Pollution des océans : les pays du Sud-Est s'engagent ensemble

L'Asean, qui regroupe Indonésie, Malaisie, Singapour, Thaïlande, Philippines, Brunei, Vietnam, Laos, Birmanie et Cambodge, a adopté samedi soir un texte où ses membres promettent de "réduire de façon significative les débris marins" produits sur leurs territoires.

2 mn

La Déclaration de Bangkok sur la lutte contre la pollution maritime dans l'Asean ne prévoit toutefois aucune sanction, s'inquiètent les écologistes.
La "Déclaration de Bangkok sur la lutte contre la pollution maritime dans l'Asean" ne prévoit toutefois aucune sanction, s'inquiètent les écologistes. (Crédits : Reuters)

Ils comptent parmi les plus gros pollueurs de la planète, et ils se sont unis ce week-end, sur un engagement inédit de lutte contre la pollution des océans. Lors du sommet à Bangkok de l'Asean (qui regroupe Indonésie, Malaisie, Singapour, Thaïlande, Philippines, Brunei, Vietnam, Laos, Birmanie et Cambodge), les pays membres ont adopté samedi soir un texte où ils s'engagent à "réduire de façon significative les débris marins" produits sur leurs territoires.

A eux seuls, cinq pays d'Asie (Chine, Indonésie, Philippines, Vietnam et Thaïlande) sont responsables de plus de la moitié des huit millions de tonnes de plastique rejetées tous les ans dans les océans, selon un rapport de 2017 de l'ONG Ocean Conservancy.  Des images de canaux embouteillés de déchets plastiques aux Philippines, de plages vietnamiennes recouvertes de déchets, de tortues mortes d'avoir avalé des sacs plastiques au large de la Thaïlande ont fait le tour du monde et alarmé l'opinion publique, sans mesures radicales des gouvernements asiatiques pour l'heure.

L'Asean, 5e bloc économique mondial derrière l'Union européenne, les Etats-Unis, la Chine et le Japon, représente 9% de la population mondiale, soit près de 650 millions d'habitants.

Absence de politiques de préservation de l'environnement

Comme souvent dans les documents de l'Asean, dans la "Déclaration de Bangkok sur la lutte contre la pollution maritime dans l'Asean" aucune mesure concrète, comme un système de pénalité contre les plus gros pollueurs, n'est toutefois évoquée. Et les militants écologistes, qui dénoncent depuis des années l'absence de politique de préservation de l'environnement, et notamment d'engagement des gouvernements de la région contre l'utilisation des sacs plastiques, sont sceptiques.

"Si on ne réduit pas l'utilisation des plastiques à usage unique, cette 'Déclaration de Bangkok' ne fonctionnera pas", a réagi Tara Buakamsri de Greenpeace Thaïlande.

Le sommet de l'Asean est d'ailleurs organisé dans deux grands hôtels, dans une atmosphère climatisée glaciale, avec des rangées de bouteilles en plastique à la disposition des participants. La Thaïlande en particulier est un mauvais élève en termes de lutte contre l'utilisation du plastique, avec un usage intensif de l'emballage plastique et de la distribution de sacs dans les commerces.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 28/06/2019 à 15:08
Signaler
Circulez y a rien à voir. Et l’asiatique pas content, il a droit : au camp, à la machette, à être suspendu comme un poulet, enterré dans le sable... Après Déclaration de Bangkok 1, bientôt Déclaration de Bangkok 2 avec une femme dans le rôle prin...

à écrit le 24/06/2019 à 9:14
Signaler
nos efforts contre la pollution nous conserne TOUS :mais il ne suffirons pas si cela est fais qu'/ en France /ILS FAUT AGIR EST FAIRE DES ACCORDS/ AVEC OBLIGATION. COMMERCIAUX AVEC OBLIGATION DE DEPOLLUTION DES FLEUVES ET RIVIERES/ L EAU POTABLES ...

à écrit le 24/06/2019 à 6:48
Signaler
Manque d'éducation, de controles, de sanctions claires et précises. Les industiels sont corrompus,. Les anciens ne montrent pas l'exemple, les jeunes s'en foutent et au milieu ils sont trop occupés à gagner un sous. De plus la pensée que l'ocean peu...

à écrit le 23/06/2019 à 9:29
Signaler
Ils n'ont pas le choix sinon ils vont finir par se faire massacrer par leurs peuples qui ont un taux de tolérance supérieur mais qui par contre s'arrête net là où leur vie est directement menacée. En Chine c'est plusieurs milliers de manifestatio...

le 23/06/2019 à 15:41
Signaler
Ah ces pauvres alors! Quels pollueurs! ça veut vivre comme des riches et ça ne fait meme pas le tri selectif. Envoyons leur Hidalgo pour les re-eduquer.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.