Le G7 vire au fiasco avec un tweet de Trump qui torpille l'accord final

 |   |  737  mots
(Crédits : KEVIN LAMARQUE)
Après être parvenus non sans mal à un rédiger un communiqué à sept, le sommet du G7 au Canada a été torpillé par le président américain qui de son avion en route pour Singapour, a retiré sa signature en accusant Justin Trudeau d'être malhonnête. Et il menace de taxer les automobiles européennes.

Le G7 au Canada a tourné au fiasco samedi: d'un tweet rageur, Donald Trump a retiré son soutien au communiqué commun obtenu dans la douleur, rejetant la faute sur des propos du Premier ministre canadien Justin Trudeau qu'il a qualifié de "très malhonnête".

Le président américain a tweeté depuis Air Force One: "En raison des fausses déclarations de Justin à sa conférence de presse, et du fait que le Canada impose des taxes massives sur nos agriculteurs, travailleurs et entreprises américains, j'ai demandé à nos représentants américains de retirer le soutien au communiqué, tandis que nous envisageons des tarifs sur les automobiles qui inondent le marché américain!".

La volte-face est spectaculaire. Déjà parti au moment de la publication de ce fameux communiqué, Donald Trump avait fait savoir à la presse voyageant avec lui à bord d'Air Force One qu'il y souscrivait.

Avant de changer d'avis quelques heures plus tard après avoir pris connaissance des propos de Justin Trudeau. Un haut responsable de la Maison Blanche a confirmé que le président était "en colère".

Concluant deux jours de débats laborieux à La Malbaie (Québec, est du Canada), le Canadien a, lors de sa conférence de presse de clôture, réutilisé le terme d'"insultantes" pour qualifier les taxes tout juste imposées par les Etats-Unis sur l'acier et l'aluminium importés. Et il avait promis d'y répliquer "sans sourciller".

Le cabinet du Premier ministre canadien s'est seulement fendu d'une réponse laconique: "Nous nous concentrons sur tout ce que nous avons accompli ici au sommet G7. Le  premier ministre n'a rien dit qu'il n'avait pas déjà dit auparavant, autant publiquement qu'en conversations privées" avec le président américain.

De son côté, le président français Emmanuel Macron a appris la nouvelle au décollage de son avion. Ses services n'ont voulu faire aucun commentaire dans l'immédiat.

Le tweet de Donald Trump rend de facto caduque la déclaration commune sur le commerce grâce à laquelle le "Groupe des sept" (Etats-Unis, Canada, Italie, Royaume-Uni, France, Allemagne, Japon) avait tenté de sauver la face. Et ce alors que les autres dirigeants, eux-même dans l'avion pour rejoindre leurs pays respectifs, ne peuvent réagir dans l'immédiat.

Ce texte critique le "protectionnisme", qu'incarne pourtant le président américain, et s'engage à "moderniser" l'Organisation mondiale du commerce.

Que pesaient de toute façon ces quelques lignes difficilement négociées face à un Donald Trump prêt à toutes les confrontations pour réduire le déficit des échanges américains? Quitte à déclencher une guerre commerciale ouverte, comme le montre sa menace réitérée de taxer les importations de voiture.

S'il la met à exécution, le conflit commercial larvé entre les Etats-Unis et leurs partenaires tournerait à la guerre commerciale ouverte. Donald Trump vise en particulier les taxes européennes sur les importations de voitures en provenance des pays hors UE qui s'élèvent à 10%, quand les droits de douanes américains ne s'élèvent qu'à 2,5%.
"Nous sommes la tirelire que le monde entier pille. Cela va cesser", avait déjà tempêté le  milliardaire de 71 ans avant de quitter un sommet où il est passé en coup de vent.

Justin Trudeau, pris pour cible par le président américain, n'est pourtant pas le seul à rendre coup pour coup en matière tarifaire. Le président français Emmanuel Macron a lui prévenu, lors de sa propre conférence de presse à La Malbaie, qu'il n'y avait "pas de changement" en ce qui concerne les contre-mesures européennes annoncées sur le bourbon ou les motos américaine, en riposte aux taxes américaines sur l'acier et l'aluminium.

