Océans : la facture annuelle de l'inaction pourrait atteindre 400 milliards de dollars en 2050

 |   |  350  mots
La montée des eaux causerait des pertes annuelles dont la moyenne dépasserait 0,3% du PIB mondial et pourrait atteindre 9,3%, si les mesures d'adaptation nécessaires ne sont pas adoptées, relève encore le rapport.
La montée des eaux causerait des pertes annuelles dont la moyenne dépasserait 0,3% du PIB mondial et pourrait atteindre 9,3%, si les mesures d'adaptation nécessaires ne sont pas adoptées, relève encore le rapport. (Crédits : Tasnim News Agency)
Le dernier rapport du Giec évalue les coûts à 428 milliards de dollars par an d'ici 2050, et à près de 2.000 milliards d'ici à 2100, "si les impacts humains sur les océans continuent avec la même vigueur".

Potentiellement catastrophiques, les conséquences du réchauffement climatique sur l'océan et la cryosphère (à savoir l'ensemble des éléments gelés à la surface de la planète) risquent aussi de coûter des sommes faramineuses à l'économie mondiale. Le rapport spécial publié mercredi par le Giec, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat de l'ONU, les évalue à 428 milliards de dollars par an d'ici 2050, "si les impacts humains sur les océans continuent avec la même vigueur".

Lire aussi: Océans: pour le Giec, "l'avenir est encore entre nos mains"

En 2100, en raison de l'accélération de l'ensemble des phénomènes qui impacteraient les mers, ces coûts pourraient même atteindre 1.979 milliards de dollars par an. En revanche, l'adoption de mesures visant à réduire ces impacts pourrait permettre d'économiser plus de 1.000 milliards de dollars par an d'ici à la fin du siècle, souligne le rapport, qui cite une étude publiée en 2013 aux Pays-Bas.

Entre 0,2 et 4,6% de la population mondiale affectée par les inondations

Ces coûts seraient liés à la dégradation de l'ensemble des services systémiques rendus par les océans aux humains. La baisse de la masse de poissons causée par la perte de biodiversité pourrait atteindre jusqu'à 24%, calcule par exemple le Giec. Mais le tourisme fait aussi partie des secteurs potentiellement affectés, ont souligné à plusieurs reprises les auteurs du rapport.

Plus spécifiquement, à cause de la montée des eaux, qui pourrait dépasser un mètre avant la fin du siècle, entre 0,2 et 4,6% de la population mondiale serait susceptible de subir des inondations côtières chaque année, si les mesures d'adaptation nécessaires ne sont pas adoptées. Cela causerait des pertes annuelles dont la moyenne dépasserait 0,3% du PIB mondial et pourrait atteindre 9,3%, relève encore le rapport, citant cette fois une étude américaine de 2014. Dans ce cas aussi, agir coûterait moins que l'inaction: investir dans les mesures d'adaptation nécessaires ferait baisser le nombre de personnes touchées comme les pertes de deux à trois fois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/09/2019 à 6:05 :
L'écologie, tout le monde s'en fiche.
a écrit le 26/09/2019 à 15:23 :
Comment peut on estimer une "inaction" par rapport a une mauvaise action? L'adaptation est inestimable, les réformes, elles, le sont.. car elles se basent sur un dogme type "boule de cristal" pour de l'intérêt particulier au dépend du public!
a écrit le 26/09/2019 à 15:07 :
Cela va coûter donc il y aura des retombées sur l'activité humaine pour résoudre ces problèmes: où est donc le problème? Si l'on n'achète plus de voitures, si l'on ne voyage plus en avion, il faudra bien occuper les personnes qui travaillaient dans ces activités.
a écrit le 26/09/2019 à 15:02 :
Personne ne nie le phénomène du réchauffement climatique mais! Mais il faudrait déjà savoir de quoi l'on parle et s'entendre sur les effets. Le GIEC avec 1m de montée des eaux d'ici la fin du siècle semble dans le vraisemblable mais les scientifiques doivent rester modestes et avouer leur méconnaissance des phénomènes: ce sera peut être vrai optimiste ou pessimiste bien malin qui connait la réponse et laissons de côté des pseudo spécialistes type Jean Jouzel qui disent que c'est déjà trop tard (psychologiquement si c'est trop à quoi bon faire des efforts! Tout le monde est d'accord pour lutter contre les pollutions de toutes sortes encore faut-il que les solutions proposées soient à la hauteur du problème. la théorie de je crois Pierre Rabi selon laquelle les petits gestes sont de grands effets est inadaptée au problème. D'ailleurs une étude a semble-t-il fait ressortir que ce sont les personnes qui font les petits gestes qui dans les faits polluent le plus (eh oui les petits WE à l'étranger et le surf sur internet ce n'est pas bon pour le bilan carbone!) Il faut donc arrêter la culpabilisation des individus et au contraire les informer et surtout leur proposer des solutions crédibles: parler d'augmenter la taxe carbone d'un côté et de l'autre continuer à promouvoir les échanges internationaux c'est au minimum aberrant voir contre productif Quant à sainte Greta laissons sur son nuage que répondre à celle qui assigne la France d'un côté pour inaction climatique et qui de l'autre ne trouve rien à dire sur le Ceta! Espérons que sa traversée retour lui permettra d'analyser la situation avec plus d'ouverture d'esprit!
a écrit le 26/09/2019 à 13:42 :
Je suis indigné que l'on continue d'appréhender le sujet en dollars
a écrit le 26/09/2019 à 10:29 :
Ça c'est un scoop: en 2100 l' US Dollar serait toujours là !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :