"Paradise Papers" : Nike, Apple et Lewis Hamilton cités à leur tour

Les deux géants américains ont utilisé les paradis fiscaux de Jersey, dans la Manche, et des Bermudes pour diminuer le montant des impôts à payer dans le monde. Le champion britannique de Formule 1, lui, a économisé la TVA sur l'achat d'un jet privé.
Le fabricant d'articles de sports Nike a créé des sociétés offshore aux Bermudes et c'est à ces sociétés que les filiales de Nike devaient verser des centaines de millions d'euros pour utiliser les droits sur la marque.

Après les chefs d'Etat, au tour des entreprises et des sportifs. Apple, Nike et le coureur automobile de Formule 1 Lewis Hamilton se sont ainsi ajoutés lundi à la liste des mis en cause par les révélations des "Paradise Papers" sur des pratiques d'optimisation fiscale à l'échelle mondiale.

Apple aurait ainsi utilisé le paradis fiscal britannique de Jersey pour continuer à ne payer pas ou très peu d'impôts après avoir dû mettre fin à des pratiques similaires en Irlande. Le fabricant d'articles de sports Nike, de son côté, a créé des sociétés offshore aux Bermudes et c'est à ces sociétés que les filiales de Nike devaient verser des centaines de millions d'euros pour utiliser les droits sur la marque. Avec les sommes importantes payées pour les licences, les bénéfices dans le monde du groupe ont été diminués et donc le montant des impôts payés par Nike.

Nike a ensuite effectué la même opération aux Pays-Bas en 2014 et a pu diminuer son taux d'imposition de 35% en 2002 à quelque 13%. "Nike a ainsi pu  amasser des bénéfices de plus de 12 milliards de dollars dans des paradis fiscaux qui ont à peine été soumis à l'impôt", écrit la Süddeutsche Zeitung, dans un extrait de l'enquête diffusé lundi.

Grâce à l'île de Man, la TVA disparaît

Quant au Birtannique Lewis Hamilton, quadruple champion du monde de F1 tout juste titré, il a utilisé une société-écran sur l'île de Man pour économiser la TVA lors de l'achat d'un nouveau jet privé de plus de 4 millions d'euros.

Dix-huit mois après les "Panama Papers" portant sur la fraude fiscale, le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ), regroupant 96 médias de 67 pays, avait commencé dimanche à dévoiler sa nouvelle enquête après un an de travail basé sur la fuite de 13,5 millions de documents financiers, provenant notamment du cabinet international d'avocats Appleby, basé aux Bermudes.

| Lire aussi : Paradise Papers : cinq chiffres à retenir

L'Union européenne "choquée"

Ces papiers mettent également en cause les services de la Reine d'Angleterre, le secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross et des ministres brésiliens et russes.

Mais plusieurs des personnalités visées ont mis en avant la légalité de leurs investissements. Wilbur Ross a ainsi affirmé qu'il n'y avait "absolument rien de répréhensible" au fait qu'il détienne 31% des parts de Navigator Holdings, une société de transport maritime dont l'un des principaux clients est l'entreprise russe de gaz et produits pétrochimiques Sibur. Or parmi les propriétaires de Sibur figurent Guennadi Timtchenko, un proche du président russe, sanctionné par le Trésor américain après l'annexion de la Crimée, ainsi qu'un gendre de Vladimir Poutine, selon le New York Times.

Dès lundi, l'Union européenne a jugé ces révélations choquantes, et a réclamé des "sanctions dissuasives".

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 07/11/2017 à 20:46
Signaler
Tout ceci montre que la pensée macronienne (même complexe) est erronée. Considérer qu'en baissant leurs impots, "les riches" investiront dans l'economie française, créer de la richesse et à terme des emplois est un leurre...on voit bien que plus c...

à écrit le 07/11/2017 à 13:49
Signaler
Qui invente la fraude fiscale? Nos gouvernants qui n'ont pour but que celui de dépenser avec prodigalité l'argent que vous avez amassé avec économie et prudence.

à écrit le 07/11/2017 à 10:24
Signaler
On dirait un article de GALA , toujours cités pour leurs frasques ,et si on parle trop d'eux ils demandent des dommages et intérêts. Et L'EUROPE la dedans est décidément trés mal en point. Ah pognon quand tu nous tiens.

à écrit le 07/11/2017 à 9:31
Signaler
Et toujours aucune entreprise française, alors ça dites moi c'est incroyable quand même non ? Ou bien c'est la prochaine livraison prévue dans deux ans ? Ils ont du bol tout ces milliardaires d'être prévenus, avertis et-c... Et malgré tout il...

le 07/11/2017 à 10:20
Signaler
tout cela est parfaitement légal !!!!! mais à force de vouloir leur piquer leur argent ils auront intérêt à se domicilier en Chine et à vous faire un bras d'honneur : ils licencient ceux qui s'estiment exploiter et vont vivre leur vie à Pekin !!!!!!!...

le 07/11/2017 à 11:02
Signaler
"tout cela est parfaitement légal !!!!! " Ha bon !? Frauder le fisc est légal ? Ben pourquoi l'europe embête facebook et apple donc ? Vous pourriez développer ou bien vous êtes seulement là pour troller ? Merci. Le fait que vous essayiez ...

le 07/11/2017 à 11:16
Signaler
« leur piquer leur argent » Demander aux riches de payer pour des services dont ils ont eux-mêmes bénéficié étant jeunes (santé, éducation...) n’est pas du vol, c’est leur demander leur juste participation au bon fonctionnement de la société. Tout ...

le 07/11/2017 à 13:13
Signaler
Si, il y a bien des entreprises françaises qui ont été citées. Il suffit de faire des recherches pour savoir lesquelles sont concernées. Tous ces placements ne sont cependant pas forcément illégaux, certains utilisent les failles du système.

le 08/11/2017 à 9:20
Signaler
"Tous ces placements ne sont cependant pas forcément illégaux, certains utilisent les failles du système." Ah bon et comme se fait il que le système ai des failles ? Nous autres simples citoyens pouvons nous les utiliser ces failles ? Je ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.