Malgré les sourires des dirigeants à la fin du sommet, le G7 a donc été dynamité par un Donald Trump qui goûte bien plus la confrontation bilatérale brutale que les longues négociations multilatérales. Jusqu'à provoquer le fiasco final de la rencontre.

Le président américain était arrivé le dernier et reparti le premier du cossu Manoir Richelieu, surplombant le fleuve Saint-Laurent. Il a aussi séché une réunion sur le climat.

AFP

Donald Trump n'a jamais caché qu'il donnait la priorité à sa rencontre de mardi avec M. Kim. "C'est une occasion unique" d'arriver à un accord nucléaire avec Pyongyang qui "ne se représentera jamais", a-t-il assuré.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/06/2018 à 13:01 :
A QUOI SERT LE G7 DEPUIS 1976 ?
Réponse de le 13/06/2018 à 10:34 :
A pouvoir retrouver leurs maitresses sans avoir leurs femmes sur le dos ?

JE ne dois pas être très loin...
a écrit le 11/06/2018 à 22:46 :
Il faut évidemment corneriser trump
1) en accélérant la ratification du CETA par les parlements européens, le Canada de Trudeau semblant être un partenaire sérieux et fiable.
2) en négociant un traité de même nature avec les principaux pays démocratiques d'Amérique Latine, y compris le Mexique (exception faite bien entendu de la dictature communiste vénézuelienne, tellement en coma économique dépassé que même la remontée du baril vers les 80$ ne lui redonne pas quelques couleurs)
3) en commençant à négocier un nouveau TAFTA directement avec les opposants républicains et démocrates de Trump, qui finiront bien par lui succéder dans 2 ans et demi ou au pire dans 6 ans et demi, en ignorant superbement les gesticulations dudit Trump.
Réponse de le 12/06/2018 à 9:00 :
CETA et TAFTA, c'est donner les clés de l'Europe aux Américains et à la finance mondialisée, donc c'est NON
Réponse de le 13/06/2018 à 10:41 :
@@bruno_bd: êtes-vous directement employé par les néos-cons ou seulement inconscient que signer ces accords serait abandonner le peu de moyens qui restent à la France de diriger son destin?
a écrit le 11/06/2018 à 22:07 :
POUTINE A RAISON IL FAUT ARRETE LES ENFANTILLAGES AVEC TRUMP. IL FAUT DUCIR NOS POSITIONS DE SEPARATION DE TRUMPT ET DE SONT EQUIPE NE RIGOLENT PAS ET IL FAUT FAIRE VITE??? /// NOUS VOUS AVONS DONNE LA LIBERTE SACHEZ LA CONSERVER./// NAPOLEON///
a écrit le 11/06/2018 à 14:04 :
L'avantage avec Trump et ses taxes, c'est qu'il va faire reculer l'industrie automobile américaine, parce que le problème ne vient pas des voitures allemandes ou japonaises, c'est juste qu'au niveau compétitivité et fiabilité elles sont meilleures.
Pour l'acier et l’aluminium cela va aller à l'encontre aussi de son industrie qui aura besoin de cette matière et va devoir payer très cher et aura pour conséquence l'augmnetation des produits transformés.
a écrit le 11/06/2018 à 10:55 :
si cela permettrait de stopper l importation de la viande de tres mauvaise qualité des autres pays !( Brésil ext...) et protéger notre agriculture qui est au plus mal
a écrit le 11/06/2018 à 10:29 :
Ça devrait être donnant....donnant😀
Réponse de le 11/06/2018 à 13:25 :
Je te donne une baigne et tu me donnes ton fric ! Donnant donnant !

:D
a écrit le 11/06/2018 à 10:01 :
Contrairement à tous , je trouve le comportement du Président Trump original et a bien compris semble t-il ,dans quelle mare de gros crocodiles il mettait les pieds , apparemment il s'en sort indemne en ayant coupé leurs appétits . A mon avis c'est un des meilleurs Président des états Unis en exercice .J'aurai aimé voir la même situation se produire depuis années dans notre galaxie de la culture du meilleur ou du chef de cordée.
Réponse de le 11/06/2018 à 18:09 :
"Contrairement à tous , je trouve le comportement du Président Trump original"
Je crois que son comportement est original pour tout le monde.
a écrit le 11/06/2018 à 9:49 :
Tout ce petit monde nous ressert jusqu' à l' indigestion le même sketch usé des pays du G truc supposés s' entendre bien.

Mais Trump arrive dans le jeu des quillards, ajoutant sa petite touche personnelle, dégoupillant la grenade après le spectacle, leur rappelant à tous d' une décision ultime, qui commande et qui sont les vassaux.

Il a un flot commun de positons s' alignant sur une narrative des néo libéraux post Maastrichien -qui se moquent de l' électeur comme de leurs premières chaussettes - et qui aime à montrer qu' ils ont du répondant -à postériori- alors qu' aigris d' avoir laissé papa partir en emportant les bons morceaux..

L' ensemble faisant contre mauvaise fortune et coeur et pour citer Nothomb, bichonnant "les rares fleurs de leur enfance qu’il leur était encore possible d’arroser".

Ils ont abandonné les manettes et doivent en payer le prix, voilà ce qu' explique sans désemparer le dessous des cartes de cette analyse "Asselinienne" largement documentée et sourcée ..

https://www.alterinfo.net/UPR-Francois-Asselineau-Qui-gouverne-reellement-la-France_a60815.html
a écrit le 11/06/2018 à 9:35 :
" ....La Chine a décidé de cibler cette fois des secteurs ou produits CLES de l'économie américaine en reponse aux taxes acier- des USA ........ "
Soja , aeronautique ,automobile .... et devinez ce que cible l'UE : beurre de cacahuète , bourbon , jeans , Harle'y !
Risible non ?
a écrit le 11/06/2018 à 7:53 :
Les amphetamines rendent agressif et paranoïaque. Transpiration excessive. Voyez la photo.
a écrit le 11/06/2018 à 7:09 :
Le Président de la République qu'il nous faut: une manière de Général de Gaulle au lieu d'un haut fonctionnaire ou d'un rigolo qui ne voient dans cette Charge que l'aboutissement d'une carrière.
a écrit le 11/06/2018 à 0:50 :
Et c'est quoi " l'accord final " ????? ce serait bien le premier, en 42 ans d'existence.
a écrit le 10/06/2018 à 23:57 :
Le terme "tariffs" se traduit en français par droits de douane et non tarifs. Malheureusement de nombreux journalistes et "businessmen" perdent progressivement la connaissance du français : n'est-il pas le moment de réagir à l'impérialisme américain en cessant de nous laisser coloniser par un usage de plus en plus envahissant de l'anglo-américain, dans nos vies quotidiennes, dans nos entreprises ou nos universités ?
a écrit le 10/06/2018 à 22:02 :
Maintenant Trump va s'envoler voir Kim et je suis prêt à parier qu'il va tenter de rouler Trump dans la farine en lui faisant signer un traité de paix (alors que le conflit coréen s'est terminé de facto en ... 1953). Et qu'alléché par ce moment historique il va mordre à l'hameçon et laisser à Kim le droit de posséder quelques armes nucléaires "défensives".
Et qu'ainsi roulé dans la farine , il va crier victoire et que ses admirateurs vont se prosterner devant son génie.
Réponse de le 10/06/2018 à 23:37 :
Pas longtemps avant que nous voyons comment juste est tout ça eh?
Réponse de le 11/06/2018 à 10:50 :
Un traité de paix avec une réunification serait du plus bel effet!
Réponse de le 11/06/2018 à 10:52 :
Un traité de paix avec une réunification serait du plus bel effet!
Réponse de le 11/06/2018 à 18:07 :
@Oui Mais
Kim est d'accord avec la réunification mais si il devient le leader suprême de la nouvelle entité.
a écrit le 10/06/2018 à 20:41 :
J'ai bien aimer sa phrase que l'Amérique ne voulait pas être la tirelire du monde , cela me fait penser à la situation de notre pays au sein de l' U.E nous n'avons plus à rétablir notre commerce extérieur tout le temps déficitaire depuis 2000 l'arrivée de l'Euro supprimant le francs et ouvrant toute nos barrières au grand colosse d'Europe .
Réponse de le 10/06/2018 à 21:44 :
Pour faire un commentaire il faut dans un premier temps connaitre un peu l'économie mondiale le role de l'OMC dans les accords d'échanges internationaux en premier lieu avoir accepté que la Chine et certains pays émergents des années 90, rentrent sur le marché international avec les avantages de droits de douane. Avoir occupé un poste à l'international ce qui vous aurez permis de pouvoir évaluer ce que nous produisions et ce que nous produisons aujourd'hui et cela dans une comparaison technique mais également financière cela vous aurez permis d'éviter d'écrire une ânerie. Sachez en premier lieu que la France a eu bien du mal à rentrer sur le marché compétitif du commerce extérieur, la première cause avoir basé notre export!! sur nos anciennes colonies avec en prime des financements de l'état français sans aucune compétition mais dans la plus grande magouille de nos politiques, France Afrique est en est une belle illustration. Pour avoir commencé ma carrière à l'export en 1975 je peux vous assurer que notre pays était et est encore aujourd'hui très en retard dans la compétition sauf pour une grande partie du CAC 40.
Réponse de le 11/06/2018 à 10:54 :
"tout le temps déficitaire depuis 2000", certes. Mais pas à cause de l'€ mais à cause des 35 heures (qui ont mécaniquement causé un renchérissement direct ou indirect de 10% des coûts salariaux qui ont poussé beaucoup d'entreprises à arbitrer en renonçant à produire en France tout ce sur quoi les marges sont modestes. Exemple, chez Renault et PSA, toutes les petites voitures genre Twingo, une bonne partie des Clio, les Captur, 108, C1 et C3, 208)
a écrit le 10/06/2018 à 18:33 :
L'impulsivité et la versatilité du chef -démocratiquement élu- de la première puissance devrait favoriser chez les autres -puissances, en général, et l'Union Européenne, en particulier, une meilleure consolidation de leurs gouvernances et une plus grande affirmation de leurs visions, entre multilatéralisme et respect d'un noyau irréductible de valeurs communes.

Les Européens semblent, encore une fois, se complaire dans un attentisme et une timidité qui oscillent entre faiblesse et espoir d'une solution 'tombée du ciel'.
Qu'attendent-ils pour sortir d'inefficaces 'danses verbales', frisant parfois l’indigence, et agir ?

Au niveau de l'Europe, la crise de 2008 et ses multiples répliques n'ont pas permis d'opérer -autrement qu'à la marge- les adaptations nécessaires de la gouvernance et la constitution des arsenaux d'observation, de régulation et d'action à la hauteur des enjeux.
Et que dire d'un temps de réaction encore et toujours 'mortellement' long !

L'Europe est-elle condamnée à répéter les mêmes insuffisances ou va-t-elle saisir cette 'opportunité' pour se donner des moyens -démocratiques- de faire face au sujet du jour ?
Attendre en récitant des mantras, ou en comptant sur la providence, ne me parait pas ce qu'il y a de mieux à faire !

Alors ! Encore un rendez-vous raté en perspective, ... ou une transformation véritable et bienvenue ?
a écrit le 10/06/2018 à 17:29 :
Moi je le comprend le Trump, il fait fait pression pour que l'on trouve une solution au problème des excédents, surtout des excédents chroniques comme ceux de l'Allemagne. Obama l'avait dit à Teflon-Merkel. Maintenant elle s'en prend plein la gueule, résoudre ses problèmes de chômage aux dépens des autres pays n'est pas la solution, Angela.
Mais les Allemands c'est ainsi, il faut toujours qu'ils essayent et tant qu'ils ne se seront pas pris une bonne raclée il ne comprendront pas.
Réponse de le 10/06/2018 à 22:07 :
Les importations de voitures sont frappées de 2,5% aux EEUU contre 10% en UE. Réduire les taux est plus important pour Trump que les excédents commerciaux allemands.
a écrit le 10/06/2018 à 16:56 :
S’il fallait un exemple de plus pour faire comprendre à certains dirigeants, dont les européens beaucoup trop naïfs, que Trump n’a que faire de leur remarques. Il est malin, paranoïaque, mais c’est avant tout un business man. Et puis il sait qu’il tient le monde, par sa monnaie, et sa puissance militaire.
Cela peut faire réfléchir également, sur l’utilité de mettre en place des représentants de la société civile à la tête d’un pays. Quelques un dans un gouvernement oui, mais pas plus.
a écrit le 10/06/2018 à 16:37 :
La politique de l'esbroufe qui lui permet d'être pour l'instant le favori à sa réélection. Pas de raison que cela s'arrête, les rednecks en redemandent et les classes moyennes supérieures américaines n'ont jamais été aussi riches.
a écrit le 10/06/2018 à 16:10 :
Trump joue les matadors pour impressionner son électorat, mais à force de constamment renverser la table il ne construit rien.

Qu’a-t-il mis en place en plus d’un an de mandat, mis à part des cadeaux pour les plus riches ?
Réponse de le 10/06/2018 à 16:34 :
c’est vrai , que des cadeaux pour les riches , comme Macron , d’ailleurs.

ils sont sur la même ligne sauf que l’équipe de communication de M Macron le cadre mieux.M Trump il perd de la crédibilité à cause de ses réactions excessives ( comme M Sarkozy , M Erdogan)

l’image externe , c’est important pour un politicien .

M Trump est difficile à cadrer comme le profil d’un enfant - Roi.
Réponse de le 10/06/2018 à 23:51 :
Il a fait beaucoup, mais si on est un peu Marxiste je peux comprendre pourqoui on pense qu’il ne fait rien. Pas de l’ “argent gratuit” ou aucunes des autres choses comme ça. Moins de gouvernement est toujours ce que les conservateurs veulent aux Etats Unis, depuis Thomas Jefferson.
a écrit le 10/06/2018 à 15:42 :
42ème G7, et accord final !!! le premier " accord final " en 42 ans, concrètement çà mène à quoi ?
a écrit le 10/06/2018 à 15:30 :
Trump représente un pays souverain et c ' est le préalable.

Macron représente quant à lui, un sur vingt-huit, il en est réduit à faire de la com..Les usa sont un peuple, les européens ne sont pas un peuple et ça fait toute la différence ..
L'UE est un mariage forcé entre 28 peuples qui ont des intérêts nationaux différents ! Dans ce contexte, la France n'a plus les commandes du pouvoir ! Pour en sortir et récupérer notre souveraineté, un parti donne la solution ...
https://www.youtube.com/watch?v=GHQ3MTE2tlc

Dans la réalité, Trump se fiche des européens américano-dépendants quand son pays mène une politique de sanctions qui se voulait particulièrement saignante contre la Russie indépendante et qui a échoué.

Quand Macron l' eurolâtre a vu PSA, RENAULT et TOTAL plier bagage en Iran d' un claquement de doigt ""trumpien" sans se voir défendu d' un pouillème ..
Réponse de le 10/06/2018 à 16:18 :
D’un côté vous soulignez combien les petits États européens peuvent être faibles, de l’autre vous dites qu’une Europe unie, seule capable de nous sortir de cette situation de faiblesse, est impossible car nous ne sommes pas un peuple uni. Vous proposez quoi alors ?

Et pourtant, même sans un peuple uni, un gouvernement européen serait parfaitement capable de nous protéger tant qu’il disposerait de l’ensemble des pouvoirs régaliens en Europe. C’est l’Europe des nations, où le pouvoir est divisé entre 27 gouvernements nationaux qui chacun veulent tirer la couverture à eux, qui nous affaiblit.

Et enfin, un peuple uni est une création. Un peuple européen peut se construire avec de la volonté, de la même manière que le peuple français a été construit relativement récemment à partie des peuples alsaciens, bretons... Une nation, ça n’est rien de plus qu’un outil organisationnel construit sur un temps long.
Réponse de le 10/06/2018 à 16:31 :
C'est dommage qu'un peuple souverain ne soit pas dirigé par le candidat qui a obtenu le plus grand nombre de voix.
Réponse de le 10/06/2018 à 22:04 :
@Tom On peut être pétri de bonne intentions et croire à ses rêves pendant une vie et alors que le temps passe et quand tout se déglingue parce que nous avons confié notre sort aux autres, incapables d' accorder le violon par volonté du maitre ..
https://www.upr.fr/conferences/pourquoi-europe-comme-elle-est
Réponse de le 10/06/2018 à 23:30 :
@ Gédéon :

Oui, ou alors on peut se replier sur soi-même et ainsi organiser son propre déclin, et se lamenter sur son sort en étant incapable de voir combien on est chanceux.

L’Europe est la zone la plus démocratique, la plus stable et la plus prospère du monde. On a le choix de s’unir avec nos voisins pour être en mesure se protéger cette prospérité commune. Ça n’est qu’un choix à faire.
Réponse de le 11/06/2018 à 0:05 :
@ Tom

“L’Europe est la zone la plus démocratique, la plus stable et la plus prospère du monde.”

Qui a élu Juncker?
Réponse de le 11/06/2018 à 14:10 :
@ BB :

Juncker a été élu par des représentants élus.
a écrit le 10/06/2018 à 14:45 :
Les populistes ont l'art de faire croire que leur pays est plus fort qu'il ne l'est réellement et qu'être un bon dirigeant consiste à envoyer balader le reste de la planète et à mépriser ses alliés. Être populiste c'est aussi dire que tout ceux qui disent le contraire sont des médias corrompus ou des idiots incapables de s'écarter de la pensée unique.
En fait Trump est à comparer à Boris Johnson. Ces gens là sont au degré zéro de la diplomatie. Ils annoncent au monde entier que l'UE est faible, qu'ils vont négocier avec l'UE et qu'ils vont l'écraser. Et l'UE effectivement jusqu'ici assez faible tient tête aux USA et écrase le RU dans les négociations à la stupéfaction générale.
Est-ce surprenant? Ces gens là veulent restaurer la grandeur de leur pays sans passer par la case diplomatie. Au lieu de diviser pour mieux régner, de faire des alliances de circonstances, ils finissent par fédérer contre eux. Pire , ils provoquent leurs adversaires avant de négocier.
Trump a essayé de négocier avec la Chine sur le commerce: échec. Trump a essayé de faire partir Poutine de Syrie: échec. Trump veut que la Corée du Nord renonce à la bombe : échec.
Qui sont les gagnants? Les autres. Le monde entier se débarrasse de l'emprise US.
Maintenant enfonçons le clou dans le cercueil: Trump a déclaré hier qu'il voulait un monde sans taxe. L'exact contraire de ce qu'il dit depuis le début. Aujourd'hui il fait volte-face. Il vient de perdre toute forme de crédibilité en 24H.
Réponse de le 10/06/2018 à 15:43 :
trop court, rien lu.
Réponse de le 10/06/2018 à 16:28 :
@rien lu
Moi j'ai au moins fait l'effort de lire votre réponse de la première ligne jusqu'à la dernière.
a écrit le 10/06/2018 à 14:37 :
C'est reparti comme en 1933, l'Allemagne, encore l'Allemagne, à l'époque avec Mussolini, cette fois avec Macron.
Et on remet ça, les premiers signes de manque se manifestent ici et là, il leur faut de nouveau une petite raclée.
Réponse de le 10/06/2018 à 16:37 :
A l'époque les allemands voulaient mettre des soldats partout, finalement les américains l'ont fait.
Réponse de le 10/06/2018 à 23:33 :
@ Johnmckagan.
pas seulement les américains USA, les Russes aussi!
L'histoire va-t-elle se répéter!
a écrit le 10/06/2018 à 14:19 :
Trump maltraite les européens (les alliés historiques des Etats Unis depuis la création de l'Union), il a trouvé la martingale pour progresser dans les sondages, à l'image de Poutine. Les deux ont identifié un bouc émissaire, l'Europe une faible avec laquelle on peut être fort.
Réponse de le 10/06/2018 à 23:57 :
L’UE demande quatre fois plus de l’argent pour les autos par exemple, et tu penses c’est l’UE qui est maltraité?
a écrit le 10/06/2018 à 14:18 :
Le G7 vire au fiasco

l'Europe est déjà un fiasco

force est de constater que Macron le Gouvernement Philippe et les Députés LREM / LR / PS sont en échec PATENT,

c'est la France qui est discréditée à l'échelle internationale
Réponse de le 10/06/2018 à 15:00 :
Commentaire typique de celui qui aurait fait le commentaire "l'Europe plie devant les USA" si Trump n'avait pas retiré sa signature.
Si le Trump s'énerve c'est que le G7 ne s'est pas passé comme il le voulait.
a écrit le 10/06/2018 à 14:00 :
Trudeau pour donner une vraie leçon à Trump devrait annuler les commandes F35 par l'armée de l'air canadienne et commander en place des Rafale ou des Eurofighter.
Ca aurait de la gueule pour marquer une première dans l'histoire des deux pays. Trump insulte ses demi frères qui devraient bien lui rendre.
a écrit le 10/06/2018 à 13:48 :
Les pauvres européens avec ces fonctionnaires repus ont trouvé à qui causer . Trump nous méprise et il ne traite qu'avec les puissants Russie , Chine . Il nous reste les terroristes islamistes , la SNCF , AIR FRANCE , et la FNSEA pour rayonner notre connerie !
Réponse de le 10/06/2018 à 14:13 :
Il faut lire les actualités un petit peu.
Les chinois ont roulé les usa dans la farine sur le commerce en proposant de faire des efforts que de toute façon ils ne feront pas, et les russes n'ont pas bougé leur position d'un iota concernant la Syrie. Même Kim leader d'un pays parmi les moins développé de la planète tient tête aux usa. Et le pire c'est que Kim va rencontrer Trump mais refuse de payer l’hôtel.
a écrit le 10/06/2018 à 13:48 :
Accord ou pas ce n'est qu'accessoire, le résultat sera le même, c'est juste la forme qui change.
a écrit le 10/06/2018 à 13:42 :
Klein Trumpi fait ses moues et acrobaties infantiles habituelles!...
a écrit le 10/06/2018 à 13:20 :
En résumé, il est arrivé ce que tout le monde attendait. Seule la forme a pu surprendre ceux qui n'ont pas compris que le cas Trump relève de la psychiatrie.

L'Europe et la planète doivent s'attendre à une guerre économique de la part des autorités US. A nous de démontrer qu'on peut faire sans eux, que la guerre des frontières peut se jouer à deux et que l'on peut empêcher que les juges US ne viennent faire la loi dans les entreprises françaises et européennes.
a écrit le 10/06/2018 à 13:16 :
Les Young leaders fétichistes de l' UE/US qui se retrouvent orphelins vont commencer de se gratter derrière les oreilles...
a écrit le 10/06/2018 à 13:04 :
Depuis la dernière guerre mondiale, les économises s'accordent à dire que le protectionnisme n'est pas la bonne solution pour sortir d'une crise de débouchés. Trump semble vouloir fermer ses frontières et les autres répliquent en faisant la même chose ?
Ils cherchent quoi au juste ?
Réponse de le 10/06/2018 à 13:24 :
Le protectionnisme ça n'existe pas ! Il y a des marchés et de l'export / Import, parler de protectionnisme sous entend "tout seul dans son coin" ce qui est évidement faux ! Trump protège ses marchés, et nous sommes exactement les mêmes avec nos règles bidons, il n'y a qu'à voir la haine envers les Anglais !! qui serait assez stupides pour ne pas se protéger ? America First c'est pourtant assez clair, la grande surprise c'est que le monde change et que les discours bidons ça ne marchent plus.
a écrit le 10/06/2018 à 12:58 :
il faudrait peut être «  unifier » les taxes de douanes ?( équitable pour tous les pays selon leur taux d’inflation)
un tarif unique de douane pour tous les produits et tous les pays.
On a l’impression d’être dans une cour de maternelle G7...
a écrit le 10/06/2018 à 12:11 :
quand il dit que les US sont la tirelire que le monde pille, il pense peut-être aussi aux investissements étrangers. la valeur des investissements directs étrangers aux US a plus que doublé depuis 2011, d'après des données OCDE ("FDI in figures", 04/2017 & 04/2018).
mais attirer les investissements étrangers fait partie de la stratégie de Trump, il me semble.
a écrit le 10/06/2018 à 12:05 :
Est-ce que les intérêts de l'UE se réduisent aux intérêts de l'industrie automobile allemande?
a écrit le 10/06/2018 à 11:50 :
les US veulent vendre en Europe leurs grosses bagnoles qui consomment 2 fois plus que les nôtres ?!? j'en ai vu une récemment. mais elle était immatriculée en Ontario apparemment. des Français de retour au pays, a priori.
sinon, c'est sûr que si les américains se mettaient à épargner, les entreprises européennes et d'ailleurs souffriraient probablement. d'un autre côté, d'après les données Banque Mondiale, les importations ne représentent que 14,7% du PIB des Etats-Unis (moyenne mondiale de 28% ; 31% en France). les US sont vraiment la tirelire que le monde pille ?
le problème, c'est qu'ils ne savent pas exporter. et que leurs produits sont trop américains (grosses bagnoles, viande aux hormones/malbouffe, etc...) ?
a écrit le 10/06/2018 à 11:03 :
Trump nous montre au combien il est faible et pleutre, sous la pression des six autres membres du G7, il signe un accord et aussitôt éloigné, il se dédie sous un prétexte fallacieux. Poutine qui rêve de reconstituer en partie les anciennes frontières de l'empire soviétique doit en avoir pris bonne note et surtout ne pas regretter le soutien qu'il lui a apporté lors de la campagne des présidentielles américaines.
Réponse de le 10/06/2018 à 11:18 :
Le royaume uni était plus impliqué dans cette election que les Russes, avec GCHQ et tout ça. Tu parle de fake news.
Réponse de le 10/06/2018 à 12:27 :
@BB Le Royaume Uni n'a rien à voir la dedans, il s'agit juste d'une société privée anglaise qui possédait le savoir faire et qui a été utilisée et rémunérée par les équipes de campagne de Trump, nuance.
a écrit le 10/06/2018 à 10:46 :
un mal pour un bien et faire réagir la FRANCE ..( pays le plus taxé au monde)
Réponse de le 10/06/2018 à 11:32 :
Rapport? Encore un commentaire hors sujet comme à peu près la moitié de ceux posté sur les forums.
a écrit le 10/06/2018 à 10:46 :
un mal pour un bien et faire réagir la FRANCE ..( pays le plus taxé au monde)
a écrit le 10/06/2018 à 10:31 :
Tout ça commence à être passablement ennuyeux. J'ai quand même du mal a croire que ces personnes assument les responsabilités qui leur ont été confiées. Sad !
a écrit le 10/06/2018 à 10:28 :
On sent dans l'air que tout redevient possible, pour les petits, les sans grades; que le monde n'est plus figée; que le mondialisme n'est plus une obligation, chose, que le 9/11 a voulue accélérer; que l'UE pourrai disparaître sans faire plus de victime que l'apatride réfugié dans son "paradis" fiscal! On respire!
a écrit le 10/06/2018 à 10:22 :
Les socialistes veulent des règles, qu'ils appliquent en apparence (alibi). Les libéraux veulent des résultats équitables, autrement dit des balances commerciales équilibrées. Obligation de moyen contre obligation de résultat. Deux visions qui ne peuvent se réconcilient qu'en récrivant les règles de façon pratique et non théorique. Il reste beaucoup de travail à faire.
Réponse de le 10/06/2018 à 13:09 :
Les règles qui se veulent purement pratiques sont en général de fausses bonnes idées. La théorie permet de respecter des principes de base, c'est eux qui comptent et pas les petits problèmes d'application à résoudre. Le danger, c'est lorsqu'un chef a une vue étriquée des réalités et manque de culture générale, ce qui l'empêche d'avoir une bonne vision de l'avenir ou, bien sûr, s'il a des principes de base "'dangereux" pour le Peuple parce que liberticides.
a écrit le 10/06/2018 à 10:07 :
Merci Donald pour ce tweet qui j'espère va enfin faire réagir l'Europe qui tortille du cul depuis 40ans et n'avance pas, pour enfin devenir un continent efficient et social en développement et non pas un vassal de cow-boys du 21è siècle !
a écrit le 10/06/2018 à 10:00 :
Trudeau étant le Macron canadien, version béta du produit final de la finance, ce n'est guère étonnant.
Toutefois Trump est loin d'être blanc comme neige.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :