Pétrole : le prix du baril de Brent plonge et perd 10 dollars en moins de 10 jours

Pour la première fois depuis la fin du mois d'août, le prix de référence du Brent est passé sous la barre des 85 dollars et celui du WTI sous celle des 84 dollars. Les prix élevés de l'or noir, la poursuite de la hausse des taux et de la solidité du dollar commencent à peser sur la demande mondiale pétrolière.
Robert Jules
(Crédits : Reuters)

Les cours du pétrole poursuivaient leur baisse ce jeudi, après avoir lourdement chuté la veille, de près de 6% pour le Brent et de 5% pour le WTI. Dans l'après-midi de ce jeudi, ils se dépréciaient respectivement de 1,4%, à 83,02 dollars, et de 1,6%, à 84,4 dollars. Depuis le pic atteint la semaine dernière, les prix ont perdu 12%.

Les investisseurs sont passés à la vente sur les marchés à terme mercredi, après la publication par l'Agence d'information sur l'énergie (EIA) américaine du niveau des stocks d'essence, qui ont augmenté de 6,5 millions de barils au cours de la semaine qui s'est achevée le 29 septembre, soit la plus forte augmentation depuis janvier 2022. Les prix de l'essence ont d'ailleurs baissé de près de 13% en un mois aux Etats-Unis, sur les marchés à terme.

Le spectre de la récession

Cette augmentation des stocks reflète la baisse de la demande des automobilistes américains, faisant resurgir le spectre de la récession, synonyme de moindres achats de produits pétroliers. « Le frein à la demande de pétrole en Chine, en Europe et aux États-Unis pèse lourdement sur les prix du brut , limitant les gains potentiels liés aux réductions de l'offre de l'OPEP+ », indiquait mercredi Ed Morse, l'analyste, spécialiste du pétrole chez Citigroup Inc, dans un entretien accordé à Bloomberg Television.

Le spécialiste de Citigroup note que la Chine a réduit ses achats de brut à des prix élevés mais exporte davantage de produits raffinés (gazole, fioul et essence) qui se sont appréciés sur les marchés internationaux. De fait, le géant asiatique est devenu aujourd'hui un facteur presque aussi important pour les marchés pétroliers que l'OPEP+, considère Ed Morse qui anticipe un marché pétrolier mondial excédentaire en 2024 qui pourrait faire dégringoler le prix du baril de Brent à 70 dollars le baril, notamment en raison du ralentissement de la croissance mondiale.

Hausse des taux et du dollar

« L'évolution des prix du pétrole suggère que la reprise que nous avons constatée pendant une grande partie du troisième trimestre s'est épuisée. L'environnement de taux actuel ainsi que la force du dollar n'ont fait que créer des vents contraires plus forts sur le marché », commente Warren Patterson, responsable de la stratégie sur les matières premières chez ING. Une perspective qui se reflète également sur les marchés financiers mondiaux, également orientés à la baisse depuis quelques jours, persuadés que la Réserve fédérale n'a pas achevé son cycle de remontée des taux d'intérêt. Et la hausse du dollar réduit également mécaniquement les achats des pays importateurs de pétrole qui devient plus cher pour eux en raison du change.

Par ailleurs, les investisseurs n'ont pas tenu compte des déclarations de l'Arabie saoudite et de la Russie qui ont pourtant confirmé mercredi à l'issue de la réunion de l'Opep+ la poursuite de leurs baisses de production et d'exportations, respectivement de 1 million de barils par jour (mb/j) et 500.000 b/j, jusqu'à la fin de l'année. Moscou qui a également suspendu ses exportations de gazole, de fioul et d'essence pour alimenter son marché intérieur, a précisé toutefois qu'une analyse serait menée en novembre pour déterminer s'il convient de diminuer ou d'augmenter sa coupe.

Un pétrole qui était devenu trop cher

Ces coupes des offres russe et saoudienne avaient permis de faire remonter les prix du baril au-dessus de 95 dollars, un niveau qui n'est pas sans conséquence. « Le pétrole brut a augmenté de plus de 30 % par rapport au plus bas de cette année, générant des coûts plus élevés pour les principaux importateurs d'énergie, notamment le Japon, l'Inde, la Corée du Sud et l'Allemagne, ce qui pourrait nuire à leur croissance économique », a ainsi averti Lisa Shalett, économiste chez Morgan Stanley.

De fait, cette semaine, les incertitudes ne concernent plus tant le niveau de l'offre de pétrole que celui de sa demande mondiale.

Robert Jules

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 06/10/2023 à 8:23
Signaler
Et c'est là encore comme on mesure l'ampleur de la crise économique qui nous submerge et la détresse, pauvres riches quand même nous autres on peut pas comprendre, des producteurs de pétrole qui font tout depuis un an pour soutenir un cours élevé et ...

à écrit le 05/10/2023 à 22:38
Signaler
Des superpertes qu'il faut compenser à l'euro prêt par une ponction sociale bienveillante sur les rentiers de la République ! Ça sera juste et ca ne coutera rien à personne

à écrit le 05/10/2023 à 21:07
Signaler
C'est le jeu de l' offre et la demande. Règle d'or : c'est le client qui fait la loi jamais le vendeur.

le 05/10/2023 à 22:13
Signaler
Un client toxicomane ne fait pas la loi à son dealer. Il prend ce qu'on lui donne même si la qualité est détestable parce que s'empoisonner est moins effrayant que faire une crise de manque. Notre pouvoir de décision sur le pétrole est proche de zéro...

à écrit le 05/10/2023 à 21:06
Signaler
C'est le jeu de l' offre et la demande. Règle d'or : c'est le client qui fait la loi jamais le vendeur.

à écrit le 05/10/2023 à 21:05
Signaler
C'est le jeu de l' offre et la demande. Règle d'or : c'est le client

à écrit le 05/10/2023 à 20:46
Signaler
Je devine les larmes de Mme Borne et de M. Le Maire en voyant s'envoler leurs royalties. Et ce budget 2024 qu'il va falloir ajuster en augmentant le déficit (et la dette) discrètement! C'est la faute à pas de chance!

le 06/10/2023 à 0:17
Signaler
Penser qu'une essence chère arrange le gouvernement est vraiment simpliste, il n'y a qu'à voir l'agitation politico-médiatique que dès que le prix à la pompe s'approche dès 2 € le litre. 3 raisons : 1- Certes les revenus de l'état augmentent car t...

à écrit le 05/10/2023 à 19:30
Signaler
J'avais compris que la Russie s'était entendue avec l'Arabie Saoudite pour baisser leurs productions afin de faire monter le prix du baril jusqu'à 100 dollars !!

le 05/10/2023 à 19:55
Signaler
oui, pour gagner plus (projet de ville à 500 milliards, je crois en Arabie Saoudite) mais parfois y a des effets pervers (Vladimir avait dit que c'était stupide de vouloir se passer des énergies fossiles, mais quand on y sera, il confirmera, c'est un...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.