Le Seuil renonce à publier le livre polémique sur le Maroc

 |   |  323  mots
Catherine Graciet se dit victime d'un piège ourdi par le palais royal marocain.
Catherine Graciet se dit victime d'un piège ourdi par le palais royal marocain. (Crédits : reuters.com)
Le livre d'Eric Laurent et Catherine Graciet ne sera pas publié par les éditions du Seuil, dont la sortie était prévue en janvier. C'est la conséquence de l'affaire de chantage et d'extorsion de fonds qui a conduit à la mise en examen des deux journalistes.

Les éditions du Seuil ont annoncé qu'elles renonçaient à la publication du livre d'Eric Laurent et Catherine Graciet sur le Maroc. Les deux journalistes sont actuellement poursuivis pour chantage et extorsion de fonds et ont été placés sous contrôle judiciaire.

La police française prend les journalistes en "flagrant délit"

Ils avaient été interpellés la semaine dernière après avoir un signé un document où ils acceptaient, en échange d'argent, de ne pas publier un ouvrage qui se veut compromettant pour la monarchie marocaine. Mohamed VI avait porté plainte auprès des autorités françaises, ces dernières ont alors mis sous surveillance policière les deux entretiens entre les journalistes et l'avocat du roi. C'est lors du second entretien que les deux journalistes ont signé un document leur permettant de toucher une avance de 40.000 euros chacun, avant d'empocher la somme de 3 millions d'euros.

Depuis, Eric Laurent s'est défendu en réfutant le terme de chantage mais de "tentation". Il explique, dans un entretien au Monde, ne pas avoir été à l'origine de l'offre de transaction, mais que celle-ci provenait du palais royal. Il admet néanmoins avoir cédé à la tentation.

Catherine Graciet dit avoir voulu un scoop

De son côté, Catherine Graciet estime être victime d'une machination ourdie par l'avocat du souverain chérifien. Le souverain marocain n'aurait pas digéré, d'après les proches de la journaliste, son précédent livre, "Le Roi prédateur", où elle démontre comment le Roi du Maroc s'accapare des pans entiers de l'économie de son pays.

D'après elle, il s'agit d'un piège, et si elle a accepté de se rendre à cette réunion et de signer le document l'engageant à ne plus jamais écrire sur le Maroc, c'était aux seules fins de prouver que Rabat corrompait les journalistes. Elle disait ainsi détenir un scoop et une preuve formelle de ces pratiques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/09/2015 à 10:51 :
Je viens enfin de comprendre pourquoi la portion du critique gastronomique est plus conséquente que celle du client lambda.
a écrit le 01/09/2015 à 10:50 :
On s'attaque à la liberté d'informer et cela me rappelle beaucoup de situations , les deux journalistes semblent s'être laissés avoir à moins que l' on en apprenne un peu plus ce qui me semble plausible , à moins que cela devienne une affaire d'état , alors le verrou sera mi
pour des lustres .
a écrit le 01/09/2015 à 9:22 :
Je ne comprend pas que l'on voit ce "journaliste" s'exprimer largement dans les médias depuis 48h alors qu'il est mis en examen ?

Je croyais naïvement qu'il était interdit en France, de s'exprimer publiquement sur une affaire en cours d'instruction ?

Les éléments réunis sont à priori accablants, laissons faire la justice.
a écrit le 01/09/2015 à 6:46 :
Vraiment dommage, très politique tout ça !
a écrit le 31/08/2015 à 22:08 :
Toute cette affaire est puante : Qu'il y ait eu chantage ou pas, qu'il y ait machination ou pas, dans tous les cas ces deux journalistes ont accepté l'argent. Ils ont donc décidé de se rendre complices de tout ce qu'ils dénoncent.
Leur campagne de défense médiatique est encore pire : Ils utilisent chacun leurs copains pour publier leurs justifications, qui de toute manière sont incohérentes. Le Monde est d'ailleurs tombé bien bas en publiant cette interview d'une complaisance à vomir.
Réponse de le 01/09/2015 à 10:38 :
Nous sommes tous complices de ce qui se passe. Nous n'hésitons pas à réélire des personnalités ayant fait l'objet condamnations lourdes. Nous fermons les yeux sur les agissements inappropriés de nos patrons et autres élus. Et ce n'est pas la première fois qu'un livre est acheté par les intéressés sans pour autant que ce soit considéré comme un chantage.
a écrit le 31/08/2015 à 20:17 :
Cette affaire pue la machination à des kilomètres...
a écrit le 31/08/2015 à 18:47 :
nous on voudrait le lire ...
a écrit le 31/08/2015 à 17:24 :
Soyons factuel:
- c'est un flagrant délit,
- les journalistes signent un document les engageant en échange de deux millions d'Euros,
- ils ressortent avec 40000 Euros en poche chacun, comme avance pour prix de leur silence.
Gilles Perrault en son temps a publié "Notre ami, le Roi" qui était à charge contre Hassan II;
Eric Laurent a publié un document hagiographique sur Hassan II
Gilles Perrault a été courageux et, à priori, n'a pas essayé de faire chanter Hassan II.
Pourquoi Eric Laurent a-t-il été laudateur pour Hassan II (contre rémunération?) et devient il aujourd'hui pamphlétaire contre Mohamed VI qui marche sur le sentier tracé par son père avec, sans doute, beaucoup moins de violences contre les individus?
Mohamed VI a refusé de recevoir Eric Laurent - pour un nouvel ouvrage hagiographique qui aurait donc été refusé? Le chantage bien que plus risqué, procure alors le substitut financier attendu.
Eric Laurent piégé? Cela prête à sourire lorsque l'on consulte sa bibliographie qui, à la différence de la Comtesse de Ségur, n'est faite quasiment que d'ouvrages relatant des complots avérés ou supposés. Basculer dans le chantage après de tels "ouvrages" ne paraît alors qu'une tendance naturelle.
Bibliographie d’Eric Laurent :
La Puce et les géants, de la révolution informatique à la guerre du renseignement, Fayard, 1984.
La Corde pour les pendre, Fayard, 1985 : sur le financement du bolchévisme.
Un espion en exil, 1989
Le Dossier secret, 1991 : Ouvrage écrit avec Pierre Salinger pour dénoncer les dessous de la Guerre du Golfe.
Tempête du désert, 1991
Mémoire d'un Roi, 1993 Sous forme d’interview avec le roi Hassan II, cet ouvrage rapporte le point de vue du roi du Maroc sur divers sujets concernant son pays et les relations avec les autres pays.
Moscou à Wall Street, 1994
Les Fous de la paix, histoire secrète d'une négociation, 1994 : Avec Marek Halter, à propos des négociations israélo-palestiniennes.
Henri Konan Bédié, les chemins de ma vie, 1999 : Une hagiographie du président de la Côte d’Ivoire.
Guerre au Kosovo, le dossier secret, 2000
Le Génie de la modération : réflexions sur les vérités de l’islam, 2000 : Un ouvrage écrit avec le roi du Maroc Hassan II.
Le Grand Mensonge, le dossier noir de la vache folle, 2001 : Ou l'on apprend que le nombre de morts dus à Alzheimer est sans doute surestimé, celui des morts liés à l'ESB étant lui sous estimé
La Guerre des Bush, 2003 : étudie les relations de la famille Bush avec l’entourage de ben Laden et avec Saddam Hussein.
Le Monde secret de Bush, 2003 : la religion, les affaires, les réseaux occultes
La Face cachée du 11 septembre, 2004 : réquisitoire contre les ambiguïtés américaines
La face cachée du Pétrole, 2006 : enquête sur les manipulations et les mensonges des pays qui produisent le pétrole et les compagnies qui le vendent. Point de depart d'un documentaire sur Arte diffuse en septembre 2010, et d'une émission de Deux mille ans d'Histoire sur France Inter en septembre 2010.
Bush, l'Iran et la bombe, 2007 Enquête sur une guerre programmée.
La Face cachée des banques. Scandales et révélations sur les milieux financiers, Plon 2009
Le Scandale des délocalisations, Plon, 2011 (ISBN 978-2259212564)6
Le Roi prédateur. Main basse sur le Maroc, avec Catherine Graciet, 2012 (ISBN 978-2021064636)
La Conspiration Wao Yen, Flammarion, février 2013 (ISBN 978-2081271258)
Réponse de le 31/08/2015 à 19:23 :
La prochaine fois lorsque vous arrêteriez un commissaire avec des pots de vain nésiter pas a réclamé son innocence, car il'avais dans sa carrière professionnelle pas mal d'arrestation de stupéfiants et des voleurs

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :