Nouvelles routes de la soie : Philippe veut des projets "transparents"

Edouard Philippe a plaidé samedi pour que les projets d'infrastructures issus de l'initiative chinoise des "Nouvelles routes de la soie" soient "transparents" afin que des entreprises françaises "puissent y participer", lors d'une visite au port en eaux profondes de Shanghaï.

3 mn

La visite de M. Philippe a enfin été l'occasion de signer un accord de coopération entre le port de Marseille et celui de Shanghaï qui porte sur des échanges d'expériences et de bonnes pratiques.
La visite de M. Philippe a enfin été l'occasion de signer un accord de coopération entre le port de Marseille et celui de Shanghaï qui porte sur des échanges d'expériences et de bonnes pratiques. (Crédits : Stephane Mahe)

Il y a pour lui des opportunités pour l'économie française. Edouard Philippe a plaidé samedi pour que les projets d'infrastructures issus de l'initiative chinoise des "Nouvelles routes de la soie" soient "transparents" afin que des entreprises françaises "puissent y participer", lors d'une visite au port en eaux profondes de Shanghaï. Après s'être fait présenter un terminal entièrement automatisé de ce port "impressionnant" où ont transité en 2017 750 millions de tonnes de marchandises, le Premier ministre a souligné l'"enjeu considérable pour l'Europe, pour la France, à être au coeur des routes du trafic maritime mondial".

A bord du Theodore-Roosevelt, un porte-conteneurs géant du groupe français CGA CGM, l'ancien maire du Havre est ainsi revenu sur l'initiative de Nouvelles routes de la soie (également appelée "Une ceinture, une route"), estimé à quelque 1000 milliards de dollars, et qui vise notamment à bâtir des lignes de communication routières, ferroviaires et maritimes partout dans le monde afin de faciliter les échanges avec la Chine. "Les routes de la soie, c'est une vision d'organisation et de développement du trafic maritime. De ce point de vue, c'est évidemment un très bon projet, nous l'accompagnons", a déclaré M. Philippe.

"Soutenabilité financière"

"Mais nous souhaitons qu'il puisse être transparent, que l'ensemble des entreprises françaises qui sont intéressées, puissent y participer. Nous souhaitons aussi qu'il s'inscrive dans la logique (...) de l'Accord de Paris, c'est à dire un commerce mondial plus respectueux des enjeux de protection du climat", a-t-il poursuivi en évoquant également des enjeux de "soutenabilité financière". Cette initiative chinoise soulève en effet la question de l'ambition politique du pays, chaque projet étant autant d'outil de soft power, définissant une vision de la mondialisation à la chinoise. L'Europe cherche encore une réponse unifiée en la matière, alors que certains pays d'Europe de l'Est, Hongrie en tête, ont signé un protocole d'accord avec la Chine.

"L'enjeu est d'avoir une position commune. Plus nous sommes unis, plus nous sommes forts (...) et plus nous sommes entendus", a exhorté M. Philippe, dont la visite est concomitante avec celle à Pékin du Vice-président de la Commission européenne Jyrki Katainen. Plus généralement, M. Philippe a plaidé pour "rééquilibrer" les échanges avec Pékin, alors que la Chine représente le premier déficit commercial pour la France (30 milliards d'euros en 2017). Des progrès sont attendus avec la levée imminente de l'embargo sur la viande bovine française, en vigueur depuis 2001. "J'ai très bon espoir que nous puissions avancer rapidement et dans de très bonnes conditions", a précisé M. Philippe.

La visite de M. Philippe a enfin été l'occasion de signer un accord de coopération entre le port de Marseille et celui de Shanghaï qui porte sur des échanges d'expériences et de bonnes pratiques, notamment en matière de transition énergétique, d'impact de l'économie maritime sur l'environnement ou encore de promotion de l'économie circulaire.

(avec AFP)

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 28/06/2018 à 20:21
Signaler
Depuis quand a-t'il le droit de s'exprimer sr le sujet? Il a participé à l'élaboration du projet? Il finance? Il regrette que la Chine étende son soft power? C'est vrai que c'est plus convaincant que les coups d'état en Ukraine ou les djihadistes ...

à écrit le 25/06/2018 à 11:41
Signaler
des accords commerciaux seront utile aux deux pays , la chine doit nourir toute sa population qui s agrandie tres tres vite donc nos agrilculteurs peuvent y a avoir des debouches? sur la depollution nous avons de l avance technologique a leurs vend...

à écrit le 25/06/2018 à 9:21
Signaler
""J'ai très bon espoir que nous puissions avancer rapidement et dans de très bonnes conditions"" Le bla bla en marche.

à écrit le 24/06/2018 à 18:34
Signaler
Il revient bredouille, juste pour sauver l'honneur " un pseudo-accord " virtuel. Il attend que les 27 pays s'accordent. Tant mieux pour les 26 autres concurrents Eur de la france qui eux s'engagent à fond.

à écrit le 24/06/2018 à 17:23
Signaler
Comme le 80km/h en France sans doute, de bonnes usines à voler le fric dans la poche des gens, pour le plus grand profit de ses copains contrôleurs privés, bénéficiaires d'appels d'offres bidouillés. Facile à vérifier sur le net.

le 24/06/2018 à 18:48
Signaler
Il faut baisser de 90KM/H à 50KM/. Si " 10KM/H en moins " c'est 300 vies, 40KM/H ce sera 1200vies. Et les inadmissibles vies perdues, par les maladies Nosocomiales : 4200 morts par an ( 1000 de plus que sur le délabré réseau routier), + séquelles + ...

le 24/06/2018 à 20:56
Signaler
Avec ces 80 à l'heure, les Magasins Bleus vont s'en donner à coeur joie. en juillet-aout-septembre. Au détriment de quelles insécurité, cambriolages….erc….

à écrit le 24/06/2018 à 12:54
Signaler
Pauvre France , envoyé notre 1er regardé comment fonctionne le port de shangai ... alors qu’il y a seulement une vingtaine d’années celui du havre ou de Fos étaient en avance sur celui-ci ... mais comme nos syndicats ont tout bousillé et n’ont pas la...

à écrit le 24/06/2018 à 10:56
Signaler
chez les enfants de moins de 5 ans. Après, c'est crispant. Les nouvelles routes de la la soie ne seront pas, elles, limitées à 80 km/h.

à écrit le 24/06/2018 à 7:06
Signaler
La France a besoin de la Chine. Pas l'inverse. Celui qui dicte les conditions est celui qui a les pepettes. Pauvre Philippe, hors sol.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.