Océans : pour le Giec, "l’avenir est encore entre nos mains”

 |  | 1161 mots
Lecture 6 min.
Les océans absorbent entre 20 et 30% des émissions de gaz à effet de serre liées aux activités humaines ainsi que plus de 90% de l'excès de chaleur dû à leur augmentation, explique Jean-Pierre Gattuso, chercheur français qui a participé à l'élaboration du rapport.
"Les océans absorbent entre 20 et 30% des émissions de gaz à effet de serre liées aux activités humaines ainsi que plus de 90% de l'excès de chaleur dû à leur augmentation", explique Jean-Pierre Gattuso, chercheur français qui a participé à l'élaboration du rapport. (Crédits : Pixabay / CC)
L'augmentation de la température océanique comme la montée des eaux s'accélèrent, avec des effets potentiellement catastrophiques sur l'environnement et sur l'humanité. Mais si l'Accord de Paris était respecté, les océans pourraient continuer à rendre leurs services à la planète, pointe un rapport publié aujourd'hui par les experts de l'ONU.

Le pire reste évitable et l'humanité peut encore choisir d'agir. Tel est le message essentiel du Giec, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat de l'ONU, qui publie mercredi 25 septembre un rapport spécial sur les conséquences du changement climatique sur l'océan et la cryosphère (l'ensemble des éléments gelés à la surface de la planète).

"Dans un scénario d'émissions de gaz à effet de serre compatibles avec l'Accord de Paris (qui vise à limiter le réchauffement à 2°C en 2050 par rapport à l'époque préindustrielle, NDLR), certains phénomènes comme l'augmentation de la température et l'acidification de l'eau pourraient être arrêtés", résume Jean-Pierre Gattuso, océanographe français du CNRS qui a participé à l'élaboration du rapport.

Il met en garde:

"L'avenir est encore entre nos mains".

"Les océans sont depuis toujours des acteurs essentiels du système climatique", explique le chercheur. "Ils absorbent entre 20 et 30% des émissions de gaz à effet de serre liées aux activités humaines, ainsi que plus de 90% de l'excès de chaleur dû à leur augmentation. Ils reçoivent d'ailleurs aussi la quasi-totalité de l'eau de la fonte des glaces", précise-t-il. Le changement climatique soumet donc les mers à une nouvelle pression, qui vient s'ajouter à celles, déjà très importantes, découlant de la surpêche et de la pollution. Si des conséquences pour l'environnement et pour les humains sont dans tous les cas inévitables, plus le réchauffement sera élevé plus elles seront sensibles voire catastrophiques, prévient le rapport du Giec.

Un déplacement de la flore et de la faune

Une pluralité de mécanismes interdépendants sont en effet d'ores et déjà en marche. Le réchauffement de l'eau, dont la vitesse a plus que doublé depuis 1993, produit des effets puissants sur la biodiversité marine. Il provoque une redistribution géographique des plantes et des animaux qui, à la recherche de fraîcheur, migrent des tropiques vers les pôles. "Cela varie selon les groupes, mais en moyenne ils parcourent plusieurs dizaines de kilomètres par décennie", note le chercheur. Les ressources halieutiques des zones tropicales diminuent donc, alors que les récifs coralliens et certaines espèces nordiques ou qui ne peuvent pas migrer comme les plantes et poissons de Méditerranée risquent tout simplement de disparaître. De nouvelles espèces invasives, souvent voraces, se développent.

D'autres effets négatifs sur la biodiversité découlent de l'acidité croissante des mers qui, en raison de l'augmentation du CO2 absorbé, croît depuis 1980. "En rendant moins abondant les carbonates présents dans l'eau, elle affecte surtout les organismes qui fabriquent des squelettes ou des coquillages", explique Jean-Pierre Gattuso.

Des événements extrêmes plus intenses et fréquents

Quant à l'élévation du niveau des mers, jusqu'à présent due surtout à la dilatation de l'eau devenue plus chaude, mais qui découle de plus en plus de la fonte des glaces, elle accélère et endommage également les écosystèmes côtiers. Mais elle met aussi en péril les immeubles bâtis auprès des côtes.

Or, "le rapport aggrave encore les prévisions formulées jusqu'à présent, en estimant que l'augmentation du niveau des mers pourrait atteindre 1,1 mètre en 2100", voire plusieurs mètres dans les siècles suivants, observe le chercheur. Il note: "En France, la Camargue serait ainsi en très mauvais posture...". Sans compter que dans certaines régions la montée du niveau des mers aggraveraient la fréquence et l'intensité d'événements extrêmes tels que les inondations, souligne le rapport. Ceux qui avaient lieu une fois par siècle pourraient désormais se passer toutes les décennies voire tous les ans.

Les pays les plus pauvres particulièrement affectés

D'importantes migrations seraient ainsi la première conséquence de ce dérèglement.

"Alors que Londres et les Pays-Bas peuvent se permettre de construire des digues et des barrages, certains pays du Sud ou des petites îles disposent de beaucoup moins de moyens d'adaptation, et ce alors qu'ils ont beaucoup moins contribué à l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre", note Jean-Pierre Gattuso.

Leurs habitants n'auront alors d'autre choix que de se déplacer.

Partout dans le monde, en outre, l'alimentation humaine risque d'être affectée. La perte de biodiversité cause une baisse de la masse de poissons, qui pourrait atteindre jusqu'à 24%, calcule le Giec, tout en insistant sur les grandes différences géographiques. Les mutations de la cryosphère sont pour leur part susceptibles de perturber dans de nombreuses régions l'accès à l'eau.

Responsabiliser les décideurs

Mais si l'augmentation des températures était contenue dans la limite des 2°C, comme établi dans l'Accord de Paris, la baisse de la masse de poissons pourrait par exemple être entre trois à quatre fois inférieure qu'en cas d'absence de politiques pour limiter le réchauffement climatique, pointe le Giec. "L'augmentation de la température de l'eau pourrait se stabiliser 1,6°C en moyenne, alors qu'elle pourrait dépasser les 4°C dans le pire des scénarios du réchauffement", souligne Jean-Pierre Gattuso.

Le Giec s'est d'ailleurs aussi penché sur comment agir. "Parmi les mesures considérées comme efficaces, il y a tout d'abord le développement des énergies renouvelables marines", qui permettent d'intégrer les océans à la transition énergétique, résume l'expert. Il évoque également la reforestation des sols marins, afin d'améliorer leurs capacités de stockage du CO2. "Et en raison de leurs nombreux bénéfices, en termes de résilience des écosystèmes mais aussi d'impact sur la pêche et le tourisme, il est aussi essentiel de poursuivre dans la création de réserves protégées", ajoute Jean-Pierre Gattuso.

Un outil d'acculturation

"L'adaptation, notamment, n'est plus une option, le risque climatique doit être intégré aux décisions et la résilience demande des changements structurants", ont souligné lors d'une conférence de presse téléphonique Valérie Masson-Delmotte, paléoclimatologue et coprésidente du Giec, et Helene Jacot des Combes, paléocéanographe et co-auteure du rapport.

"Les bonnes mesures peuvent être prises non seulement par les Etats, mais à divers niveaux, et doivent être adaptées au contexte géographique", ont-elles ajouté.

Mais ce seront aussi les politiques de réduction des émissions de gaz à effet de serre adoptées par les principales puissances du monde qui feront pencher la balance, notamment lors de la révision prévue en 2020 des engagements pris en 2015.

L'objectif des rapports du Giec, qui se limitent à passer à revue l'ensemble de la littérature scientifique déjà existante (7.000 publications en l'espèce) et à faire l'état des connaissances à un certain moment de l'histoire, est d'ailleurs surtout d'informer publiquement les décideurs et l'opinion publique, en engageant ainsi leur responsabilité. Ce sera aussi le principal apport de celui consacré aux océans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/09/2019 à 5:32 :
Rien n'arretera la montee des eaux.
Le cycle est demontre depuis longtemps geologiquement parlant.S'opposer a ces preuves scientifiques est d'une totale ignorance.
L'actuel Sahara de la Mauritanie jusqu'a l'Egypte etait un Eden vert.
Des crocos, des hippos et de nombreuses autres bestioles, peuplaient ces territoires helas disparues.
Les premiers hommes n'y etaient pour rien.
Nous sommes a l'ere paleolithique. (-3 millions/ 11000 ans)
Pollution ou pas on est dans la mouise.
a écrit le 26/09/2019 à 17:42 :
pourquoi la France va gaspiller 135 milliards € en 15 ans,
pour construire des éoliennes et du photovoltaïque pour fabriquer de l'électricité sans co2, et qu'il faudra ralentir l'électricité nucléaire qui fait depuis longtemps de l'électricité sans co2, en permanence pour compenser.
on va juste gaspiller 135 milliards € pour ne rien gagner du tout en décarbonatation de notre électricité, puisqu'elle l'est déjà
On est si riche que cela pour se permettre un tel gaspillage
même les antinucléaires seront floués, puisque en raison de intermittence de l'éolien et du photovoltaïque, il faudra garder le nucléaire pour réguler
ainsi, tout le monde est baisé
Tout le monde, pas sûr, il doit y avoir de très grosses valises de billets qui circulent.
a écrit le 26/09/2019 à 9:00 :
Rien de neuf sous le soleil (c'est le cas de le dire).Toujours la même propagande sur les causes anthropiques du réchauffement climatique. Toujours pas l'ombre d'une démonstration sur l'effet de serre que produirait le C02. Rappel : le C02, c'est la photosynthèse, c'est donc une plus grande productivité des plantes, sans C02 pas de vie sur Terre !
Réponse de le 26/09/2019 à 11:40 :
Si vous "noyez" une plante avec du CO2 pur elle va croitre dix fois plus vite ? La neutralité carbone, à défaut de vouloir (fantasme) en produire 0 tonne/an, c'est l'équilibre entre la génération et l’absorption (photosynthèse) pour ne pas en accumuler, de façon croissante faute de le consommer.
Il parait que les vieux arbres végètent mais un chêne n'est utile qu'au bout de 100-150 ans, il faut préparer l'avenir, les essences rapides c'est que pour le commerce immédiat qui tourne vite (NSarko avait demandé à l'ONF de vendre plus, plus souvent, plus vite, €€€€ à la clé).
a écrit le 26/09/2019 à 6:57 :
La reforestation des sols marins ? Ca mérite une petite explication, non ?
a écrit le 25/09/2019 à 23:50 :
Rien de nouveau côté GIEC. La seule chose qu'ils ne disent pas c'est que la lutte contre le réchauffement climatique est facile, par contre elle nécessite d'établir un programme , d'évaluer les résultats et de faire autre chose que ce que l'on fait aujourd'hui à savoir la politique du café du commerce. Cette politique est sans résultat depuis vingt ans alors il serait temps d'arrêter de gaspiller l'argent public en augmentant les taxes.
Réponse de le 26/09/2019 à 11:44 :
Le GIEC analyse les publications des scientifiques mondiaux et en fait une synthèse, ça sert d'alerte aux décideurs qui ensuite décident ce qu'ils veulent mais sont prévenus. C'est un peu une Cour des Comptes mondiale. Analyse les données et rédige un rapport. Ils ont planché 27h de suite pour valider les infos à donner (un "résumé"), ligne par ligne, le rapport général étant indigeste (1 300 pages je crois).
Réponse de le 26/09/2019 à 15:32 :
C'est au contraire très complexe car ce qui est bon pour le climat (ex : le nucléaire, le diesel) peut n'être pas inoffensif par ailleurs, en fait il s'agit d'arbitrer entre différents problèmes potentiels...
a écrit le 25/09/2019 à 23:41 :
Avec le GIEC on retrouve les oracles de l'Antiquité qui annonçaient la fin du monde tout les deux ans
a écrit le 25/09/2019 à 21:03 :
Aucune chance, malheureusement pour nos descendants... Les autruches sont en marche.Toujours plus de productivité, de consommateurs, de pouvoir... de déforestation, de pollution... En avant vers la débacle de l'humanité
a écrit le 25/09/2019 à 16:54 :
bonjour, je pense qu'il faut lutter contre les effets destructeurs du climat : les typhons les cyclones les ouragans car l'argent est perdu pour reconstruire ou étudier la météo

si on refroidi l’océan sur une petite zone (nuage avec une meilleure réverbération, tensio-actifs sur la surface ....) les vents vont se calmer donc pas de tempêtes

cela n'agit pas sur l'origine du problème mais les animaux, la nature ne va pas être détruite ainsi que les bateaux les maisons .....
a écrit le 25/09/2019 à 14:11 :
Améliorer l'efficacité énergétique et diminuer les sources de CO2, c'est du ressort des gouvernements. Tendre vers la sobriété, c'est du ressort des populations (des pays riches).
Quant aux projections "si on ne fait rien", elles ont ceci d'hypothétique que les catastrophes climatiques dans l'entre temps auront largement eu raison du modèle économique actuel de surconsommation par une ample destruction des infrastructures et une explosion drastique du prix des besoins alimentaires qui vont entrainer mécaniquement un effondrement de la consommation des ménages en produits "peu utiles". En effet, la nature est fondée sur des rythmes très stables (je suis un peu jardinier) et le désordre climatique va couter très cher en volume de production agricole.
Une seule chose est certaine : on va souffrir physiquement dans notre chair mais aussi psychologiquement par la perte de la beauté du monde.
a écrit le 25/09/2019 à 12:30 :
Le GIEC ayant déjà trafiquer les relevés de température pour arriver aux conclusions qui l'arrangent, il faudrait une démonstration plus étayée pour qu'on le croie. De plus, même si les océans se réchauffent, il reste à démontrer que la cause de ce réchauffement est anthropique (le réchauffement climatique dont a bénéficié l'empire romain, et celui dont a bénéficié l'Europe au Moyen Age étaient-ils d'origine anthropique eux-aussi ?).
a écrit le 25/09/2019 à 12:20 :
Comme d'habitude, pas un mot sur la surnatalité, ni passée, ni présente, pourtant c'est le principal problème humain.
Réponse de le 26/09/2019 à 15:19 :
Vous devez voter MLP, par ce que votre post est franchement raciste. Qui devrait faire des bébés dans l'avenir, selon vous? Les blonds aux yeux bleus seulement ? l'Homme saura toujours s'adapter aux modifications de la situation qu'il rencontrera et qu'il aura peut être causée. Mais n'oubliez pas qu'il ne pourra rien faire en cas d'arrivée d'une météorite qui sera peut être encore plus grosse que celle qui a fait disparaître les dinosaures.
a écrit le 25/09/2019 à 12:00 :
Nous n'attendions pas de bonnes surprises de ce côté, et nous voilà servis. Bien sûr, toutes les mesures sur le respect des océans, de la biodiversité etc.. sont bonnes à prendre, mais nuisent à la bonne compréhension de la seule façon de s'en sortir: baisser drastiquement nos consommations d'énergies fossiles. Le reste est (presque) du détail. Il est complètement illusoire, mensonger, de prétendre que l'on va pouvoir compenser les quantités énormes que nous émettons, qui étaient stockées pour des durées très longues, par des stockages limités sur des durées courtes (le siècle tout au mieux pour le bois par exemple). Et nous ne progresserons que par une somme d'engagements individuels; inutile de vociférer à l'encontre du politique. Nous, européens, faisons la leçon au Monde entier, mais nous consommons encore trop, en dépit de l'aide du nucléaire qui fait évidemment débat!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :