Au Liban, Macron aurait fait circuler une "feuille de route des réformes"

Audit de la banque centrale, nomination d'un gouvernement provisoire, élections législatives anticipées... le président Macron aurait fait passer la liste de ses propositions aux milieux politiques libanais. L'Élysée dément. Le président français est cependant attendu le 1er septembre à Beyrouth.

4 mn

Emmanuel Macron en visite au Liban le 6 août 2020, deux jours après la double explosion qui a dévasté (le 4 août) le port de Beyrouth et une partie de la capitale, faisant au moins 180 morts et 6.000 blessés. Le président français doit se rendre à nouveau au Liban dans quelques jours, le mardi 1er septembre.
Emmanuel Macron en visite au Liban le 6 août 2020, deux jours après la double explosion qui a dévasté (le 4 août) le port de Beyrouth et une partie de la capitale, faisant au moins 180 morts et 6.000 blessés. Le président français doit se rendre à nouveau au Liban dans quelques jours, le mardi 1er septembre. (Crédits : Reuters)

Une feuille de route résumant les souhaits du président Macron pour l'avenir du Liban, que l'Élysée dément avoir distribuée, circulait dans les milieux politiques à Beyrouth mercredi, à une semaine de la visite du président français.

Ce document de deux pages, qui aurait été transmis par l'ambassadeur de France à Beyrouth selon une source politique libanaise -et que Reuters a pu consulter-, évoque notamment un audit de la banque centrale, la nomination d'un gouvernement provisoire en mesure de mettre en œuvre en urgence des réformes et des élections législatives anticipées dans un délai d'un an.

"Aucun document n'a été fourni aux partis libanais", a déclaré une source à l'Élysée.

Lire aussi : Corruption, dévaluation, absence de réformes: les maux qui agitent le Liban depuis près d'un an

Situation économique critique et colère populaire

Alors que l'État libanais est en défaut sur sa dette et que la livre chute depuis des mois, le gouvernement libanais actuel n'est pas parvenu à conclure un accord avec le Fonds monétaire international (FMI) malgré des mois de discussions, en raison notamment de désaccords sur les réformes et sur l'ampleur des pertes à faire assumer au secteur bancaire.

En poste depuis janvier, le gouvernement a annoncé sa démission peu après l'explosion du port de Beyrouth, le 4 août, qui a fait au moins 180 morts et 6.000 blessés et qui a détruit une partie de la capitale, ravivant la colère populaire contre une élite politique accusée d'être à la fois corrompue et inefficace.

Les recommandations de Le Drian sur RTL ce matin

"Il faut qu'un gouvernement se reconstitue parce qu'il y a urgence, une urgence à la fois humanitaire et sanitaire (...), et une urgence politique, si on veut que ce pays tienne, parce que le risque aujourd'hui, c'est la disparition du Liban", a déclaré Jean-Yves Le Drian sur l'antenne de RTL.

Emmanuel Macron est attendu le 1er septembre à Beyrouth. Selon une source diplomatique, il cherche à convaincre les autorités libanaises de former un gouvernement d'experts à même de réformer et de restaurer la confiance de ses concitoyens comme celle des donateurs, près d'un mois après la double explosion qui a dévasté le port de la capitale et une partie de la ville.

La Banque du Liban prête à un audit par la Banque de France

Mardi 25 août, le site d'information Arab News rapportait que le gouverneur de la banque centrale libanaise, Riad Salamé, a déclaré soutenir la proposition d'Emmanuel Macron de dépêcher à Beyrouth des experts de la Banque de France pour auditer la Banque du Liban.

Le président français avait fait cette proposition lors de sa visite éclair au Liban au début du mois (le 6 août) après la double explosion au port de Beyrouth, disant vouloir ainsi favoriser les progrès dans les discussions entre les autorités libanaises et le Fonds monétaire international (FMI).

"Nous l'accueillons favorablement", a assuré Riad Salamé à Arab News, un site détenu par des capitaux saoudiens.

"La décision relève de la Banque de France, mais nous sommes prêts à accueillir ces experts quand ils le souhaitent."

Le gouverneur de la Banque du Liban a également déclaré que la banque centrale ne pouvait pas puiser dans ses réserves obligatoires pour financer les importations au-delà d'un certain seuil.

Renchérissement des importations et risque de pénuries

Reuters a appris la semaine dernière de source officielle que la Banque du Liban ne pourrait financer les subventions sur les prix des carburants, du blé et des médicaments que pendant trois mois, faute de réserves de change suffisantes.

En juillet, d'autres sources avaient estimé ces réserves à 18 milliards de dollars.

La catastrophe du 4 août au port de Beyrouth, qui a fait au moins 180 morts et détruit une partie de la capitale, a accentué la crise financière qui a éclaté l'an dernier et a fait chuter la valeur de la livre libanaise, renchérissant des importations dont l'économie est très dépendante.

Le taux de change officiel de 1.507,5 livres pour un dollar américaine reste toutefois en vigueur afin d'empêcher une envolée des prix des produits de première nécessité. Les banques commerciales ont parallèlement gelé les avoirs en dollars de leurs clients et empêchent depuis fin 2019 les transferts à l'étranger pour éviter une fuite des capitaux.

"La Banque du Liban fait de son mieux, mais elle ne peut pas utiliser les réserves obligatoires des banques pour financer le commerce", a dit Riad Salamé à Arab News. Une fois que nous atteignons le seuil de ces réserves, nous sommes obligés de ne plus financer. Mais nous sommes en passe de créer d'autres moyens de financement."

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 30/08/2020 à 8:42
Signaler
Je trouve assez hallucinant qu'un pays comme le notre où la 5ème république a perdu toute crédibilité de part le type de candidats qui se partage le pouvoir et détruisent notre république en la transformant en monarchie avec un président mal élu puis...

à écrit le 28/08/2020 à 10:18
Signaler
Peut etre, pour commencer, pourrait on analyser la véracité d'une video amateur qui circule, montrant un missile impacter le port de Beyrouth et déclenchant ainsi la seconde explosion extraordinaire.

à écrit le 28/08/2020 à 6:11
Signaler
Notre pays qui donne des leçons de bonne gouvernance à un état souverain, on croit rêver. Cela va accréditer la perception qu'on de la France à l'étranger, celle d'un pays et d'un peuple arrogant et imbu de lui même. La France dans son état actuel ...

à écrit le 27/08/2020 à 19:47
Signaler
Son pays est à feu et à sang, les banlieues sont hors de tous contrôle, les policiers et gendarmes sont épuisés physiquement et moralement, l'anarchie règne sur les comptes de la sécu qui a pour info 14 millions de centenaires en vie sur ses listings...

à écrit le 27/08/2020 à 17:49
Signaler
Incroyable, nos banlieues sont hors contrôle, on est obligé de quasiment reconfiner la France et on veut s'occuper du Liban. La Corrèze avant le Zambèze,

à écrit le 27/08/2020 à 16:45
Signaler
Je crois que le gouvernement ne se rend même pas compte de l'effet catastrophique d'une telle ingérence. L'énarchie est d'une telle arrogance, d'une telle fatuité égocentrique qu'elle retombe systématiquement dans ses réflexes colonialistes.

à écrit le 27/08/2020 à 16:19
Signaler
Ahhh cela fleure bon le bon temps des colonies.... Cher libanais Repetez: Nos ancetres les gaulois...

le 27/08/2020 à 18:15
Signaler
Jusqu'à son indépendance en 1943, le pays fut sous la domination de plusieurs grandes puissances étrangères, qui marquèrent plus ou moins durablement le pays : les Perses, les Assyriens, les Grecs (Macédoniens), les Romains, les Arméniens, les Grecs ...

à écrit le 27/08/2020 à 14:57
Signaler
Vous avez dit le retour de Napoléon!

à écrit le 27/08/2020 à 14:30
Signaler
Tout ce qu'il ne peut pas imposer en France parce qu'inadapté, il veut l'essayer ailleurs pour se convaincre d'avoir un peu raison!

à écrit le 27/08/2020 à 13:33
Signaler
Qu'il commence par rétablir l'ordre en France !!!!!! qu'il rectifie notre endettement !!!! qu'il abolisse t certains privileges ETC Apres il pourra donner des lecons Comme disait un colonel de Monthery On s'impose pas ses compétences par en cir...

à écrit le 27/08/2020 à 12:38
Signaler
typiquement francais! la france qui n'a fait aucune reforme depuis hollande va dire aux autres ce qu'ils doivent faire! non seulement c'est vexant pour les libanais, et en plus les allemands se disent que les francais se moquent vraiment du monde! ...

à écrit le 27/08/2020 à 12:03
Signaler
Des réformettes de serviteurs de marchés financiers déplorablement faibles mais bon ils verront bien hein, ils sont tous tellement déconnectés de la réalité qu'ils ne voient pas que ce qui pourrait d'abord et avant tout calmer le peuple de ce pays se...

à écrit le 27/08/2020 à 11:59
Signaler
Il est mignon notre président ils proposent une serie de reformes à faire au liban (bravo l'ingérence) alors même qu'il n'est pas capable de faire de vraies reformes pour la france ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.