Liban : L'Orient-Le Jour, un quotidien face à la catastrophe, lance un appel

 |  | 1222 mots
(Crédits : L'Orient-Le Jour)
Au lendemain de l'explosion meurtrière qui a eu lieu à Beyrouth et face à la gravité de la crise économique que traverse le Liban, La Tribune a interrogé le groupe de presse qui édite le premier quotidien francophone du pays ainsi qu'un mensuel économique. Fragilisé comme toutes les entreprises qui y sont basées, L'Orient-Le Jour dédie sa plateforme d'achats à la collecte de dons en soutien aux victimes de la catastrophe.

Il était « 18h05 », heure locale, à Hamzieh, une banlieue située dans le sud de Beyrouth lorsque les journalistes de L'Orient-Le Jour ont ressenti la première secousse. Sur les trois étages qu'occupe le quotidien libanais francophone, l'activité se fige pendant quelques secondes. « On a senti comme un tremblement de terre. On a tous raccroché nos téléphones », raconte, encore émue, Hanaa Jabbour, la directrice marketing du média progressiste né de la fusion en 1971 entre L'Orient et Le Jour. Depuis des mois, le deuxième journal du pays soutient ouvertement la révolution libanaise qui agite le petit État du Proche-Orient qui croule aujourd'hui sous une dette de 92 milliards de dollars, soit 170% de son PIB.

Malgré les huit kilomètres qui séparent l'immeuble du journal du port sinistré, les cadres fixés au mur tombent : « A la deuxième déflagration, c'était indescriptible. J'ai vécu ici la guerre de 2006... le bombardement israélien. Pendant quelques secondes, on y a tous repensé, les images sont revenues », raconte la chargée du marketing qui explique à La Tribune avoir transformé, le lendemain de la catastrophe, le site e-commerce détenu par le média en une plateforme de collecte de dons pour un lectorat issu « à 80% de l'international, et 20% du Liban, car de moins en moins francophone ».

Bien avant l'explosion qui a fait 137 morts à ce jour et plus de 5.000 blessés, le média sait que sa survie dépend, comme tout le pays, de l'aide extérieure. Avec un tirage de son quotidien à 15.000 exemplaires, il revendique également « 1 million de visiteurs uniques par mois en moyenne » sur son site. Pour affronter la crise de la presse et celle qui agite le pays, L'Orient-Le Jour, qui édite également le mensuel économique Le Commerce du Levant, compte exclusivement sur les fonds d'investisseurs privés, avec « près de 90 % du capital détenu par quatre groupes familiaux Eddé, Choueiri, Pharaon et Rizk », précise la société qui emploie 60 journalistes. Toutes sont des familles actionnaires de la Société Générale de Presse et d'Édition SAL, et ont gardé un lien avec la France et la francophonie.

Sans ses actionnaires, la survie du média, - à l'image de l'économie nationale - tient à un fil, avec une livre libanaise qui a perdu 80% de sa valeur depuis la révolte de l'automne 2019. « Clairement, on fonctionne à pertes. On a une dévaluation massive, tandis que le papier du journal est importé. Sans compter un effondrement du pouvoir d'achat : c'est tout le pays qui est dans cette équation car le Liban importe beaucoup. Pour nous, le seul moyen de s'en sortir, c'est le numérique », confie à La Tribune Sahar Al Attar, la rédactrice en chef du Commerce du Levant.

Comme tout média en quête de monétisation, il a fait le pari du modèle de l'abonnement depuis 2014. Afin de garder, comme l'assure le marketing, « une indépendance et de n'être affilié à aucun parti politique comme la plupart des journaux ici ». « On a soutenu la révolution anti-corruption, on veut un Etat de droit », martèle la directrice marketing.

D'une campagne de soutien à une autre

Car depuis la situation s'est dégradée plus rapidement que prévu et les sources de revenus médias se tarissent une à une. « On a plus de partenariats, plus de publicités et la partie commerciale n'existe aujourd'hui presque plus », raconte Hanaa Jabbour. Pour continuer à assurer sa mission d'information, le média a donné un accès libre à ses articles pendant les révoltes.

Il compte aussi donner un large écho à sa mission d'information. D'abord prévue pour soutenir directement l'indépendance du journal via des dons de ses lecteurs en novembre 2019, la plateforme e-commerce accueille désormais des financements pour venir en aide aux ONG qui interviennent auprès d'une population traumatisée par l'explosion du 4 août. De « Ensemble, construisons le Liban de demain », le campagne de micro-dons est ainsi devenue « Ensemble, reconstruisons Beyrouth », en partenariat avec "Impact Lebanon", « une organisation enregistrée à Londres, dirigée par des personnes de la diaspora libanaise », détaille Hanaa Jabbour.

Dans un pays gangréné par la corruption, le journal se porte garant de la destination des fonds : « Cette organisation à but non lucratif a lancé une campagne visant à collecter des donations de la diaspora pour ensuite les distribuer à des ONG sélectionnées selon une série de critères précis. L'ONG doit être enregistrée au Liban, apolitique, dénuée de toute revendication ou affiliation communautaire, être engagée dans l'aide aux victimes du 4 août. Les ONG identifiées pour le moment sont : La Croix Rouge libanaise, arcenciel et Offre Joie. L'objectif est aussi d'identifier d'autres ONG qui œuvrent actuellement sur le terrain », précise le journal sur son site. Et d'assurer : « L'Orient-Le Jour veillera à ce que l'argent soit distribué équitablement et s'engage à rendre le bilan public ».

D'ailleurs, le quotidien assure être le seul organe de presse du pays à indiquer ses sources de financements, mais se veut discret sur son nombre d'abonnés. « Il n'y a pas cette transparence ici », explique-t-on.

Cette omerta est surtout une difficulté majeure pour le travail des journalistes économiques. « On navigue dans un environnement complètement opaque. On a très peu de statistiques au niveau national. Les administrations centrales ne donnent aucune information. Il n'y a pas eu un seul point presse pour faire un point sur l'enquête », indique Sahar Al Attar. « Nos seules sources sont le secteur privé mais c'est difficile car il y a des conflits d'intérêts ». Et de raconter :

« Électricité, déchets, tous les grands secteurs... c'est en fonction de ce que le ministre veut bien nous donner comme informations; le politique ce n'est évidemment pas un discours neutre. Il est très difficile de parler de la réalité économique et sociale du pays. Aujourd'hui, le public s'ouvre à l'économie à cause de la situation, alors que nous n'avons jamais cessé de l'écrire depuis 2016 !  Mais on était dans le déni. Les banques ont aussi beaucoup noyauté les journalistes pour entretenir l'idée que tout allait bien. »

Pour Sahar Al Attar, qui a travaillé un an au ministère de l'Économie libanais avant de revenir, « écoeurée », au journalisme économique, la crise libanaise ne relève pas avant tout de son domaine de prédilection.

« C'est d'abord un problème de gouvernance. Les solutions économiques sont là. Les plans de réformes des grands secteurs sont connus depuis vingt ans. Le diagnostic est déjà fait. Ce système repose sur le clientélisme et la corruption; ils sont accrochés à leur sièges, à leur privilèges, espérant encore et toujours des capitaux étrangers pour refinancer. Aujourd'hui, le Liban est à genoux. Le système noie la responsabilité, il n'y a aucune notion d''accountability'(contrôle et responsabilisation ndlr)", oppose la rédactrice en chef.

Concernant le média et l'information économique, une lueur d'espoir venant de l'étranger est possible : « Avant, la diaspora ne s'intéressait pas vraiment à la crise, notre mensuel était assez de niche. C'est en train de changer», observe-t-elle.

Lire aussi : Corruption, dévaluation, absence de réformes: les maux qui agitent le Liban depuis près d'un an

__

[La Tribune se joint au quotidien francophone pour relayer la plateforme de récolte de dons]

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/08/2020 à 15:32 :
Rien ne prouve que c’est accident involontaire.
Pourquoi ils ont refusés l’enquête ?
Il est possible de regarder les images satellites avant l’explosion pour comprendre ce qu’il s’est passé réellement.( avec la technologie actuelle , il est possible de tout faire pour comprendre les causes)
a écrit le 08/08/2020 à 16:23 :
Ce serait bien qu'un modérateur fasse le ménage sur l'article concernant la menace agro-industrielle, responsable de la mort directe de 159 personnes, merci.

https://www.latribune.fr/economie/france/nitrate-d-ammonium-la-france-representait-8-de-la-consommation-mondiale-en-2017-854513.html
a écrit le 07/08/2020 à 20:35 :
il faut etre vraiment desesperé pour demander a etre placé sous protectorat francais
comme le souhaite certain libanais ( le figaro ).
Réponse de le 08/08/2020 à 13:24 :
Macron a dû comprendre que 2022 en France c'est mort, du coup il vide nos caisses pour remplir celle du Liban et se présentera à leur prochaine présidentielle... Valls est retourné chez lui en Espagne Macron partira probablement de France après un tel désastre quinquennal.
Réponse de le 11/08/2020 à 22:27 :
Il me semble que le temps n'est pas à la polémique, mais à l'entraide, c'est une question de vie !
C'est pareil pour les autres commentaires.
a écrit le 07/08/2020 à 17:06 :
A ces niveaux de destruction , il faut savoir tirer la prise et débrancher .
Tant pis pour eux mais l'Europe a autre chose à faire : s'occuper de ses populations d'abord . Nous n'avons pas vocation à panser touites les plaies du monde , pour etre ensuite accusés de colonialisme .
a écrit le 07/08/2020 à 15:52 :
On fait grand cas du Liban, c'est vite oublier que l'aide internationale est régulièrement détournée dans d'autres pays du monde, pour des montants dépassant l'entendement (plusieurs milliards). Et pourtant cette aide est toujours versée... Carlos, sort de ce pays
a écrit le 07/08/2020 à 13:49 :
Si l'aide internationale généreuse annoncée, y compris celle de la diaspora arrive en ordre dispersée, sans aucune coordination par ex de l'ONU ou d'un leader charismatique reconnu de la ste civile, il est à craindre qu'elle se perde ds les méandres de cet Etat deliquescent corrompu par le clientélisme communautaire et affairiste, pouvant raviver les attentats et conduire à nouveau à la guerre civile.
Cette catastrophe peut être un électrochoc salutaire qui peut faire évoluer ou émerger une conscience populaire commune ds le malheur et la détresse sociale, au delà des clivages ethniques et religieux, où chiites, sunnites, alaouites, druzes, chrétiens...se retrouvent enfin pour une fois unis et solidaires ds un même bateau face à la tempête.
a écrit le 07/08/2020 à 10:29 :
IL fallait envoyer Bayrou à Beyrouth !
Bayrou de secours !
a écrit le 07/08/2020 à 10:12 :
Massacrer la classe dirigeante ou périr sous la corruption et la cupidité maladive de celle-ci. Les solutions sont restreintes.
a écrit le 07/08/2020 à 6:11 :
Carlos Ghosn peut participer à la reconstruction du Liban. Le milliardaire franco-libanais Iskandar Safa peut aussi faire beaucoup,il aura juste quelques milliards en moins et, les 2 ne viendront plus nous faire ch**r en Europe ! Ces personnes n'ont pas de pays, elles n'aiment aucun pays, l'argent seul les intéresse !! Je vais voir ce que je peux faire pour le journal, et pour le reste je connais un économiste hétérodoxe qui écrit d'ailleurs pour La Tribune.
Réponse de le 07/08/2020 à 15:31 :
N'ayons pas d'idées arrêtés ou définitives sur les gens.
Regardez la métamorphose de Bill Gates, un vrai loup capitaliste prédateur des années 90-2000, mis au ban de l'opinion occidentale à cette époque et ce qu'il est devenu en qcqs années, comme le plus gd philanthrope de notre tps.
a écrit le 07/08/2020 à 4:24 :
Une seule solution pour installer une repoublique au Liban.
Que micron y envoie l'armee francaise pour y restaurer le protectorat.
a écrit le 07/08/2020 à 2:27 :
Un etat de droit au pays du cedres !
On peut rever encore longtemps.
Detruire le hezbollah serait la premiere chose a faire, ce qui est impossible puis organiser de reelles elections, autant dire inimaginable.
a écrit le 06/08/2020 à 22:06 :
Je n'ai lu que l'entrée en matière sachant que le reste n'est que remettre en route la rente préexistante pour rassurer tout le monde en fin de mois!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :