Le "Brexit" fait son entrée dans l'Oxford English Dictionary

 |   |  867  mots
51,9 % des Britanniques ont choisi de quitter l’Union Européenne lors du référendum organisé par David Cameron le 23 juin dernier
51,9 % des Britanniques ont choisi de quitter l’Union Européenne lors du référendum organisé par David Cameron le 23 juin dernier (Crédits : TOBY MELVILLE)
Suite à la célèbre déclaration de Theresa May « Brexit means Brexit », l’Oxford English Dictionary, institution d’exception très influente dans le monde anglon-saxon, en a fait sa propre définition.

Après le référendum historique du 23 juin, l'Oxford English Dictionary (OED) a noté l'impressionnante rapidité par laquelle le terme « Brexit » est rentré dans le langage courant. La définition du terme comme étant le "retrait (proposé) du Royaume-Uni de l'Union européenne, et le processus politique qui y est associé" a ainsi été publiée par le prestigieux dictionnaire. L'étymologie correspondrait donc à la contraction des mots « British »/« Exit » et remonterait à février 2012 et l'apparition du mot « Grexit », inventé pour définir le risque de voir la Grèce quitter la zone euro. Peter Wilding, actuel président de British Influence qui est un centre de réflexion favorable au maintien du Royaume-Uni dans l'Union Européenne, utilisa ce terme pour la première fois dans un de ses articles en ligne.

Fiona McPherson, rédactrice en chef de l'OED, a déclaré au Guardian que le mot avait été l'un des plus rapides à passer de l'utilisation courante  à la définition et l'inscription. Elle a ainsi précisé : "Il est très rare qu'un mot saisisse la langue si rapidement" avant d'ajouter que celui-ci avait rempli "un espace vide dans notre langue par rapport à l'importance croissante du phénomène qu'il décrit".

1.500 mots tels que « Youtuber » ou encore « Bama » (qui est une abréviation de l'Etat américain d'Alabama) rentrent également dans ce dictionnaire historique qui cherche à retracer pour chacun des mots qui le composent, une trajectoire et une évolution de son apparition et de sa pratique dans le langage courant. Celui-ci est publié par l'Oxford University Press qui est aujourd'hui présente dans plus de cinquante pays et qui est considérée comme la plus importante maison d'édition universitaire du monde.

Oxford English Dictionary

Un dictionnaire "participatif"

600,000 words ... 3 million quotations ... over 1000 years of English

L'Oxford English Dictionary est largement considéré comme l'autorité acceptée sur la langue anglaise. C'est un guide inégalé de la signification, de l'histoire et de la prononciation de 600.000 mots - passé et présent - à travers le monde anglophone. Aujourd'hui, le dictionnaire est en train de vivre sa première révision majeure : les mises à jour révisent et étendent l'OED à intervalles réguliers, en modifiant subtilement et de manière continuelle, l'image de la langue anglaise.

Différent du système élitiste français de l'Académie française, l'Oxford English Dictionary est né par un appel public à des collaborateurs bénévoles suite à l'initiative de Richard Chevenix Trench, doyen de l'abbaye de Westminster en 1857. Ainsi, les rédacteurs de l'OED demandent depuis sa création à la population anglaise d'accompagner leurs propositions par des citations afin d'illustrer à un instant T, l'emploi réel d'un mot et son utilisation populaire. La demande a été par la suite élargie aux Etats-Unis et aux colonies britanniques.

Comment contribuer ? Le célèbre dictionnaire est disponible aux particuliers par la souscription d'un abonnement.

L'Oxford University Press

Surnommée "The Press" depuis plus de 400 ans, le groupe dirigé par quinze chercheurs diplômés d'Oxford, l'Oxford University Press ne se limite pas seulement à l'OED et se diversifie par la publication de nombreux types de dictionnaires imprimés et en ligne : il faut ainsi différencier l'OED d'Oxford Dictionaries.

Le contenu du dictionnaire dans Oxford Dictionaries se concentre ainsi sur l'anglais courant et inclut des significations et des usages modernes des mots : les significations les plus importantes et les plus communes sont indiquées, puis des utilisations moins en vigueur et plus spécialisées sont énumérées. L'OED, d'autre part, est un dictionnaire historique qui constitue un enregistrement de tous les mots et significations de base anglo-saxonnes depuis plus de 1000 ans - du plus vieil anglais à nos jours - et incluant de nombreux termes obsolètes et historiques.

L'OED sans équivalence en France

Richard Trench, le fondateur de l'OED ne citait qu'un seul dictionnaire français, celui de l'Académie. Dans l'ouvrage "Au bonheur des mots: Hommage à Alain Ray" de François Gaudin, est ainsi mis en avant dans quelle mesure les académiciens en France se trompent dans leurs objectifs normatifs. Il énonce que selon Trench, le dictionnaire doit recueillir tous les mots, "les bons et les mauvais". A l'image de la ligne de l'OED, le rôle du lexicographe n'est ainsi pas de recommander ou de condamner tel ou tel terme dans son usage de la langue moderne

L'élitisme de l'Académie française est ainsi fortement décrié aujourd'hui, à l'image de la tribune de l'écrivain Mickael Korvin publiée dans l'Express et qui énonçait la "puissance d'évocation historique, ses réseaux d'influence tentaculaires et le manque cruel de contre-pouvoir en font une cage de catalogue spécialisé, d'où la langue ne peut seule s'échapper." Une « contre-culture » existe ainsi et est menée par de nombreux auteurs face à l'élitisme et la bien-pensance présumée de l'Académie.

Il existe bien entendu de nombreuses plateformes sur internet permettant d'avoir une participation de la population française pour le renouvellement et la meilleure compréhension de la langue, mais aucune n'est suffisamment centralisée ou reconnue pour se rapprocher du modèle en la matière depuis plus de 150 ans qu'est l'Oxford English Dictionary.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :