Pékin aussi se met à la circulation alternée

 |   |  225  mots
La Cité interdite de Pékin, sous le brouillard de la pollution (ici en janvier 2010).
La Cité interdite de Pékin, sous le brouillard de la pollution (ici en janvier 2010). (Crédits : REUTERS/Loic Hofstedt)
La circulation alternée sera mis en place en cas d'"alerte rouge", ce qui correspond à trois jours de forte pollution, a déclaré le service de protection de l'environnement de la ville.

Après Paris, au tour de Pékin. La capitale chinoise a dévoilé lundi 30 mars au soir de nouvelles mesures pour limiter la circulation automobile les jours de forte pollution, qui recouvre la capitale chinoise d'un épais brouillard.

"Au cours des dernières années, la municipalité a continué d'accroître la prévention contre la pollution de l'air", a déclaré le service de protection de l'environnement, en citant notamment les efforts pour limiter la production des centrales à charbon ou la circulation automobile.

"Cependant, actuellement, les polluants environnementaux qui sont émis dans l'atmosphère excèdent encore la capacité de l'environnement (à les absorber)", a-t-il ajouté.

Déclenchement à partir de 3 jours de pollution

La circulation alternée sera mis en place en cas d'"alerte rouge", ce qui correspond à trois jours de forte pollution, a déclaré le service de protection de l'environnement de la ville. Les véhicules lourds, y compris les engins de chantier, seront également interdits de circulation pendant les alertes rouges et oranges, a-t-il ajouté.

D'après les critères fixés par la municipalité, la ville est en état de "forte pollution" quand l'indice de qualité de l'air dépasse 200. L'ambassade des États-Unis à Pékin calcule son propre indice de qualité de l'air qui dépassait 100 la semaine dernière, un niveau néfaste pour la santé selon elle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2015 à 14:43 :
Qu'y a-t-il de commun entre la Cité Interdite et la Ville Lumière ? La pollution. (allez, soyez civilisés, c'est mon opinion, ne me la censurez pas ;-)
a écrit le 31/03/2015 à 13:41 :
C'est le tram à hydrogène (qui est en tests en Chine) et peut-être les voitures propulsées par ce gaz qui iront demain changer la qualité de l'air dans les grandes villes, soit à Pékin soit à Paris. Circulation alternée c'est du brico et pas une solution.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :