"Nouvelles routes de la soie" : grave menace ou opportunité unique pour le climat ?

Un rapport d'un think tank chinois alerte sur l’impérative nécessité de verdir les investissements dans les infrastructures énergétiques ou de transports des "Nouvelles routes de la soie", dont l'impact climatique s’étalera sur des décennies.
Dominique Pialot

2 mn

L'impact des infrastructures construites dans le cadre des nouvelles routes de la soie sur le climat durera pendant des décennies.
L'impact des infrastructures construites dans le cadre des "nouvelles routes de la soie" sur le climat durera pendant des décennies. (Crédits : Reuters/Philippe Wojazer)

Ce sera quitte ou double. Selon un rapport du centre chinois Tsinghua pour la finance et le développement, Vivid Economics et la fondation ClimateWorks, les investissements dans les « nouvelles routes de la soie » décidés aujourd'hui pourraient réduire à néant tout espoir de respecter l'accord de Paris sur le climat. Ou, à l'inverse, servir de socle pour une large bascule vers des infrastructures vertes et résilientes.

Les pays 126 ayant rejoint l'initiative lancée par la Chine en 2013 devraient y investir plus de 12.000 milliards de dollars, essentiellement dans des infrastructures énergétiques ou de transports. Réalisés selon les critères qui ont prévalu jusqu'à maintenant, ces investissements financeraient des projets fortement émetteurs de gaz à effet de serre pour au moins les 50 prochaines années. Cela provoquerait une hausse moyenne des températures mondiales de +2,7°C par rapport à l'ère pré-industrielle, quand bien même le reste du monde respecterait une feuille de route compatible avec la hausse de +2°C maximum prévue par l'accord de Paris. Les auteurs de l'étude s'inquiètent notamment de certains projets de barrages et de centrales à charbon.

Réduction de 68% des émissions de CO2

Au contraire, en appliquant les meilleures pratiques aujourd'hui en vigueur, les émissions générées par ces projets pourraient être inférieures de 39% à ce qui se fait aujourd'hui.

Mais cela ne suffirait toujours pas puisque selon les calculs du think tank, c'est une baisse de -68% d'ici à 2050 qui serait nécessaire.

Ces chiffres proviennent de l'analyse et de la modélisation de l'empreinte carbone des infrastructures développées dans une quinzaine de pays ayant signé un accord de coopération avec Pékin.

Cependant, les « nouvelles routes de la soie » concernant 60% de la population mondiale et un quart du PIB (hors Chine), l'initiative pourrait au contraire constituer une formidable base pour opérer une bascule vers des investissements et des infrastructures durables.

Approche financière traditionnelle inopérante

Selon les auteurs, seul un verdissement de la finance mondiale permettrait d'exploiter cette opportunité. En effet, alors que les réglementations climatiques sont rares et plus rarement encore appliquées, une approche d'investissement traditionnelle par le risque serait inopérante pour des investissements essentiellement publics et dérisqués par des institutions financières internationales.

Ils préconisent donc de promouvoir largement la finance verte, par exemple par le biais d'une plateforme internationale hébergée par les Nations unies, incitent les investisseurs du monde entier à adopter les « green investment principles » élaborés par la Chine et le Royaume-Uni et poussent la Chine à appliquer aux « nouvelles routes de la soie » ses exigences environnementales, notamment en matière d'empreinte carbone et de transparence sur le sujet.

Surtout, ils alertent sur l'urgence de ces décisions. Ils rappellent en effet que l'empreinte carbone des infrastructures construites aujourd'hui, dont l'impact durera pendant plusieurs décennies, dépendra avant tout de la façon dont elles auront été conçues, construites puis mises en service. Ce qui se décide en ce moment même.

Dominique Pialot

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 03/09/2019 à 16:38
Signaler
Un think tank chinois?!!! je croyais qu'ils n'avaient pas la liberté d'expression? je trouve le terme étrange, un anglicisme dans un pays ou la liberté d'expression semble difficile, et qui pour le coup permet de se poser la question suivante: "sont ...

à écrit le 03/09/2019 à 14:20
Signaler
la réponse se trouve dans le livre de mr Pierrfitte (le péril jaune)

à écrit le 02/09/2019 à 18:38
Signaler
"Nouvelles routes de la soie" Et les chenilles processionnaires.

à écrit le 02/09/2019 à 17:53
Signaler
Ah une opportunité ! j'ai toujours rêvé de péter dans la soie !

le 02/09/2019 à 20:52
Signaler
@Alban Péter sûrement, dans la soie, pas sûr.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.