitivité.

« Nous sommes prêts à avoir des investissements chinois de l'industrie automobile en France et en Europe », a-t-il déclaré, ajoutant que ce serait « une très bonne chose » que les entreprises chinoises investissent et se développent en Europe.

(Avec AFP et Reuters)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 31
à écrit le 01/08/2023 à 8:46
Signaler
Bref ! Ils se font les questions et les réponses...! Nous racontent leurs "petites" histoires dont ils sont les seuls acteurs médiatiques ! ,-)

à écrit le 31/07/2023 à 16:38
Signaler
Le solde des posts est-il transparent ou contraire au politiquement correct voulu par l'Élysée?

le 01/08/2023 à 8:17
Signaler
et aussi rappeler les promesses de m macron concernant l'apprentissage en entreprise que ce ministre prevoit de reduire les subventions toujours le en meme temps des promesses du baratin mais au finale la deconstruction de la france continue

le 01/08/2023 à 11:37
Signaler
le niveau de corruption avec la chine est soutenue dans le but de refuser la réindustrialisation de la france et de garder le niveau de sans emploi élevé pour réduire au maximum l'augmentation des salaires qui impose aussi le recourt a des emploi sa...

à écrit le 31/07/2023 à 13:23
Signaler
Venu de celui qui allait mettre la Russie à genoux, j'ai un doute sur sa capacité à dire la vérité ou à comprendre le monde . Ceci dit , le message derrières cela est " Français ne remettaient pas en question notre servitude aux US et à l'Europe, do...

à écrit le 31/07/2023 à 12:20
Signaler
Voila confirme mon point de vue sur la situation du pays France et plus largement l'europe avec un petit e. Vous voila phagocites, pour ne pas dire dependants. L'Asie va vous decharner et il ne vous restera plus que vos yeux pour pleurer. La roue to...

le 31/07/2023 à 22:38
Signaler
« L' emigration en Extreme-Orient il y a trente ans reste sans nul doute mon meilleur investissement. » dit l’homme assis sur un baril de dynamite, mèche allumée…

le 01/08/2023 à 10:53
Signaler
comment faire l'europe sans les usa. et sans la chine trop de dirigeants sont a la botte de ces ideologie parfois les deux en meme temps comme en france ou le fric impose aussi la dictature ou sa pensee unique

à écrit le 31/07/2023 à 5:34
Signaler
On peut très bien se passer de la Chine: nous avons une pléthore de restaurants chinois en France; nous nous sommes bien "passés" de la Russie; il est vrai qu'il y a peu de restaurants russes; ils seraient plutôt dans les taxis; le pétrole russe nous...

le 31/07/2023 à 8:49
Signaler
"On peut très bien se passer de la Chine: nous avons une pléthore de restaurants chinois en France" Et nous savons parfaitement éliminer les contestataires comme eux. En effet.

le 31/07/2023 à 11:09
Signaler
les politiciens ne souhaite pas couper leurs filieres de lavage de fric et oui c'est une machine a laver filiere indétectable pour le fisc occidental. qui vas aller controler les banques chinoise

à écrit le 30/07/2023 à 22:20
Signaler
Exposer sa faiblesse est-il devenu soudainement une affirmation sa souveraineté ?

à écrit le 30/07/2023 à 22:07
Signaler
Bruno, le tuteur américain ne le permettra tt simplement pas!.. Brillant résumé de la situation de soumission des pays vassalisés d'Europe. Maria Zakharova : « Les pays occidentaux, qui ont toujours été colonisateurs, sont devenus eux-mêmes ...

le 31/07/2023 à 5:58
Signaler
Maria Zakharova: cela ne sonne pas très français comme nom. Serait-elle dans la peau du partenaire éconduit? Parce que dans ce cas, les propos sont très censés. Je connais un pays qui vient d’accomplir une prouesse: suicide démographique plus décl...

le 31/07/2023 à 16:29
Signaler
Certes et pour la Chine nous avons trop de choses à nous faire pardonner avec pour point d'orgue le sac du palais d'été lors de la seconde guerre de l'opium. Souvenez-vous la pavot cultivé était livré dans les port chinois au besoin à la canonnière p...

le 31/07/2023 à 22:42
Signaler
Pour le trafic d’opium, merci de traiter cela avec HSBC. Ce n’était pas une banque française. Et la culture du pavot était faite par les Britanniques pour leurs intérêts. Le sac du palais d’été, ceux sont nos troupes.

à écrit le 30/07/2023 à 19:09
Signaler
Intéressant… Il ouvre une porte… Le vrai risque est de fermer toutes les portes immédiatement. Le travail sur la réduction des risques de dépendance n’est pas suspendu, il se poursuit à pleine vitesse. Mais il est bon de garder la porte ouverte po...

à écrit le 30/07/2023 à 16:53
Signaler
Le Maire II ou la paresse patriotique éternelle au profit de la pollution industrielle chinoise.

à écrit le 30/07/2023 à 16:52
Signaler
Il nous faut boycotter les produits chinois et principalement les voitures électriques à venir envahir le marché européen et Français en particulier. Depuis bien des années je boycotte tous les produits "made in china" et je m'y tiendrai.

à écrit le 30/07/2023 à 16:35
Signaler
Mais à qui il s'adresse ?

à écrit le 30/07/2023 à 15:54
Signaler
Quelle naïveté. Comment peut-on ne pas envisager l’hypothèse d’une augmentation de la dépendance au géant chinois. Madame Merckel a fait l’erreur de rendre l’Allemagne très dépendante de la Russie et on n’évoque que le gaz. Imaginons une dépendance e...

à écrit le 30/07/2023 à 15:28
Signaler
Le découplage ne se décide pas. Le découplage se subit. Et pour cela, le découplage s'envisage, se prépare, et s'optimise. Pour deux raisons : ça le rend moins probable et ça en atténue les effets, s'il doit malgré tout advenir. Oui, cela partic...

à écrit le 30/07/2023 à 14:55
Signaler
Bruno Le Maire nous fait du Angela Merkel ... La France ne peut se couper des échanges économiques avec la Chine, « une illusion » *** Bruno Lemaire est raccord avec Raffarin, le propagandiste de la Chine comme l'a été Shroeder avec la russie *** on...

à écrit le 30/07/2023 à 13:36
Signaler
L’industrie Chinoise développée pour concurrencer ses semblables sur des marchés globaux bénéficie de subventions publiques massives (de la R&D jusqu’au soutien de banques à l’exportation) et nos industries EU peuvent difficilement être concurrentiel...

à écrit le 30/07/2023 à 13:27
Signaler
Bonjour, la France ne dois surtout pas réduire ses échanges économiques avec la Chine . D'ailleurs, nous devons équilibrer le plus possible nos échanges, et maintenir une certaine souveraineté dans nos savoir faire industriel.... Bien sûr ils ne fa...

le 30/07/2023 à 19:33
Signaler
@Rogger. Mon bon Rogger...alors...qu'est ce qu'il faut dire?

à écrit le 30/07/2023 à 13:11
Signaler
Bravo Monsieur le ministre. Quelle lucidité ! Il était par contre de votre devoir de tenir une autre posture. Il y avait eneffet certainement mieux à faire que d'affirmer officiellement notre dépendance à la Chine. Il est dans notre intérêt et dans l...

à écrit le 30/07/2023 à 13:00
Signaler
Du fait que la Chine a pu s'accaparer le port du Pirée (et bien d'autres) après les déboires inévitables de la Grèce en 2009/2010 - grâce à l'incompétence des technocrates de Bruxelles - et que l'empire du milieu pu s'acheter aussi aisément d'autres ...

à écrit le 30/07/2023 à 12:51
Signaler
D'autant moins que les fortunes bourgeoises francaises sont basées depuis 20 ans sur l'exploitation chinoise de son propre peuple et la faiblesse du renminbi... L'Etat bourgeois également, prélevant sa dime sur chaque transaction...

à écrit le 30/07/2023 à 12:39
Signaler
Ouai, la France ne peut pas se passer des Chinois qui achètent des sacs Vuitton... Triste pays incapable d'innover.

le 30/07/2023 à 13:15
Signaler
Et en plus un triste pays incapable d'anticiper! D'ailleurs, les résultats d'études réalisées sur les connaissances dans le domaine des sciences économiques des politiciens français ont démontré un niveau pathologiquement lacunaire. Et comme bien évi...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.