Pourquoi la Chine investit-elle massivement sur la nouvelle route de la soie

 |   |  245  mots
(Crédits : DR)
REPLAY. Comment la nouvelle route de la soie terrestre (encore en chantier) risque de bouleverser les relations entre la Chine, l'Asie centrale, la Russie et l'Europe. Un road movie géopolitique captivant.

Relier l'ouest de la Chine à l'Europe grâce à un axe routier et ferroviaire long de 10.000 kilomètres, telle est l'ambition du projet de développement économique et social lancé par le président chinois Xi Jinping en 2013. À l'heure où les tensions militaires s'accumulent en mer de Chine, où les menaces nord-coréennes entraînent l'envoi d'une armada américaine en mer du Japon, il devient urgent pour Pékin d'ouvrir des voies alternatives.

L'Empire du Milieu regarde donc avec insistance vers l'Asie centrale et ses abondantes ressources pétrolières, mais aussi vers l'Europe, son principal partenaire économique. Des villes comme Chongquing ou Lanzhou, jusqu'alors oubliées des réformes, profitent des nouvelles infrastructures pour se développer, tout comme certaines localités du Kazakhstan. Mais cette volonté de déploiement jusqu'au bord de l'Oural, aux portes de la Russie, pourrait perturber l'alliance stratégique entre Xi Jinping et Poutine. Face à cette influence grandissante, rien ne garantit que le grand frère d'hier témoigne d'une éternelle bienveillance...

Nouvel élan

Étayé d'analyses de politologues, ce documentaire éclairant nous emmène le long de la nouvelle route de la soie encore en chantier. Si le film relaie le discours plein d'espérance des Chinois, enthousiasmés par la perspective d'explorer ce vaste territoire en TGV, il montre également les réactions négatives de certains habitants des steppes du Kazakhstan qui redoutent cet expansionnisme sur leurs terres.

Documentaire de Laurent Bouit (France, 2016, 54min) - source ARTE

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/08/2019 à 7:46 :
La nouvelle route de la soie (One Road one belt) n'a rien à faire avec une route terrestre ou ferrovière.
Ce n'est qu'un prétexte d'investir massivement dans les infrastructures dans les pays "pauves" en Asie Centrale, en Asie et de plus en plus en Europe qui n'a pas l'argent pour payer les infrastructures. (Routes, approvisonnement éléctrique, télécom etc)
Les chinois vont construire avec leurs employé et vont bénéficier financièrement et tout est payé par des banques chinoises.
Après le chantage commence avec le remboursement des prêts. Ceci est le vrai but, de liéer ces pays à la Chine, en faite une sorte de nouvelle colonisation à la chinoise.
a écrit le 15/08/2019 à 0:19 :
la nouvelles route de la soie ressemble aux trains en Amérique qui on reliez les états américains et qui a fais la fortune américaine::ils n invent rien il copie les autres et deviennent ceux qui fabrique vos produits: mais leurs monnaies et tellement base que l Amérique se fâche avec Trump qui revendique une Egalite de valeurs de monnaies mondiale :::: ET IL A RAISON:::/EN ECONOMIE SEUL LE MARCHE COMPTE???
a écrit le 14/08/2019 à 9:29 :
La Chine est une machine à produire, ce n'est qu'un investissement afin de pouvoir vendre plus facilement leurs marchandises. Par ailleurs il est bien évident que d'un point de vue diplomatique cela va leur permettre de banaliser leurs rapports avec les pays traversés et si c'est bien fait d'y tisser des liens étroits.

Mais elle ne va pas pouvoir s'économiser un comportement un minimum démocratique et de produire des marchandises de qualité sinon elle inquiétera sans arrêt ses partenaires ne pouvant donc pas en faire des alliés, ce qui serait dommage étant donné que c'est l'investissement le plus intelligent du moment.

Facile me direz vous du fait de l'incapacité générale de la finance à investir préférant planquer son gigantesque pognon, mais malgré tout redoutablement bien pensé, à savoir à long terme.
a écrit le 14/06/2019 à 15:01 :
Cette "route de la soie" (terrestre, mais aussi maritime) est une arme tournée vers l'Europe. Pour les chinois, le calcul est simple : faciliter et sécuriser l'écoulement à tout prix de leur production industrielle vers l'UE, pour finir de mettre à genou l'industrie européenne. Et au passage vassaliser les Etats traversés par ces routes. Dommage que l'Union Européenne ne dispose pas d'une vraie diplomatie capable soit de stopper ce projet, soit a minima d'exiger en retour des contreparties (au hasard : une vraie ouverture du marché chinois, le respect de certaines normes sociales et environnementales...). C'est la différence entre simplement faire du business, et avoir une stratégie économique au service d'un projet politique...
a écrit le 10/06/2019 à 10:40 :
La nouvelle route de la soie (Road and Belt Project) n'a rien a voir avec une route ou une ligne de chemin de fer, elle existe déjà et il y a déjà de nombreux train qui circulent entre la Chine et l'Europe.
Le but est plutôt d'investir massivement dans l'infrastructure des pays entre la Chine et l'Asie. (Electricité, Eau, Telecom) contre des crédits très généreux. C'est très bien, sauf que ce sont exclusivement des ouvriers chinois qui vont faire les constructions et que les crédit doivent être remboursé dans les délai.
Si ce n'est pas le cas, les chinois vont sévir très dûrement, voire le port au Sri Lanka qui est aujourd'hui utilisé par les chinois comme base militaire pour les 99 ans à venir.
a écrit le 10/06/2019 à 9:07 :
Génial, il y a avait déjà les mega porte conteneurs via le canal de Suez, la on est parti pour encore plus de CO2 à la tonnes avec du camion, du camion encore du camion, et une petite couche de locomotive au diesel pour bien finir d’achever la planète
a écrit le 06/06/2019 à 9:03 :
Cela devrait être à nous d'imposer à la Chine nos conditions, équitables cette fois ci ce serait bien, afin que l'économie européenne et chinoise y trouvent toutes deux leurs comptes.

Mais les mégas riches du monde qui se sont précipités sur ce pays afin d'investir en masse sur son esclavagisme salarial ont tout toléré à cette dictature au nom de leurs juteux et exponentiels profits donnant ainsi une très mauvaise habitude à ce pays.

Donc tout le monde pourrait être gagnant permettant en plus de faire un pied de nez aux américains pour une fois mais entre une Chine trop habituée à la facilité et une Europe dont l'oligarchie est totalement dégénérée ça va être bien compliqué tout cela.
a écrit le 06/06/2019 à 8:38 :
Le regime chinois sait bien que l'ennemie est a l'interieur.
C'est pour cela que l'etat gouverne d'une main de fer.
Tous les empires tombent un jour ou l'autre.
L'URSS se croyait eternelle, il en sera de meme pour la Chine.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :