PODCAST Le système de santé français est-il armé pour répondre aux enjeux sanitaires ?

 |  | 218 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : DR)
Talk Sapiens-La Tribune #11 | Pour prendre le temps de comprendre le monde d'aujourd'hui et d’anticiper celui qui vient, l’Institut Sapiens a développé en partenariat avec La Tribune un programme original réunissant chaque mois des experts qui décryptent un des grands enjeux du futur. Ce mois-ci, avec la reprise de l'épidémie de Covid-19, un débat autour de l'expression "la France a le meilleur système de santé du monde" pour faire le bilan de santé de l'écosystème de soin, du rôle des complémentaires et des conditions auxquelles le pays parviendra à relever les défis du vieillissement et de l'innovation en santé.

Si la crise du Covid-19 a été un test de résilience grandeur nature pour les différents systèmes de santé, la période qui s'ouvre doit être celle qui en corrige les défauts et les dysfonctionnements. Mais une révolution aveugle du système français serait contre-productive. Alors que la France ne pointe qu'à la 13ème place du classement des pays les plus efficaces de l'OCDE en matière de santé, il est essentiel de s'appuyer sur son principal atout, à savoir la complémentarité entre la Sécurité Sociale et les organismes complémentaires pour non seulement parvenir à moderniser la structure sanitaire, mais également pour répondre aux défis à venir.

Pour le 11ème Talk Sapiens-la Tribune, les invités sont Olivier Babeau (Président de l'Institut Sapiens), Patrick Brothier (Président du Groupe AESIO) et Josette Guéniau (Fondatrice de Joxa) pour débattre du rôle des complémentaires, d'un nouveau partage des missions au sein du système et des conditions auxquelles la France parviendra à relever les défis du vieillissement et de l'innovation en santé.

Les débats sont animés par Philippe Mabille, directeur de la rédaction de La Tribune.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :