Malgré le coronavirus, les Etats-Unis et la Chine promettent de ne pas relancer la guerre commerciale

 |   |  649  mots
(Crédits : Reuters)
Après plus de quatre mois de silence, les négociateurs des deux pays se sont engagés vendredi, lors d'un entretien téléphonique, à mettre en oeuvre leur accord commercial "de phase une".

Ils s'écharpent à propos du coronavirus mais s'entendent quand même sur l'économie: Chinois et Américains ont repris langue vendredi pour promettre d'appliquer leur accord commercial préliminaire, difficilement acquis en début d'année.

Donald Trump, candidat à sa réélection en novembre prochain, a pu faire craindre la semaine dernière une reprise de la guerre commerciale qui a opposé les deux géants du Pacifique depuis la mi-2018.

Mais après plus de quatre mois de silence, les négociateurs des deux pays se sont engagés vendredi, lors d'un entretien téléphonique, à mettre en oeuvre leur accord commercial "de phase une".

Après presque deux années de guerre commerciale à coups de droits de douane punitifs, les deux premières économies mondiales ont signé cet accord en janvier, juste avant la mise en quarantaine de la ville chinoise de Wuhan, berceau de l'épidémie de Covid-19.

Aux termes de cet accord, l'administration Trump s'est engagée à surseoir à toute nouvelle hausse de droits de douane. Les Chinois de leur côté ont promis d'accroître de 200 milliards de dollars sur deux ans leurs achats de produits américains par rapport au niveau de 2017.

Mais depuis, la pandémie, qui paralyse l'économie mondiale, a pu mettre en doute la capacité de la Chine à tenir sa promesse. Au point que le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin a averti lundi qu'il y aurait "des conséquences très importantes" si Pékin n'honorait pas sa part du contrat.

D'où l'importance du coup de fil qui a réuni vendredi (jeudi heure de Washington) le négociateur chinois Liu He, vice-Premier ministre, et M. Mnuchin ainsi que Robert Lighthizer, représentant pour le Commerce.

Les deux parties ont convenu "qu'en dépit de la crise sanitaire mondiale en cours, les deux pays rempliront entièrement en temps et en heure leurs obligations prises dans le cadre de l'accord", ont rapporté dans un communiqué les services de M. Lighthizer.

"Les deux parties ont estimé que des progrès étaient réalisés en vue de créer les infrastructures publiques nécessaires à la réussite de l'accord", selon la même source.

Les deux capitales se sont dites prêtes à "tout faire pour créer une atmosphère favorable à la mise en oeuvre de leur accord économique et commercial préliminaire, en vue de parvenir à des résultats positifs", a abondé de son côté le ministère chinois du Commerce.

Menaces de Trump

Des signaux positifs qui tranchent avec les échanges acerbes entre les deux pays au sujet du Covid-19. Donald Trump en personne a menacé la semaine dernière d'appliquer de nouvelles sanctions commerciales à la Chine, l'accusant d'être responsable de l'épidémie et de ses conséquences économiques.

Son secrétaire d'Etat Mike Pompeo a évoqué dimanche des "preuves immenses" selon lesquelles le virus serait parti d'un laboratoire de Wuhan. Des déclarations jugées "démentes" par la télévision publique chinoise.

La pandémie a donné en tout cas un coup d'arrêt à l'économie mondiale. Si l'activité redémarre en Chine à la faveur d'une quasi-disparition de la contagion, la chute de la demande en Europe et en Amérique du nord est de mauvais augure pour les exportations de Pékin.

Contre toute attente, ces dernières se sont redressées de 3,5% le mois dernier, selon des chiffres publiés jeudi, après un plongeon de 17,2% en début d'année. Les ventes de Pékin à l'étranger ont pu être aidées par la flambée des exportations de matériel médical pour combattre l'épidémie.

Mais les importations ont reculé de 14,2% en avril. "Les livraisons en provenance des Etats-Unis restent loin en-dessous des niveaux nécessaires pour respecter l'accord" commercial avec Washington, souligne l'expert Nick Marro, du cabinet Economist Intelligence Unit.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/05/2020 à 9:29 :
"Malgré le coronavirus"

C'est à cause du virus qu'ils dont une pause, par ailleurs les USA prennent 150 milliards par an des chinois en ces temps de crise profonde c'est déjà très bien.
a écrit le 09/05/2020 à 12:28 :
Trump est en campagne, son bilan est en train de couler et sa seule bouée de sauvetage c'est de jouer sur la xénophobie , spécialement anti-chinoise.

Ça va continuer comme cela jusqu'à la fin. Xi n'attend plus rien des USA jusqu'au remplacement de moumoute blonde par un type plus équilibré.

De toutes façon la Chine est en position de force. Elle est sur la voie du retour à la normale alors que les USA sont encore dans la descente en enfer, et les masques sont en Chine.
a écrit le 08/05/2020 à 17:11 :
"des "preuves immenses" selon lesquelles le virus serait parti d'un laboratoire de Wuhan". Sauf que tous les laboratoires installés en Chine de sont pas forcément sous gouvernance chinoise. Les immenses catastrophes de Seveso ou Bhopal, dont les conséquences furent moindres, le démontrent.
a écrit le 08/05/2020 à 11:58 :
Le jeu du menteur est assez simple. Vous posez votre carte sans dévoiler sa valeur puis vous annoncez sa valeur prétendue. Votre adversaire peut soit accepter votre annonce, soit vous traitez de menteur. Dans le premier cas, le jeu continu et c'est au tour de l'adversaire de poser une carte, dans le second cas, on affronte la réalité en retournant la carte forçant chacun à assumer son choix. En l'occurrence, Xi et Trump, ont décidé d'accepter l'annonce de l'autre. Le jeu peut continuer.
a écrit le 08/05/2020 à 10:33 :
Comme quoi, un peu de business et on oublie tout ! De toutes manières les morts ne votent qu'au Ciel.
Réponse de le 10/05/2020 à 9:29 :
"De toutes manières les morts ne votent qu'au Ciel"

Quand je parle de "messe" hein... -_-

Vous faites peur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :