Les petites entreprises représentent près de 70% de l'emploi mondial

 |   |  567  mots
Les estimations établies pour les 99 pays étudiés montrent que 62 pour cent
de l’emploi total relève du secteur informel notent les auteurs du rapport.
"Les estimations établies pour les 99 pays étudiés montrent que 62 pour cent de l’emploi total relève du secteur informel" notent les auteurs du rapport. (Crédits : Reuters)
62% de l'emploi dépend de l'économie informelle dans les 99 pays étudiés par l'organisation internationale du travail (OIT) dans un récent rapport.

Selon un rapport de l'organisation internationale du Travail (OIT) publié le 10 octobre dernier, la contribution à l'emploi total des travailleurs indépendants, des microentreprises et des PME (*) est largement majoritaire dans les 99 pays étudiés (l'Amérique du Nord n'a pas été prise en compte dans l'étude). Elle est estimée à 70% sur l'ensemble des secteurs. "Des différences considérables existent cependant selon les pays et les régions, les groupes de revenus à l'intérieur des pays, les secteurs ou les entreprises formelles ou informelles" expliquent les auteurs du document.

Le travail indépendant très présent dans les pays à bas revenus

L'un des résultats important de cette enquête réalisée à partir de données inédites est que le travail indépendant représente plus de 54% de l'emploi total dans les pays à bas revenu. Viennent ensuite les établissements ayant entre 2 et 9 personnes (environ 35%), les sociétés ayant plus de 50 employés (environ 10%) et enfin les entreprises ayant entre 10 et 49 personnes (environ 5%) dans cette catégorie de pays.

En revanche, dans les pays développés, la situation est opposée. La contribution des indépendants à l'emploi total est minoritaire (10%) alors que celle des établissements ayant plus de 50 salariés représentent 40% des actifs en emploi. Le salariat reste dominant sur le marché du travail dans les pays occidentaux malgré la multiplication des microentreprises en France. Dans l'économie tricolore, 11,7% des personnes qui avaient un emploi sont non-salariées selon de récents chiffres de l'Insee avec une proportion quasi stable depuis des années.

62% de l'emploi total concerne le secteur informel

Le poids du secteur informel dans l'économie mondiale est prépondérant. D'après des chiffres communiqués par l'institution internationale, 62% de l'emploi réside dans le secteur informel des 99 pays étudiés. Evidemment des disparités majeures existent en fonction de la taille et la richesse des pays. Il peut dépasser des niveaux spectaculaires à plus de 90% dans des pays comme Madagascar, le Mali, le Bénin ou la Côte d'Ivoire. À l'opposé, il reste inférieur à 5% dans de nombreux pays en Europe comme la Belgique, le Luxembourg ou le Danemark.

"La part dans l'emploi du secteur informel est inversement corrélée avec le revenu par habitant, puisqu'elle varie de moins de 5 pour cent dans plusieurs pays à revenu élevé à plus de 90 pour cent dans beaucoup de pays à faible revenu" résume l'OIT.

Dans le secteur informel, les femmes sont bien plus exposées que les hommes à des situations de vulnérabilité selon l'étude. Si on retrouve plus souvent des hommes dans l'économie parallèle, les femmes occupent des postes de travail domestique comme le travail à domicile ou les aides de famille. "Les pays en développement ont une plus forte proportion de femmes dans l'emploi informel que les hommes. Sur le continent africain, 89% des femmes occupant un poste sont employées dans l'économie informelle". Par secteur, l'agriculture occupe une place importante dans l'économie informelle. "La majorité des travailleurs sont indépendants et sont presque tous employés dans le cadre d'arrangements informels" indique l'OIT.

> Lire aussi : Deux milliards de personnes travaillent dans l'économie informelle

(*) L'organisation internationale du travail a une typologie spécifique pour classer les entreprises en fonction de leur taille. Les microentreprises (2 à 9 salariés), les petites entreprises (10 à 49 salariés) et les moyennes et grandes entreprises (50 salariés ou plus

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/10/2019 à 20:46 :
Ah bon, pourtant ce ne sont pas ceux qu'en France en particulier sont financées pour permettre de recruter... Les micros entreprises plus de 50% des "entreprises" donc cela dit aussi en terme de représentation, j'ai encore l'impression que nous sommes dans une royauté d'entreprises ou finalement ce n'est pas le principe de la loi, mais le principe de volume.

Vous prenez le CICE et les sommes plus 20% et vous avez de l'autre côté une baisse des financements pour l'emploi..... C'est cool la vie !! alors 30 milliards pour un individu en une année, well, nous pouvons tout imaginer, surtout si vous n'avez point de contraintes mon seigneur !!!!

Alors le monde ira de fait de plus en plus devant la conflictualité moins de gâteau ....
a écrit le 14/10/2019 à 8:47 :
Article maladroit puisque amalgamant petites entreprises et économie informelle comme si les petites entreprises étaient forcément de l'économie informelle alors que pas du tout.

Ce n'est même plus de l’instrumentalisation de chiffres c'est carrément s'y perdre.
a écrit le 14/10/2019 à 8:33 :
bref, les salaries ultralaborieux neo exploites sur leur dos vole gagnent plus que les ultracapitalistes ultrariches
au passage, ca me rappelle attali
il disait dans son bouquin revistant marx que le salariat ( le truc ou le capitaliste avec un haut de forme exploite un syndicaliste de l'industrie petroliere a 6000 euros par mois pour25 heures de travail voire moins) c'etait pas si mal pour bcp de gens et que a force de le deomlir certains allaient devoir creer leur propre boulot
quand on voit qu'un chauffeur uber gagne 1300 euros pour 14 heures de travail, on se dit qu'on devrait les envoyer se comporter comme des goodyear au siege des nsoumis et du ps...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :