Le défaut de paiement de la Russie est acté, la dette du pays mise aux enchères

Un conseil de créanciers organise ce lundi des enchères sur la dette russe, dont l'objectif est d'indemniser les investisseurs ayant souscrit des assurances contre le défaut de paiement de la Russie. JPMorgan les évalue à 2,37 milliards de dollars. Une étape qui entérine un défaut de paiement de Moscou, le premier sur la dette extérieure russe depuis 1918, bien que le Kremlin ne l'ait jamais reconnu.
Ces enchères actent le défaut de paiement de la Russie, lequel n'a jamais été officiellement annoncé mais était considéré comme déjà acquis par la plupart des acteurs économiques.
Ces enchères actent le défaut de paiement de la Russie, lequel n'a jamais été officiellement annoncé mais était considéré comme déjà acquis par la plupart des acteurs économiques. (Crédits : Kacper Pempel)

"CDDC" pour Credit Derivatives Determinations Committee. Tel est le nom de l'instance internationale qui est actuellement au cœur des discussions sur la question du défaut de paiement de la Russie, en guerre en Ukraine depuis quatre mois et soumise aux sanctions internationales.

Ce conseil a en effet le pouvoir d'évaluer si des États ou des entreprises ne payent pas bien leurs dettes, et le cas échéant de déclencher des assurances. Ce cénacle est ressorti de l'ombre depuis l'invasion russe et les débats autour d'un défaut de la part de Moscou, empêché de payer ses dettes internationales en devises du fait des sanctions.

Lire aussiGuerre en Ukraine : percée ukrainienne dans l'est, réacteur nucléaire à l'arrêt et visite allemande

Composé de grandes banques et fonds d'investissement, c'est le CDDC qui décide s'il y a un « événement de crédit », le nom qu'il donne à un versement manqué, comme cela a été le cas pour la Russie en mai. C'est lui aussi qui dit s'il faut déclencher des produits financiers qui servent d'assurance contre le défaut de paiement d'une dette, les CDS (Credit Default Swaps).

Son antenne Europe/Moyen-Orient/Afrique (EMEA), basée à Londres, planche sur le cas russe depuis le début de la guerre et est arrivée à la conclusion que « oui » la Fédération de Russie « a échoué à payer (une échéance) de crédit », déclenchant ainsi la décision de mettre en place des enchères sur la dette russe.

Ces enchères actent le défaut de paiement de la Russie, lequel n'a jamais été officiellement annoncé mais était considéré comme déjà acquis par la plupart des acteurs économiques même en l'absence de l'évaluation des agences de notation rendue interdite par les sanctions occidentales.

Lire aussiLa Russie est bien en défaut de paiement, dit l'agence Moody's

Qu'est-ce que ça change ? Quasiment rien

La reconnaissance du défaut de paiement de la Russie ne change dans les faits pas grand chose. Moscou est en effet coupée des marchés de capitaux internationaux depuis son invasion de l'Ukraine fin février. De plus, le pays est peu endetté en devises étrangères, sa dette extérieure pesant pour environ 40 milliards de dollars. Sa dette publique est par ailleurs proche de seulement 20% de son PIB (à titre de comparaison, contre 114% du PIB en France).

Parallèlement, ses rentrées d'argent grâce aux ventes d'hydrocarbures ont été massives depuis le début de l'année sous l'effet de l'envolée des prix. Moscou a en effet encaissé plusieurs dizaines de milliards grâce aux ventes de pétrole et de gaz sur les six premiers mois de cette année. 97 milliards de dollars (à peu près l'équivalent en euros), dont environ 74 milliards grâce au pétrole, selon l'Institut international de la finance. C'est même bien plus d'après le Centre for research on energy and clean Air (CREA), centre de recherche indépendant basé en Finlande : 158 milliards d'euros en six mois de guerre.

Lire aussiLa flambée des prix des énergies fossiles fait entrer 158 milliards d'euros dans les caisses de la Russie

Pour autant, le Kremlin s'insurge depuis des mois contre un défaut qu'il qualifie d' « illégitime » car précipité par les sanctions. Il s'agit en tout cas du premier défaut de Moscou sur sa dette extérieure depuis l'épisode des emprunts russes lancés par la Russie tsariste sur les marchés occidentaux, notamment en France, et que le dirigeant bolchévique Lénine avait refusé de reconnaître après la révolution de 1918.

2,37 milliards de dollars potentiels à la clé

Techniquement, l'opération d'enchères sur la dette russe doit se réaliser en deux temps. La première étape a pour vocation de fixer un prix initial à huit obligations mises aux enchères, tandis que la seconde étape, ouverte plus largement aux investisseurs, doit se baser sur la première étape pour fixer un prix définitif aux obligations.

« Le prix final de ces enchères déterminera le montant de recouvrement sur les CDS », explique la banque américaine JPMorgan dans une récente note qui évalue l'ensemble de ces assurances contre le défaut russe à 2,37 milliards de dollars.

Lire aussiMoscou dément être en situation de défaut de paiement sur sa dette

Délai anormalement long

Cette opération d'enchères est habituelle dans les cas de défauts de paiements, à la différence que les délais ont été exceptionnellement longs dans le dossier russe, créant un flou de plusieurs semaines quant à l'indemnisation des investisseurs.

Entre le moment où le conseil de créanciers a reconnu que la Russie n'avait pas payé une échéance de remboursement et l'organisation des enchères ce lundi, il s'est écoulé plus de trois mois contre environ 30 jours en temps normal, selon un expert des CDS interrogé par l'AFP.

Lire aussiLe défaut de paiement, un risque limité pour la Russie

Cette longue latence s'explique par la glaciation du système financier russe sous l'effet des sanctions. Les investisseurs internationaux n'ont plus le droit depuis le printemps de s'échanger des titres russes. Or, le système d'enchères impose justement d'effectuer des échanges sur ces titres.

Afin de faciliter l'organisation de ces enchères, les autorités américaines ont exceptionnellement autorisé des transactions sur les huit obligations russes libellées en devises étrangères entre le 8 et le 22 septembre.

Selon JPMorgan, l'issue de ces enchères en matière d'appétit des investisseurs pour la dette russe est rendue très incertaine par l'interdiction des autorités américaines d'échanger des produits financiers de ce pays depuis des mois.

L'incertitude est aussi présente quant à la date exacte à laquelle le processus d'indemnisation des investisseurs ira à son terme. Basée à Londres, l'antenne Europe/Moyen-Orient/Afrique (EMEA) du CDDC, qui organise les enchères, a affirmé ces derniers jours que les jours chômés en raison des obsèques de la reine Elizabeth pourraient légèrement retarder l'ensemble du processus.

Lire aussiRoyaume-Uni : la reine Elizabeth II s'est éteinte, Charles devient automatiquement roi

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 14/09/2022 à 19:04
Signaler
Cela implique surtout que la Russie ne pourra plus emprunter à l'international sauf à payer très cher. Après le pétrole bradé à l'Inde et à la Chine... Brillant le Vladimir !

le 18/09/2022 à 0:58
Signaler
La dette de la Russie est egale a 20% du PIB soit environ 300 milliards et la vente des hydrocarbures russes en 6 mois est egale a 158 milliards de dollars. Il n'a vraiment pas besoin d emprunter et si il le fallait les Chinois et les Indiens soit ...

à écrit le 14/09/2022 à 17:58
Signaler
On nous prend vraiment pour des cons un peut-être sa sera notre tour

à écrit le 14/09/2022 à 17:45
Signaler
C et l Europe qui en défaut de tout il faud areter un peu de raconter des bêtes

à écrit le 13/09/2022 à 0:13
Signaler
Je crois comprendre que les investisseurs occidentaux vont se mettre l'argent des assurance dans la poche, suite au blocage des paiements de la Russie qu'ils ont eux-même organisés. Pile je gagne, face tu perds ! Nos cotisations vont encore grimper.....

le 16/09/2022 à 17:43
Signaler
Tu crois tres bien comprendre.

à écrit le 12/09/2022 à 21:21
Signaler
Tartufferie. Quelle bande de faux culs que ses banques et intérêts financiers d'un monde anglo-saxon hérité de la perfide Albion, qui dégringole de son piédestal, mais cherche tous les moyens même et surtout les plus tordus pour descendre ceux qu'il...

le 12/09/2022 à 21:50
Signaler
Effectivement, sans les pays Anglo-saxons nous serions toujours sous occupation Allemande ou peut-être avec un peu de chance Soviétique !!

à écrit le 12/09/2022 à 13:18
Signaler
Contre l Russie on déterre donc une dette qui date de 1918 et pour l'Allemagne, on enterre toutes celles de 1945. Va comprendre Charles...

le 13/09/2022 à 8:39
Signaler
Les porteurs d emprunts russes qui ont été un peu remboursés il y a quelques années ont ils espoir de recevoir le solde (En 2000) merci de demander à AFIPER association de défense des porteurs d emprunts russes de 500 des or garanti

à écrit le 12/09/2022 à 12:56
Signaler
Bof... On empêche la Russie de payer et après on l'accuse de ne pas avoir payé. On nous refait le coup de la fiole d'anthrax à l'ONU et on fait semblant de regarder ailleurs... Cetre manipulation déshonore surtout ceux qui la commettent !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.