Le FMI révise ses prévisions de croissance mondiale à la hausse

 |  | 1232 mots
Lecture 6 min.
Ces développements indiquent un point de départ plus solide pour les perspectives mondiales, a souligné le Fonds monétaire international dans ses dernières perspectives de l'économie mondiale rendues publiques mardi.
"Ces développements indiquent un point de départ plus solide pour les perspectives mondiales", a souligné le Fonds monétaire international dans ses dernières perspectives de l'économie mondiale rendues publiques mardi. (Crédits : JOHANNES CHRISTO)
Malgré la recrudescence du virus et la multiplication des variants, le Fonds monétaire international table désormais sur une croissance du produit intérieur brut (PIB) de 5,5% en 2021 contre 5,2% auparavant.

Malgré la tempête Covid, le déploiement accéléré des vaccins dans le monde combiné à des plans de relance massifs rendent le FMI plus optimiste. Dans la dernière mise à jour de ses perspectives économiques, l'institution internationale table sur une croissance du produit intérieur brut (PIB) de 5,5% en 2021 contre 5,2% à l'automne dernier. Pour 2022, la croissance pourrait marquer le pas à 4,2%. "Bien que l'homologation récente des vaccins a pu susciter des espoirs d'un tournant dans la pandémie, les nouvelles vagues et les nouveaux variants posent des problèmes pour les projections" explique l'institution dans son dernier rapport.

Après une année 2020 cataclysmique, l'apparition de virus mutants oblige néanmoins de nombreux pays à mettre en oeuvre des mesures de confinement et à fermer leurs frontières. Beaucoup d'incertitudes demeurent sur la propagation et la dangerosité de ces nouveaux variants. Le spectre d'une crise profonde et durable continue de planer au dessus des Etats.

Une croissance révisée à la baisse en zone euro

Le Fonds a dégradé ses projections de croissance pour la zone euro de 1 point pour cette année à 4,2% contre 5,2% en octobre dernier. La circulation du virus sur l'ensemble du Vieux continent a précipité l'économie dans une brutale récession en 2020 (-7,2%) malgré le déploiement des mesures d'urgence économiques et sociales et la politique ultra-accommodante de la Banque centrale européenne.

Après un violent repli en 2020 (-9%), l'activité tricolore devrait...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/01/2021 à 16:57 :
Ils vont encore se planter. A ce niveau là, c'est du mensonge assumé.
a écrit le 26/01/2021 à 14:22 :
Et la bourse est contente, moins ya de travail, plus les rentiers aliénés sont heureux, enfin satisfaits, enfin ont moins peur que d'habitude, enfin on ne sait pas trop au final ce qu'ils veulent et eux non plus visiblement.

Robespierre avait raison, déjà, et en plus, erreur magistrale que l'on aurait pu résoudre en décapitant les oligarchies européennes qui ont copieusement collaboré avec les nazis mais ça n'a pas été fait non plus, on les a laissé continuer de nous diriger sans rien leur dire.

Il n'en fallait pas plus pour que la planète et son humanité en soient directement menacées actuellement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :