Le commerce mondial confronté aux tensions protectionnistes

Plus de 1.000 mesures protectionnistes ont été mises en oeuvre dans le monde en 2018 et 2019 selon le dernier baromètre réalisé par l'assureur-crédit Coface, soit environ 40% que lors des trois années précédentes.
Grégoire Normand

4 mn

(Crédits : Reuters)

Tensions protectionnistes, urgence climatique, foyers de contestation sociale... dans leur dernier baromètre publié ce mardi 4 février, les économistes de Coface prévoient la poursuite du coup de frein de l'économie mondiale en 2020. L'assureur-crédit anticipe une accélération du produit intérieur brut (PIB) planétaire à 2,4% cette année contre 2,5% l'année précédente. Malgré la récente signature de l'accord de phase 1 entre la Chine et les Etats-Unis, les tensions sur le commerce mondial persistent. L'arrivée du coronavirus en Chine a alerté les marchés mondiaux la semaine dernière et les conséquences sur l'économie planétaire demeurent bien incertaines à ce stade.

"Les marchés américains rebondissent après leur pire semaine en six mois, les investisseurs continuant d'évaluer la juxtaposition de données économiques et bénéfices d'entreprises meilleurs que prévu avec les dommages potentiels que le coronavirus peut infliger à l'économie mondiale", a estimé Art Hogan de National Holdings d'après des propos rapportés par l'AFP.  "L'ampleur de l'impact du virus sur l'économie mondiale dépendra en grande partie de la capacité des principaux gouvernements du monde à déployer efficacement des ressources pour contenir la flambée", remarque-t-il. Mais déjà,"les investisseurs semblent réagir positivement aux mesures actuellement prises par les autorités chinoises".

L'accord de phase 1, juste "une trêve"

Plusieurs économistes s'accordent à dire que la récente signature entre les Etats-Unis et la Chine est loin de mettre fin à la guerre commerciale amorcée depuis début 2018. Pour les économistes de l'assureur-crédit, cet engagement "ne s'attaque pas à certaines des principales sources de tension, notamment l'utilisation par la Chine de subventions industrielles. En outre, dans cette phase, la majeure partie des droits de douane restent en place, avec les effets négatifs qu'ils ont eu sur l'économie mondiale".  C'est un avis partagé par l'économiste Sébastien Jean, directeur du CEPII. Dans une récente note, le chercheur souligne les limites de cette entente :

"L'accord commercial signé le 15 janvier n'est qu'une trêve, laissant en place des droits de douane additionnels sur les deux tiers environ des importations américaines en provenance de Chine. Les engagements d'achats de produits américains devraient contribuer à diminuer le déficit commercial vis-à-vis de la Chine, mais pas nécessairement à réindustrialiser les États-Unis, tandis qu'ils léseront les pays tiers."

Surtout, le périmètre de la hausse des mesures protectionnistes est loin de se limiter aux deux premières puissances économiques mondiales. "Seulement 23 % de toutes les mesures protectionnistes prises entre le premier janvier 2017 et le 15 novembre 2019 ont été prises par les États-Unis ou la Chine" ajoutent les auteurs du baromètre.

Brexit : de futures relations commerciales à construire

En Europe, le moteur industriel demeure fragile. Le ralentissement chinois et les incertitudes liées aux futures relations commerciales entre le Royaume-Uni et l'Union européenne contribuent à alimenter le doute pour les entrepreneurs implantés sur les deux côtés de la Manche. Dans une récente note, l'économiste de Oddo Securities, Bruno Cavalier indiquait que :

"sur le principe, l'UE et le RU sont d'accord pour viser un accord de libre-échange sur les biens, sans droits de douane ni quotas, ce qui clarifierait la situation après quatre années assez brumeuses. Dès lors que le RU n'est plus dans l'UE et se refuse à un scénario de type norvégien, c'est la moins mauvaise des options. Mais en pratique les négociations n'ont pas encore débuté. Elles peuvent achopper sur de multiples points de détail. L'incertitude concernant les débouchés sur le marché britannique (ces exportations de biens représentent 2.5% du PIB allemand) peut limiter le sursaut des indices de confiance".

De multiples foyers de contestation

Liban, Chili, Hong Kong, Colombie, France...depuis quelques mois, de multiples foyers de contestation ont éclaté à l'échelle de la planète. Les facteurs évoqués par les populations sont souvent différents d'un pays à l'autre. Le mécontentement peut trouver ses racines dans la hausse des inégalités, la perte de pouvoir d'achat, la restriction des libertés, les réformes engagées. Cette instabilité et cette défiance envers les dirigeants pourraient plonger les entreprises de ces pays dans une incertitude plus profonde.

"La fin de l'année dernière a été marquée par plusieurs « foyers » de tensions sociales dans le monde, avec des niveaux d'intensité différents, reflétant la montée du risque politique que Coface a anticipée selon les derniers résultats de son indice de risque politique 2019."

Grégoire Normand

4 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 05/02/2020 à 16:33
Signaler
N’importe quoi , les usa profitent de la faiblesse de la Chine : c’est tout ( ça explique l’irrationalité de la bourse) Le malheur des uns fait le bonheur des autres ...( c’est connu)

à écrit le 05/02/2020 à 11:58
Signaler
Enfin une bonne nouvelle pour l'environnement ! Faut changer de paradigme.

à écrit le 05/02/2020 à 10:30
Signaler
Les nôtres avant les autres. C'est tout. Ca peut choquer les bobos mondialistes.

le 05/02/2020 à 12:18
Signaler
Allez dire ça aux viticulteurs français en ce moment...

le 05/02/2020 à 16:31
Signaler
Non ça choque pas : c’est dans Wikipedia ( sur génération x et y) Dans la mesure qu’ils donnent les retraites décentes cotisés aux bobos qui ont trimes , ça choque personne , nous changeons pas la nature des c**** » c’est comme ça .

à écrit le 05/02/2020 à 9:53
Signaler
Il me semble mensonger de promettre prospérité et plein emploi pour les pays européens avec des frontières grandes ouvertes. S'il serait dangereux de se couper du monde un axe médian est donné par la lecture des textes de Maurice Allais (ouvrir les f...

à écrit le 05/02/2020 à 9:49
Signaler
C'était sans compter sur le coronavirus.

à écrit le 05/02/2020 à 9:36
Signaler
Quoi d' étonnant à un moment où il convient de poser le bilan. L' UE passoire a laminé nos emplois en abaissant les protections douanières VS le reste du monde et transposant ces emplois et donc nos salaires à l' est à 400 euro...

le 05/02/2020 à 16:48
Signaler
parce que bien évidemment tous nos maux viennent des 7 millions de bulgares qui nous auraient piqué nos emplois parce que sous-payés.... Que c'est simpliste comme dialectique à l'usage des gogos...

à écrit le 05/02/2020 à 9:36
Signaler
Le grand principe des frontières c'est de protéger et nous constatons que leur absence crée "des tensions" a l'intérieur!

à écrit le 05/02/2020 à 9:32
Signaler
"L'assureur-crédit anticipe une accélération du produit intérieur brut (PIB) planétaire à 2,4% cette année contre 2,5% l'année précédente" J'ai du mal à comprendre, là. Moi j'appelle ça un ralentissement.

à écrit le 05/02/2020 à 9:09
Signaler
Merci beaucoup pour ces chiffres intéressants, 40% c'est peu je pensais que ce serait bien plus, comme quoi pas de quoi fouetter un chat on encore beaucoup de marges, il y a la place pour beaucoup plus de protection de la nature et des hommes.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.