À Paris, la pollution de l'air est aussi nocive que le tabagisme passif

 |   |  556  mots
L'étude a montré que pendant une journée standard, les Parisiens inhalent environ 200.000 particules fines par litre d'air.
L'étude a montré que pendant une journée standard, les Parisiens inhalent environ 200.000 particules fines par litre d'air. (Crédits : reuters.com)
Le 13 décembre 2013, au plus fort du pic de pollution, les Parisiens ont inhalé jusqu'à 6 millions de particules fines par litre d'air: pour la première fois, une étude a permis de mesurer dans l'atmosphère de la capitale ces particules inférieures à un micron, très nocives pour la santé.

Deux jours avant le lancement jeudi 27 novembre par le ministère de l'Écologie de la Conférence environnementale, l'étude résonne comme un signal d'alarme :

"C'est une situation semblable à celle du tabagisme passif. Un test en laboratoire a montré que la fumée de huit cigarettes dans une pièce d'environ 20 mètres carrés produit autant de particules", révèle cette étude réalisée à l'aide d'un nouvel appareil laser, le Light optical aerosol counter (LOAC) mis au point par le CNRS et embarqué à bord du "Ballon de Paris".

200.000 particules fines inhalées par litre d'air

Les relevés effectués pour cette étude expérimentale, concernaient les particules inférieures à un micron, qui sont aussi les plus dangereuses pour la santé, a précisé lors d'une conférence de presse l'association Airparif, chargée de mesurer la qualité de l'air à Paris.

L'étude a ainsi montré que pendant une journée standard, les Parisiens inhalent environ 200.000 particules fines par litre d'air. Plus préoccupant, elle a également mis en évidence que lors de l'épisode de pollution du 9 au 14 décembre 2013, une moyenne de trois millions de ces particules par litre d'air a été enregistrée tout au long de la journée. Un record a même été atteint le 13 décembre, avec un pic à six millions de particules à 18h.

"La dangerosité de cet épisode a peut-être été sous-estimée", les résultats de l'étude n'étant pas encore connus, a relevé Jean-Baptiste Renard, chercheur au CNRS.

 Danger pour la santé

Le sujet est pris au sérieux par la Mairie de Paris qui s'est inquiétée lundi 24 novembre dans un communiqué des risques que ces particules font peser sur la santé :

"La pollution atmosphérique, et en particulier celle liées aux particules a des effets avérés sur la santé et contribue au développement de pathologies chroniques (infarctus du myocarde, affections respiratoires, affections cardiovasculaires, cancers) qui peuvent conduire à l'hospitalisation, voire au décès".

Les particules sont en effet à l'origine de 42.000 décès chaque année, ont rappelé lundi les auteurs de l'étude, qui ont insisté sur la nécessité d'agir rapidement pour réduire les émissions de ces particules. L'OMS estime quant à elle que plus de 2 millions de personnes dans le monde meurent chaque année du fait de l'inhalation de particules fines présentes dans l'air intérieur et extérieur

Agir "dès 2015"

 "Il y a une faille dans la législation actuelle parce que les particules fines ne sont ni mesurées ni réglementées", a relevé Christophe Najdovski, l'adjoint (EELV) au maire chargé des Transports. L'élu a souligné que la ville de Paris préparait "pour début 2015 un plan pour réduire les émissions de polluants".

"Ce plan aura deux axes, l'un visant à réduire le volume de la circulation automobile en développant les alternatives à la voiture comme le covoiturage ou l'autopartage, l'autre à modifier le parc roulant constitué à 60% de véhicules diesel", a-t-il dit.

L'une des pistes étudiées par la municipalité est la mise en place, à Paris, de zones à bas niveau d'émission dont l'accès serait limité, voire interdit, aux véhicules les plus polluants. Des zones à faible émission existent déjà dans 200 villes en Europe mais aucune en France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/06/2017 à 19:52 :
J'ai un véhicule familial qui me sert à emporter toute ma famille, respectivement à l'école et au travail.
Nous somme 5 dans le véhicule.
Mais maintenant on compte m'interdire de circuler avec car il est soit disant trop vieux, j'ai pourtant vérifier, il émet beaucoup moins de particules que 50% des véhicules récents qui circulent dans Paris, notamment les bobos qui circulent à UN mec dans des gros SUV.

C'est en réalité une loi pour interdire les "pauvres" de circuler.
Cela n'a rien à voir avec la pollution, c'est juste que les nantis ne veulent pas mélanger les torchons et les serviettes, ils veulent Paris pour eux et le bas peuple dans des transports en communs.
a écrit le 26/11/2014 à 6:59 :
Il suffit d' attendre un bus sur les trottoirs parisiens ou d' ailleurs pour avoir pleine conscience du préjudice causé par ce type de carburant - diesel - rien à voir avec la fumée d' une cigarette en plein air ou dans un milieu ouvert. une véritable horreur et une honte !
Responsabilité MAJEURE des pouvoirs publics et des constructeurs automobiles et ... des consommateurs !
a écrit le 25/11/2014 à 21:26 :
Ce qu'oublient de dire ceux qui crient "au loup", c'est que les "polluants" s'accumulent dans les tunnels et stations de métro où, pourtant, ils nous conseillent de passer toujours plus de temps... Enfin, tant qu'on ne savait pas que respirer à Paris était équivalent à du "tabagisme passif", on ne s'en portait pas plus mal... Pourvu que l'Etat ne taxe pas le fait de respirer à Paris comme la consommation du tabac !
a écrit le 25/11/2014 à 21:17 :
Encore une preuve que leur nouvelle tour de verre qui a été refusé est une bonne chose... Mieux vaut en construit 8 à 60 km de Paris histoire de soulager un peu la circulation intramuros...
a écrit le 25/11/2014 à 17:31 :
Encore de mauvaises solutions pour exclure encore plus de personnes...la bonne décision aurait été d'encourager l'achat de véhicules hybrides / GPL / Hydrogène (et pour ceux qui décrieraient l'hydrogène, renseignez vous sur la production mondiale avant) depuis quelques années mais comme nos politiques sont mous du ventre et ne prennent surtout pas de bonnes décisions, ils préfèrent taper sur celui qui habite loin car le m² en ville est trop cher et on accroit ainsi encore plus les inégalités... Donc à la mairie de Paris, tous des pourris (dans le sens mauvais gestionnaires) sous la coupe de Total and co.
a écrit le 25/11/2014 à 15:22 :
Mme Hidalgo nous avait dis que en roulant à 70km/h sur le périph tout serait réglé
on nous a menti
essayons 40 kms:h ...:)
a écrit le 25/11/2014 à 14:40 :
Je vois par ailleurs que le lobby du diesel s'insurge contre les propositions vertes et continue à nier les méfaits de ce carburant.
Cette affirmation est à mettre en parallèle avec ce que disait sans rire M. Jacques Calvet PDG de Peugeot en 1983 "Il faut bien voir que le Diesel a un coût d'entretien et de carburant beaucoup moins élevé ; qu'il pollue beaucoup moins qu'un moteur essence sans catalyseur piloté ; qu'il s'agit là d'un avantage pour l'économie nationale et la balance du commerce extérieur." François Mitterand l'avait écouté et 30 ans plus tard le scandale continue...
Réponse de le 25/11/2014 à 17:39 :
@Claude87 : il y a 30 ans nous ne connaissions pas les nano particules nocives du Diesel. Peut être que vous si car vous êtes un génie mais les autres non. La grosse blague est le bonus/malus mis e place en toute connaissance de cause.
Réponse de le 26/11/2014 à 7:02 :
Le " lobby du diesel " et ses complices devrait rendre des comptes de leur irresponsabilité ( ... ) !
a écrit le 25/11/2014 à 14:22 :
Actuellement la circulation de l'air se fait d'Est en Ouest. Curieusement personne ne parle de la pollution importé d'Allemagne avec ce type de météo.
Le responsable de cette pollution serait le diesel, mais qui sur taxe l'essence "malus" et privilégie le diesel "bonus" ?
L'irresponsabilité de nos dirigeants est leur raison de vivre. C'est pas moi, c'est l'autre !
Réponse de le 25/11/2014 à 17:37 :
Etes vous sur de vos propos ? Historiquement les classes populaires sont à l'Est car c'est justement d'Ouest en Est que le vent emportait la pollution des usines ce qui protégeait la bourgeoisie de l'Ouest parisien. Je ne suis pas météorologue mais il ne me semble pas que les vents changent aussi radicalement de sens vu qu'ils sont en relation avec les mouvements de la Terre
a écrit le 25/11/2014 à 13:14 :
qu'elle est l'origine en pourcentage de ces particules fines: chauffage au gaz? au pétrole? au charbon? au bois? ,voiture particulière à essence? diesel?? camion? bus? , usines? naturel ?
Réponse de le 25/11/2014 à 15:05 :
C'est de la vapeur d'eau : regardez bien, c'était un jour de brouillard...
a écrit le 25/11/2014 à 12:38 :
Et pourtant les médias parisiens se moquent encore de la pollution de Pékin !!!! heureusement que le ridicule ne tue pas en France, que la pollution et le tabagisme.
a écrit le 25/11/2014 à 12:00 :
Pour çà, on peut remercier les pouvoirs publics et les constructeurs automobiles français qui on fait le forcing sur le diésel pendant trois décennies.
Du diésel qu'on est en plus obligé d'importer.
Nul !
Réponse de le 26/11/2014 à 6:34 :
Oui; responsabilité directe des constructeurs automobiles français et des politiques.
Pour quand les sanctions ... ?
a écrit le 25/11/2014 à 11:26 :
Paris souffre jusqu'à l'excès de de cette concentration de pouvoirs et de lobbys et deviendra à terme complétement invivable . Le Pentagone à la française aurait pu devenir un bel espace vert , Au lieu de cela on a un bel immeuble; les bus auraient pu être électriques depuis longtemps ;au lieu de cela ils roulent au diésel , j'en passe et des meilleures.
a écrit le 25/11/2014 à 10:38 :
Paris se meurt des conséquences du lobbys des énarques qui ont tout fait pour éviter de délocaliser les services de l'état pour faire de l'aménagement du territoire. Ces énarques n'ont qu'une peur, c'est d'être oubliés en province et d'être éloignés de la capitale. Lorsque l'on a délocalisé l'ENA à Strasbourg, ils ont réussi à conserver la structure parisienne à grand coup de doublon. La création du futur état major des armées à Balard est aussi une preuve des erreurs du gouvernement passé qui a décidé de concentré 10000 personnes sur une seule bouche de métro. La liste n'est pas exhaustive et à l'heure de l'informatique en temps réel, rien ne peut justifier les conditions de vie dans lesquelles on impose cette atmosphère polluée aux franciliens.
Réponse de le 25/11/2014 à 23:49 :
avec la tour cristal porte de Versailles, si elle avait été construite.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :