Pétrole : sans surprise, l'Opep ne change pas sa politique d'un iota

Les ministres du Pétrole des pays membres de l'Opep réunis jeudi à Vienne ne sont pas parvenus à se mettre d'accord sur un plafonnement de la production. Ils ont également annoncé la nomination d'un nouveau secrétaire général.

2 mn

Les cours du pétrole ont amplifié leur recul avec cette absence d'accord, le Brent de la mer du Nord retombant tout près du seuil des 49 dollars le baril.
Les cours du pétrole ont amplifié leur recul avec cette absence d'accord, le Brent de la mer du Nord retombant tout près du seuil des 49 dollars le baril. (Crédits : © Jorge Silva / Reuters)

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a choisi de maintenir son niveau de production lors de sa réunion semestrielle jeudi à Vienne, estimant que le niveau actuel de production du cartel était jugé "raisonnable" par le marché.

Pour l'Opep, l'offre et la demande convergent

Interrogé sur le plafond de production actuel du cartel, son secrétaire général Abdallah el-Badri a préféré botter en touche, indiquant qu'il était "vraiment difficile" de donner un chiffre."Mais, présentement, le chiffre que nous produisons est raisonnable pour le marché. Le marché l'accepte", a jugé M. el-Badri.

A l'issue de la réunion semestrielle, le cartel a indiqué à la presse que "la Conférence a observé que, depuis la dernière réunion de décembre 2015, les prix du pétrole brut ont grimpé de plus de 80%, l'offre et la demande convergent", ce qui prouve que "le marché est engagé dans un processus de rééquilibrage".

Avec cette absence d'accord, les cours du pétrole ont amplifié leur recul : le Brent de la mer du Nord retombant tout près du seuil des 49 dollars le baril.

La baisse des investissements inquiète l'Opep

L'Opep a toutefois fait remarquer dans son communiqué qu'elle était préoccupée par "le niveau très bas d'investissement prévalant actuellement dans l'industrie pétrolière" et a souligné "le besoin d'une augmentation des investissements en amont afin d'atteindre un équilibre à long terme sur les marchés pétroliers".

"Les producteurs, que ce soit au sein de l'Opep ou non et les consommateurs sont convaincus qu'un prix juste est nécessaire pour tout le monde afin d'obtenir un retour sur investissement raisonnable et investir dans l'industrie", a insisté Abdallah el-Badri.

Les 13 pays du cartel, qui produisent environ un tiers du brut mondial, ont pompé quelque 32,3 millions de barils par jour au premier trimestre 2016, tandis que la production saoudienne a atteint à elle seule 10,13 millions de barils par jour de janvier à avril (+3,5% sur un an).

Le cartel des 13 a un nouveau chef

Le cartel a par ailleurs annoncé la nomination du Nigérian Mohammed Barkindo au poste de secrétaire général du cartel. M. Barkindo, qui succède au Libyen Abdallah el-Badri, en poste depuis 2007, prendra ses fonctions le 1er août 2016 pour une durée de trois ans. Il a déjà occupé ce poste en tant que suppléant en 2006.

(Avec AFP et Reuters)

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.