La Turquie commande du gaz à la Russie, dont le quart sera payé en roubles

« Notre accord devrait prendre effet prochainement permettant de livrer du gaz naturel à la Turquie dont 25% sera payable en roubles », s'est félicité Vladimir Poutine à l'occasion d'une rencontre d'une heure avec son homologue turc Erdogan en marge du sommet de l'Organisation de coopération de Shanghaï, qui se tient à Samarcande en Ouzbékistan. Dépendant de l'extérieure pour son approvisionnement énergétique, Ankara veut sécuriser des contrats bon marché quand Moscou cherche des débouchés pour son gaz, tout en soutenant le rouble.
Les présidents Erdogan et Poutine à Sotchi début août.
Les présidents Erdogan et Poutine à Sotchi début août. (Crédits : Reuters)

Vladimir Poutine veut prouver aux Occidentaux que le reste du monde continue à commercer avec la Russie. Le président russe a annoncé vendredi, en marge du sommet de l'Organisation de coopération de Shanghaï à Samarcande, que son pays allait prochainement livrer du gaz naturel à la Turquie qu'il désigne comme un « partenaire fiable ». Surtout, le « quart » de cette livraison sera réglée en roubles, comme le réclame de plus en plus Moscou pour soutenir sa monnaie.

Il s'agit en fait d'une confirmation d'un accord déjà scellé entre les deux leaders à Sotchi cet été. Mais début août, la question de la part exacte qui serait payée en roubles n'avait pas été tranchée.

« Notre accord devrait prendre effet prochainement, permettant de livrer du gaz naturel à la Turquie, dont 25% sera payable en roubles », a déclaré Vladimir Poutine à l'occasion d'une rencontre d'une heure avec son homologue turc Erdogan.

La Russie cherche des débouchés, la Turquie de l'énergie bon marché

Frappée par les sanctions occidentales, qui privent son économie de ses débouchés et de ses fournisseurs historiques, la Russie cherche des partenaires économiques de substitution capables de compenser la perte des importations européennes de gaz, réduite à peau de chagrin.

Au-delà du seul gaz, le maître du Kremlin a également salué « le signal » envoyé par la Turquie pour autoriser les exportations de produits russes depuis les ports turcs. « Nos entreprises ont reçu le signal qu'elles pourront exporter leurs produits depuis la Turquie », s'est félicité le président russe qui espère « augmenter de façon significative » les échanges commerciaux avec l'autre grande puissance de la mer Noire.

Le jeu d'équilibriste de la Turquie

Depuis le début de la guerre en Ukraine lancée par Moscou, Ankara joue les intermédiaires entre Kiev et Moscou, comme l'illustre sa participation à l'accord de reprise des exportations de céréales ukrainiennes et russes depuis la mer Noire sous le parrainage des Nations unies. Tout en appelant la Russie à cesser les combats « au plus vite », Erdogan, avec son gouvernement, occupe un rôle central dans la diplomatie autour du conflit, et même dans le conflit puisque la Turquie fournit Kiev en drones militaires.

« Nous œuvrons pour mettre fin au conflit en Ukraine au plus vite par la voie diplomatique », a lancé Erdogan devant les participants au sommet, en présence notamment de Vladimir Poutine.

Touché par une inflation turque qui a dépassé 80%, à moins d'un an de l'élection présidentielle, le président Erdogan ne peut ignorer l'intérêt de garantir son approvisionnement en gaz alors que les prix de l'énergie flambent en Turquie qui importe la quasi-totalité de son énergie.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 17/09/2022 à 12:41
Signaler
La Turquie est dans l'Otan, mais son chef rêve comme V.Poutine , il fait croire à son peuple que l'empire ottoman va ressusciter comme par miracle ?

à écrit le 17/09/2022 à 10:16
Signaler
25% sera payable en roubles, mais le restant sera payé comment? Tout en dollars? Une partie en lire turque? Excusez-moi mais l'essentiel manque dans l'article

le 18/09/2022 à 20:09
Signaler
Exactement !

à écrit le 16/09/2022 à 20:44
Signaler
Erdogan est sur le fil du rasoir et dans ce cas si tu trébuches, tu tombes ou tu te coupes...voire les 2.

à écrit le 16/09/2022 à 20:25
Signaler
L'Occident croit toujours avoir affaire face à un monde statique qui ne réfléchit pas ! Alors qu'il est lui même imbue de sa "personne"!

le 16/09/2022 à 22:24
Signaler
???...Il serait bon de bien réfléchir avant de formuler votre réflexion car là ça ne veut pas dire grand-chose .

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.