La rencontre embarrassante du fils de Trump avec une avocate proche du Kremlin

 |   |  836  mots
Donald Trump Junior et son père lors d'une réunion de campagne en Louisiane en mars 2016.
Donald Trump Junior et son père lors d'une réunion de campagne en Louisiane en mars 2016. (Crédits : Reuters/Layne Murdoch)
Le fils aîné de Donald Trump a annoncé dimanche qu'il a rencontré une avocate russe très proche du Kremlin quelques jours après la victoire de son père à la primaire républicaine. Cette révélation intervient alors que le FBI et des parlementaires poursuivent leurs enquêtes sur l'ingérence russe dans la présidentielle américaine.

Encore des révélations qui pourraient empoisonner la présidence américaine de Donald Trump. Le fils aîné du chef d'Etat Donald Trump Junior a accepté de rencontrer l'avocate russe Natalia Veselnitskaya en juin 2016 dans les bureaux de la Trump Tower. Selon des révélations du New York Times, parues ce dimanche 9 juillet, la juriste aurait pu livrer des informations compromettantes sur Hillary Clinton. Le problème est que le fils du président américain a livré deux explications différentes en seulement deux jours pour justifier cette rencontre.

Une brève rencontre sur un programme d'adoption d'enfants russes

Samedi dernier, Donald Trump Jr a confirmé cette réunion qui a lieu le 9 juin 2016 deux semaines après la victoire de Trump dans un communiqué adressé à la presse américaine en expliquant qu'il s'agissait d'une "brève réunion" :

"C'était une courte réunion d'introduction. J'ai demandé à Jared et Paul d'y passer. Nous avons premièrement discuté d'un programme d'adoption d'enfants russes qui était actif et populaire auprès des familles américaines il y a plusieurs années. Et qui a été arrêté par le gouvernement russe. Mais ce n'était pas au sujet de la campagne. A ce moment là et il n'y a eu aucun suivi.[..] Une connaissance m'a demandé de participer à la rencontre, mais on ne m'a pas dit, à l'avance, le nom de la personne que je rencontrerai."

Cette déclaration fait référence au gendre de Donald Trump, Jared Kushner, actuellement conseiller stratégique du président, et Paul Manafort, ancien directeur de campagne du républicain, actuellement dans la tourmente pour avoir reçu plus de 25 millions de dollars d'un parti politique ukrainien appelé le parti des Régions, très proche du Kremlin et de Vladimir Poutine.

-

paul manafort

 -

L'ancien directeur de campagne de Donald Trump Paul Manafort. (Crédits : Reuters.)

> Lire aussi : L'ancien directeur de campagne de Trump dans la tourmente pour son passé tumultueux

Par ailleurs, selon des propos rapportés par Reuters, l'avocat de Jared Kushner, déjà mis en cause pour des contacts répétés avec l'ambassadeur de Russie lors de la campagne a assuré que le gendre de Trump n'avait que brièvement participé à la réunion et ajouté qu'il avait rencontré des responsables de plus de 20 pays pendant cette période.

> Lire aussi : Les rencontres embarrassantes du gendre de Trump

"Des déclarations vagues" de l'avocate russe

Dans un autre communiqué transmis à la presse américaine ce dimanche, il a déclaré qu'une connaissance, datant du concours de miss univers 2013, l'avait approché pour lui demander de rencontrer un individu qui pouvait avoir des informations utiles à la campagne de son père.

" Nous avons eu cette réunion en juin 2016. Après avoir échangé des plaisanteries, cette femme a déclaré qu'elle avait des informations sur des individus qui avaient des liens avec la Russie qui finançaient le comité national des démocrates et soutenait Mme Clinton. Ses déclarations étaient vagues, ambiguës et n'avaient pas de sens. Peu de détails ou d'informations claires ont été fournies ou même offertes. Il devenait rapidement clair qu'elle n'avait aucune information significative. Elle changea de sujets et commença à discuter de l'adoption d'enfants russes et mentionna le Magnitsky Act."

Le fils aîné de Donald Trump a estimé que la véritable raison de la rencontre concernait le sujet de l'adoption des enfants russes et que, les déclarations relatives aux informations qui pouvaient être utiles à la campagne du magnat de l'immobilier, n'étaient qu'un prétexte.

"Je l'ai interrompu et lui ai dit que mon père n'était pas élu, et qu'il était un citoyen, et que ses commentaires et ses préoccupations seraient mieux reçus où moment ou il serait élu, s'il est élu", a ajouté Donald Trump Jr dans le communiqué.

Plusieurs enquêtes en cours

Ces nouvelles révélations interviennent alors que plusieurs enquêtes sont actuellement menées par le FBI et différentes commissions parlementaires. De son côté, Donald Trump dément régulièrement les révélations faites par la presse américaine. Le porte-parole de l'équipe juridique du chef d'Etat Mark Corallo a affirmé que "le président n'était pas au courant de cette réunion et n'y a pas assisté". Dans un entretien, il a expliqué que Mme Veselnitskaya "avait eu recours à des enquêteurs privés dont la firme, Fusion GPS, avait produit un dossier de renseignements qui contenait des allégations infondées contre le président". Dans un communiqué, le bureau d'enquête a précisé que "Fusion GPS a appris la tenue de cette réunion par les révélations des médias et n'en n'avait pas eu connaissance avant. Toutes les déclarations qui affirment que Fusion GPS a arrangé ou facilité cette rencontre sont fausses".

> Lire aussi : 5 choses à savoir sur le procureur spécial qui inquiète Trump

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :