"Panama Papers" : des saisies chez Mossack Fonseca, mais pas de sanctions "pour le moment"

Au terme de 27 heures de perquisition au sein des bureaux centraux et des filiales du cabinet d'avocats, le procureur panaméen a estimé ne pas avoir d'éléments probants sur une éventuelle activité illégale.

2 mn

La procureure générale du Panama, Kenia Porcell, a indiqué que l'enquête est très complexe.
La procureure générale du Panama, Kenia Porcell, a indiqué que l'enquête est "très complexe". (Crédits : Reuters)

Le procureur panaméen chargé de la lutte contre le crime organisé a écarté mercredi 13 avril de prendre des mesures "pour le moment" contre le cabinet d'avocats Mossack Fonseca, au cœur du scandale des "Panama Papers".

"Nous n'avons pas d'éléments probants qui nous permettent de prendre une quelconque décision" contre la société Mossack Fonseca ni contre ses dirigeants et employés, a déclaré Javier Caraballo à la presse, au pied des locaux de Mossack Fonseca au terme de 27 heures d'une perquisition menée dans les bureaux centraux et les filiales du cabinet d'avocats. Les informations récoltées vont "permettre de rassembler les éléments pour prendre une décision ultérieure", a-t-il ajouté.

 "Au Panama, l'évasion fiscale ne constitue pas un délit"

Selon Javier Caraballo, l'investigation s'avère compliquée, Mossack Fonseca archivant ses documents sous forme numérique, et non physique, dans plus d'une centaine de serveurs différents. Quelques heures auparavant, la procureure générale du Panama, Kenia Porcell, avait indiqué que l'enquête était "très complexe".

"Au Panama, l'évasion fiscale ne constitue pas un délit", a-t-elle précisé, ajoutant que le pays d'Amérique centrale allait "apporter la collaboration nécessaire pour éclaircir cette affaire". Des dizaines de personnes ont manifesté en bas de l'immeuble principal du cabinet, situé dans la capitale panaméenne, brandissant des pancartes demandant la "prison pour les corrompus" et la fin "des sociétés anonymes".

Pour rappel, le système financier panaméen fait l'objet de sévères critiques depuis la fuite des "Panama Papers" qui a révélé comment Mossack Fonseca créait des sociétés offshore. Plus de 214.000 entités offshore sont impliquées dans les opérations financières dans plus de 200 pays et territoires, selon les révélations du consortium des journalistes d'investigation.

(Avec AFP)

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.