Le coronavirus pourrait gripper un peu plus une croissance mondiale déjà affaiblie

 |   |  660  mots
(Crédits : Reuters)
La propagation du coronavirus en Chine, deuxième économie mondiale, pourrait gripper un peu plus une croissance mondiale déjà affaiblie, en se transmettant via les pays exportateurs et les émergents, en particulier les producteurs de pétrole, avertissent les experts.

La croissance mondiale n'avait pas besoin de ce coup de froid : malmenée par la guerre commerciale entre les Etats-Unis et ses principaux partenaires économiques, elle était déjà attendue cette année par l'OCDE à 2,9%, son niveau le plus bas depuis la crise financière de 2008-2009. A l'image du président de la banque centrale américaine (Fed), Jerome Powell, qui avait relevé la semaine dernière "l'incertitude" planant sur l'économie mondiale, plusieurs économistes s'inquiètent des effets hors de Chine d'un ralentissement à la fois de la production et de la demande de la deuxième économie mondiale.

"Plus les perturbations seront grandes en Chine, plus elles seront susceptibles de se propager à l'étranger", a prévenu Neil Shearing, chef économiste de Capital Economics, après la décision de plusieurs entreprises comme Toyota de prolonger d'une semaine les vacances du Nouvel An chinois. "Un ralentissement de la demande intérieure chinoise aurait clairement un impact sur l'économie mondiale, au moment précis où elle tente de se remettre des conséquences de la guerre commerciale subies l'année dernière et en 2018", a souligné la banque néerlandaise ING dans une note.

"On peut estimer que la Chine pourrait perdre 1 point sur son PIB de l'année pleine et cela enlèverait mécaniquement 0,4 point du PIB mondial", a affirmé Michala Markussen, cheffe économiste de la Société générale, qui a toutefois qualifié cette hypothèse de "relativement bénigne". Le coronavirus a déjà tué plus que celui du Sras, (syndrome respiratoire aigu sévère), qui y avait fait 349 victimes en 2002-2003, mais pour les économistes, la comparaison avec cette épidémie que la Chine avait rapidement surmontée économiquement, et dont les répercussions avaient été modérées pour la croissance mondiale, ne tient pas.

Emergents en première ligne

"Même s'il est tentant de faire des comparaisons, l'économie chinoise est de nos jours beaucoup plus grande et beaucoup plus intégrée dans les chaînes d'approvisionnement internationales", a rappelé M. Shearing. Le ralentissement de la Chine, dont la croissance était attendue pour cette année sous la barre symbolique des 6% avant même l'irruption du coronavirus, pourrait peser d'abord sur les pays qui ont des liens économiques très étroits avec elle, comme "Taïwan, la Corée du Sud, les Pays-Bas, la Hongrie et l'Indonésie", a souligné l'assureur Allianz.

D'autres, comme l'Allemagne, pourraient aussi être touchés, comme l'a souligné Phil Smith, économiste IHS Markit, qui s'attend à "un impact sur les exportations de l'industrie allemande (...) dans les prochains mois". Pour M. Shearing, la propagation pourrait aussi s'étendre "aux pays producteurs de matières premières comme le Chili et l'Australie", qui avaient déjà été pénalisés par le ralentissement de la demande chinoise l'an dernier et qui pourraient subir une détérioration supplémentaire de leurs exportations."La Chine est le pivot du marché mondial des matières premières", a rappelé ING.

"Plus les usines resteront fermées, les mesures de restriction sur les voyages maintenues et le secteur de la construction en panne, plus les conséquences sur la demande de matières premières seront grandes". Les prix du pétrole se sont d'ailleurs retrouvés rapidement sous pression et ont plongé de 20% en un mois. "L'épidémie de coronavirus pourrait freiner l'augmentation de la demande de pétrole si elle continue de s'étendre, entraînant des excédents (d'offre) avec la hausse de la production au Brésil, en Norvège et aux Etats-Unis", a souligné l'agence de notation Fitch dans une note.

Par ailleurs, plusieurs économistes ont présenté le tourisme comme la première victime économique de l'épidémie de pneumonie virale. "Les touristes chinois dépensant beaucoup d'argent dans les pays asiatiques, le coût des interdictions de voyager se répercutera sur la région", a estimé M. Shearing.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/02/2020 à 15:57 :
Pendant ce temps:


Voilà une information qui risque de faire grincer des dents. Alors que l'angoisse autour du coronavirus chinois grandit de jour en jour, Le Parisien révèle ce mardi 4 février que l'ambassadeur de France en Chine était en vacances, au plus fort de la crise. Laurent Bili, en poste à Pékin depuis septembre, était aux abonnés absents entre le 23 et le 28 janvier dernier, alors que les autorités françaises organisaient le rapatriement de ses ressortissants.L'énarque de 58 ans serait rentré en France le 22 janvier pour passer quelques jours de vacances en Bretagne avant un rendez-vous professionnel à Paris le 28 janvier. S'il est habituel de profiter du Nouvel An chinois pour prendre quelques jours de congé, le timing interroge. Pour rappel, le 22 janvier, Air France annonçait suspendre tous ses vols à destination et en provenance de Wuhan. Le gouvernement quant à lui réfléchissait au meilleur moyen de rapatrier les ressortissants français de l'épicentre du virus.
a écrit le 05/02/2020 à 10:10 :
Si la Chine vous intéresse et si vous voulez mieux en connaître les réalités, il faut lire "Mémoires chinoises" de Jean Tuan, chez C.L.C. Editions, qui évoque le parcours de son père venue en France de Chine en 1929, leur incroyable séjour à Pékin en 1967 durant la révolution culturelle et l’évolution de la Chine dont l'auteur a été témoin depuis 1980. Marie Holzman, sinologue de renom, a préfacé le récit. Les derniers exemplaires sont disponibles via fnac.com et amazon.fr / Lecture à ne pas manquer...
a écrit le 05/02/2020 à 8:30 :
Il a le mot pour rire le monsieur avec son "coronavirus qui grippe". Quel glorieux choix de mots!
a écrit le 05/02/2020 à 7:59 :
Il aura suffit d'une minuscule poussière virale invisible à l'œil nu, pour que le plus sophistiqué système économique mondial s'effondre. Belle leçon d'humilité !
a écrit le 04/02/2020 à 20:02 :
Drole :quand certains nous gonflent d'AI et autres machins internet , il suffit d'un bon vieux petit virus venu du fin fond agricole pour faire chuter bourses et devises dans le monde entier . Un grand merci pour ce retour sur terre .
a écrit le 04/02/2020 à 13:58 :
La Nature (L'entité englobant toutes les formes de vies sur terre) est douée de raison et de planification, c'est une nouveauté. J'imagine bien la rencontre du comité des virus, bactéries et pathogènes réfléchissant a leur prochaine action contre la spéculation financière. Et ils ont conclu que la meilleure façon de faire progresser leur cause était de contaminer la population du Wuhan. Certains y voient une logique...
a écrit le 04/02/2020 à 13:50 :
Hier, dans un grand quotidien, une annonce comme quoi la Chine remercie la France et plusieurs autres pays pour une aide dans le cas de la crise du Coronavirus. Ainsi qu'une analyse comme quoi la Chine rechigne généralement a accepter de l'aide pour ne pas se montrer comme un pays incapable de gérer les crises sur son territoire. Cela valait le coup de nous faire une fausse nouvelle sur l'Europe qui refuse d'aider et de faire interdire les commentaires qui confrontait votre opinion (qui s'avérait erronée).
a écrit le 04/02/2020 à 13:05 :
Il ne fera pas mieux pour la crise mondiale que le dumping social et l'effondrement des salaires et donc du pouvoir d'achat de la classe productrice c'est sûr et certain, c'est la nature qui se venge et de façon fort pertinente puisque s'attaquant directement à ce qui la détruit: la spéculation financière.
Réponse de le 04/02/2020 à 14:21 :
@ modération

A chaque fois que l'on poste un commentaire nous recevons une information nous disant que vous allez lire avant de valider, la question est comment pouvez vous valider un trollage évident sachant qu'en plus la personne trollée vous propose de ne pas valider ou même de censurer son commentaire plutôt que de lui imposer un boulet ?

Que vos patrons soient trop radins pour me filer 10 sacs encore je comprend bien mais là les gars moi je vois pas hein... -_-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :